Aller au contenu principal

Uon Sophal, agriculteur cambodgien
“Former des agriculteurs leaders comme vous le faites”

Uon Sophal est agriculteur au Cambodge. Il est aussi président de FFN (Farmer and Nature Net). A ce titre et invité par AFDI Basse-Normandie (Agriculteurs Français et Développement International), il vient de passer quelques jours à la découverte des organisations agricoles régionales. Il nous parle de l’agriculture cambodgienne et de ses projets.

.
.
© DR

La mondialisation constitue-t-elle une chance de développement pour l’agriculture cambodgienne?
Nous ne sommes pas en position de force face à cette mondialisation.
En terme de qualité de nos produits agricoles, nous n’atteignons pas les normes internationales. Plusieurs raisons à cela : un déficit de formation qui signifie une moins bonne maîtrise des techniques de production et beaucoup de retard au niveau des équipement, tant en amont dans les exploitations qu’en aval du côté des outils de transformation. Il nous est donc difficile d’exporter.
Parallèlement, nos voisins thaïlandais et vietnamiens ont des coûts de production moins élevés notamment parce qu’ils font appel à la chimie. 

Pourquoi avoir fait le choix de l’agriculture biologique, notamment au niveau de la culture du riz, dans un pays où l’auto-suffisance alimentaire n’est pas absolue ?
On trouve beaucoup de résidus de pesticides dans les productions agricoles de nos pays voisins. Ils sont donc demandeurs de bio et nous avons décidé de miser sur ce marché. Il nous permet de vendre même si nous sommes plus chers.
Une autre raison : nous ne maîtrisons pas les techniques faisant appel à la chimie. C’est donc moins compliqué pour nous de cultiver bio. Cependant, nous évoquons de plus en plus l’agriculture raisonnée qui constitue peut-être une alternative pour demain.

Et quelle est votre position vis-à-vis des OGM ?
Nous produisons beaucoup d’OGM au Cambodge notamment du maïs. Nous avons ainsi peu à peu délaissé nos semences traditionnelles.
Résultat : nous sommes de plus en plus dépendants des semenciers internationaux. Ce qui a contribué aussi à augmenter nos coûts de production. 

Quels sont vos principaux axes de travail pour contribuer au développement de l’agriculture cambodgienne?
Ils sont nombreux mais notre priorité, c’est la formation de leaders agricoles (les femmes et les hommes) comme sait le faire le syndicalisme agricole français. C’est indispensable pour gérer et financer nos projets, pour avoir une vision globale de notre économie, pour améliorer notre technicité... C’est aussi le seul moyen d’obtenir la reconnaissance politique de l’Etat cambodgien.

La FNN en difficulté
La FNN vient d’apprendre qu’elle se retrouvera sans budget de fonctionnement en 2010, l’ONG qui la soutenait n’ayant plus de fonds. Cela remet en question l’existence même de cette organisation (salariés, location de locaux) ainsi que ses soutiens aux paysans cambodgiens (formation, conseil…). Ainsi la crise financière touche durement les plus pauvres. L’Afdi Basse-Normandie est soucieuse de pouvoir soutenir la FNN dans cette période difficile et appelle à un soutien financier exceptionnel des agriculteurs et organisations professionnelles agricoles de Basse-Normandie. Vous pouvez adresser vos dons à l’Afdi de Basse-Normandie 2 avenue du Pays de Caen 14914 Caen cedex 9 (en mentionnant “FNN” sur papier joint). Ces dons seront transmis en totalité à cette jeune organisation, un reçu fiscal vous sera ensuite adressé. Dans les prochains mois, un voyage “équitable” pourrait être organisé suivant le nombre de demandeurs pour découvrir le Cambodge, son agriculture et rencontrer ses paysans. Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez joindre l’Afdi de Basse-Normandie au 02 31 70 88 98 ou afdi-bn@wanadoo.fr.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 6e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS confirme, vendredi 26 mars 2021, qu'un sixième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans la zone historique.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
SESSION CHAMBRE AGRI 14 - FAUNE SAUVAGE
La faune sauvage réunit contre elle l’envie d’une lutte collective
Les élus de la Chambre d’agriculture du Calvados étaient réunis en session, mardi 9 mars 2021, à Hérouville-Saint-Clair (14). Une…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
SESSION CHAMBRE AGRI 61 BIOGAZ
Chambre d’agriculture : une session qui sent le biogaz
Mercredi 10 mars 2021, la Chambre d’agriculture de l’Orne a voté une délibération relative à l’activité de méthanisation dans le…
Publicité