Aller au contenu principal

Formation IPE : « j'ai beaucoup gagné en flexibilité »

La Chambre d'agriculture de Normandie organise une formation IPE (Insémination par l'éleveur) les 21 et 22 novembre et 5 et 6 décembre. Pierre Guillemine, éleveur laitier à Saint-Mars-d'Egrenne (61), a participé à cette formation en 2017. Rencontre.

« Je pense que le fait que ce soit toujours la même personne qui insémine permet de moins stresser l'animal. Je travaille avec un détecteur de chaleurs. Quand une vache a besoin d'être inséminée, je la bloque cinq minutes et c'est réglé », confie Pierre Guillemine, éleveur à Saint-Mars-d'Egrenne (61). DR
« Je pense que le fait que ce soit toujours la même personne qui insémine permet de moins stresser l'animal. Je travaille avec un détecteur de chaleurs. Quand une vache a besoin d'être inséminée, je la bloque cinq minutes et c'est réglé », confie Pierre Guillemine, éleveur à Saint-Mars-d'Egrenne (61). DR
© ED

llll Pierre Guillemine s'est officiellement installé le 1er novembre 2018 à Saint-Mars-d'Egrenne (61), en Gaec avec son père et un tiers. Depuis son arrivée, il se charge de l'insémination des 200 vaches laitières de l'exploitation. « J'ai suivi la formation Insémination par l'éleveur (IPE, ndlr), proposée par la Chambre d'agriculture de Normandie fin 2017 », raconte Pierre Guillemine. La formation est faite par des vétérinaires et dure 4 jours. « La matinée est consacrée à la théorie et l'après-midi, on s'exerce sur des vaches de réformes. Chaque temps est important ».

Économie de 15 000 EUR/an
Si l'éleveur a pris en main la reproduction de son troupeau, c'est d'abord parce qu'il n'était « pas entièrement satisfait » de son service d'insémination, mais également pour gagner en flexibilité. « Je pense que le fait que ce soit toujours la même personne qui insémine permet de moins stresser l'animal. Je travaille avec un détecteur de chaleurs. Quand une vache a besoin d'être inséminée, je la bloque cinq minutes et c'est réglé. »
L'économie que fait l'exploitant n'est pas non plus négligeable : « environ 15 000EUR/an, estime-t-il. Mais cela prend du temps, il ne faut pas l'oublier. » Surtout que Pierre Guillemine est le seul à faire cette tâche sur l'exploitation. « Mes deux associés ont aussi fait la formation, mais ils n'y arrivent pas. Nous continuons à travailler avec le service d'insémination lors de mes week-ends de repos et congés. » Après avoir validé sa formation IPE, Pierre Guillemine a équipé la ferme d'une cuve d'azote pour stocker les paillettes. « L'investissement s'élève aux alentours de 1 000 EUR. » L'éleveur recommande vivement la formation. « C'est très intéressant et les automatismes s'acquièrent assez vite. Nous sommes mis en situation réelle et les vétérinaires nous refont une bonne mise à niveau sur la gestion de la reproduction. »

Formation IPE les 21 et 22 novembre et 5 et 6 décembre

La Chambre d'agriculture de Normandie renouvèle sa formation Insémination par l'éleveur (IPE), les 21 et 22 novembre et 5 et 6 décembre prochain.
Coût de la formation :
- 252 EUR pour les contributeurs Vivea (agriculteurs et aides familiaux), frais couvert par le crédit d'impôt pour les éleveurs au bénéfice réels, et possibilité d'aide pour le service de remplacement..
- 840 EUR pour les non-contributeurs Vivea (salariés).
Renseignements et inscription au 06 83 60 04 63.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

L'abattoir ex-AIM renaît et abatterait jusqu’à 66 000 T de porc par an
L’avenir du site de l’abattoir de Sainte-Cécile s’écrit avec la Boucherie Saint-Michel, créée par Virginie Allaire-Arrivé et…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler près de Sées
Mercredi 21 avril 2021, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds, dans l'Orne, est…
Inquiétude dans le Bessin après l’annonce d’un septième cas de tuberculose bovine
Les éleveurs du Bessin ont été invités à une réunion d’information sur la tuberculose bovine après la découverte d’un cas en…
BLAIREAU
Tuberculose bovine : la préfète signe l’arrêté de régulation des blaireaux
Mercredi 7 avril 2021, la préfète de l’Orne Françoise Tahéri a signé l’arrêté ordonnant les prélèvements de blaireaux dans les…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler à Belfonds
Mercredi 21 avril, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds (61), est décédé…
COOP LIN VILLONS LES BUISSONS
La Coop lin de Villons-les-Buissons compte sur deux nouvelles lignes de teillage
Désormais propriétaire des locaux de l’ex Agire (Centre d’Insémination artificielle) à Saint-Manvieu-Norrey, la coop lin de…
Publicité