Aller au contenu principal

Formation IPE : « j'ai beaucoup gagné en flexibilité »

La Chambre d'agriculture de Normandie organise une formation IPE (Insémination par l'éleveur) les 21 et 22 novembre et 5 et 6 décembre. Pierre Guillemine, éleveur laitier à Saint-Mars-d'Egrenne (61), a participé à cette formation en 2017. Rencontre.

« Je pense que le fait que ce soit toujours la même personne qui insémine permet de moins stresser l'animal. Je travaille avec un détecteur de chaleurs. Quand une vache a besoin d'être inséminée, je la bloque cinq minutes et c'est réglé », confie Pierre Guillemine, éleveur à Saint-Mars-d'Egrenne (61). DR
« Je pense que le fait que ce soit toujours la même personne qui insémine permet de moins stresser l'animal. Je travaille avec un détecteur de chaleurs. Quand une vache a besoin d'être inséminée, je la bloque cinq minutes et c'est réglé », confie Pierre Guillemine, éleveur à Saint-Mars-d'Egrenne (61). DR
© ED

llll Pierre Guillemine s'est officiellement installé le 1er novembre 2018 à Saint-Mars-d'Egrenne (61), en Gaec avec son père et un tiers. Depuis son arrivée, il se charge de l'insémination des 200 vaches laitières de l'exploitation. « J'ai suivi la formation Insémination par l'éleveur (IPE, ndlr), proposée par la Chambre d'agriculture de Normandie fin 2017 », raconte Pierre Guillemine. La formation est faite par des vétérinaires et dure 4 jours. « La matinée est consacrée à la théorie et l'après-midi, on s'exerce sur des vaches de réformes. Chaque temps est important ».

Économie de 15 000 EUR/an
Si l'éleveur a pris en main la reproduction de son troupeau, c'est d'abord parce qu'il n'était « pas entièrement satisfait » de son service d'insémination, mais également pour gagner en flexibilité. « Je pense que le fait que ce soit toujours la même personne qui insémine permet de moins stresser l'animal. Je travaille avec un détecteur de chaleurs. Quand une vache a besoin d'être inséminée, je la bloque cinq minutes et c'est réglé. »
L'économie que fait l'exploitant n'est pas non plus négligeable : « environ 15 000EUR/an, estime-t-il. Mais cela prend du temps, il ne faut pas l'oublier. » Surtout que Pierre Guillemine est le seul à faire cette tâche sur l'exploitation. « Mes deux associés ont aussi fait la formation, mais ils n'y arrivent pas. Nous continuons à travailler avec le service d'insémination lors de mes week-ends de repos et congés. » Après avoir validé sa formation IPE, Pierre Guillemine a équipé la ferme d'une cuve d'azote pour stocker les paillettes. « L'investissement s'élève aux alentours de 1 000 EUR. » L'éleveur recommande vivement la formation. « C'est très intéressant et les automatismes s'acquièrent assez vite. Nous sommes mis en situation réelle et les vétérinaires nous refont une bonne mise à niveau sur la gestion de la reproduction. »

Formation IPE les 21 et 22 novembre et 5 et 6 décembre

La Chambre d'agriculture de Normandie renouvèle sa formation Insémination par l'éleveur (IPE), les 21 et 22 novembre et 5 et 6 décembre prochain.
Coût de la formation :
- 252 EUR pour les contributeurs Vivea (agriculteurs et aides familiaux), frais couvert par le crédit d'impôt pour les éleveurs au bénéfice réels, et possibilité d'aide pour le service de remplacement..
- 840 EUR pour les non-contributeurs Vivea (salariés).
Renseignements et inscription au 06 83 60 04 63.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

circulation engins agricoles
Il manque 50 cm pour la circulation des engins agricoles
La circulation des tracteurs et autres engins agricoles en zones périurbaines ou en cœur de bourg devient de plus en plus…
Aurélie Cauchard au Meilleur pâtissier
Aurélie Cauchard sélectionnée au Meilleur pâtissier
Agricultrice à Savigny (centre Manche), Aurélie Cauchard est montée à Paris pour tenter une nouvelle aventure. Elle sera dès ce…
SUCRERIE CAGNY - BETTERAVES
Projet de sucrerie dans le Calvados : un dossier refermé mais toujours en veille
Le projet d’étude d’une nouvelle sucrerie dans le Calvados, pour faire suite à la fermeture de Cagny, est refermé. Les…
Visite Xavier Bertrand - 61
Xavier Bertrand prend les agriculteurs aux tripes
Le président des Hauts-de-France a rencontré une poignée d’agriculteurs samedi 9 octobre 2021 à la foire Saint-Denis à Montilly-…
SOJA MOISSON
Le soja se moissonne sous un soleil d’octobre pas si chaud
Dans la plaine de Caen, à Creully-sur-Seulles, Virginie Sartorio a moissonné sa parcelle de soja, lundi 11 octobre 2021. L’…
VIDEO. L’andaineur à tapis améliore la qualité des fourrages
Florian Lottin est entrepreneur de travaux agricoles à Villedieu-lès-Bailleul dans l’Orne. Aussi à la tête de sa propre…
Publicité