Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Laurent Beauvais, président du Conseil régional de Basse-Normandie
“Gagner en lisibilité”

Le président du Conseil régional a inauguré mercredi 26 février, l’espace normand au salon de l’agriculture. 

© VM

Que pensez-vous des négociations entre les producteurs de lait, les industriels et la grande distribution ?
On souhaite que les producteurs de lait puissent poursuivre leur activité avec des prix rémunérateurs. Mais, nous savons que les négociations sont compliquées. Je souhaite qu’un point d’équilibre soit trouvé.  Cette question est importante dans une région laitière comme la nôtre.

Les régions auront plus de responsabilités dans la distribution des fonds européens. Concrètement, comment les agriculteurs seront-ils impactés ?
Une partie des actions traitées par l’État sera gérée en région. C’est le transfert du pilier 1 sur le pilier 2, mais les mesures resteront nationales. Cela ne changera pas grand-chose sur le fond. Ensuite, le plan de développement rural est davantage régionalisé. Ce plan comprend deux parties : une directement agricole et une seconde liée à des actions à caractère rural. Nous nous efforcerons que des interlocuteurs uniques soient désignés en région. En prenant cette responsabilité, je tiens beaucoup à associer les dimensions simplification et rigueur. Car l’Europe sanctionnera les régions qui ne suivront pas les dossiers avec rigueur. C’est-à-dire des retraits ou des réductions de dotation.

Lors de l’inauguration de l’espace normand, vous avez invité les départements à se réunir au salon de l’agriculture. Trouvez-vous que la Normandie manque de lisibilité dans le hall 7.2 consacré aux régions ?
Oui. Nous pourrions vraiment gagner en lisibilité. J’ai été un peu surpris de voir un espace normand au centre d’espaces de l’Orne, de la Manche, de Seine-Maritime et de l’Eure. Je pense qu’il faudrait d’abord un espace normand. Dans cet espace, chaque département pourrait avoir une place. C’est la démarche de la Bretagne et des Pays de la Loire. L’an prochain, je souhaite que nous travaillions plus collectivement. Nous pourrions concevoir ensemble l’image de la Normandie. Je ne conteste pas la présence de chaque département, mais c’est un peu bizarre. On arrive d’abord dans un stand départemental et ensuite dans  la partie régionale.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité