Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

À Garcelles-Secqueville : l’amour est dans le lin

D’un bureau avec vue sur la tour Eiffel, Mathilde Lefèvre, 47 ans, est arrivée à la ferme Saint-Vaast, à Garcelles-Secqueville. Son nouveau travail : faire connaître la culture du lin comme on visiterait une plantation de cacaoyer lors d’un voyage à l’étranger.

Mathilde Lefèvre
© JP

À Garcelles-Secqueville, dans la ferme Saint-Vaast, la partie droite du corps de ferme a été refaite il y a un an. Une pièce, modulable en salle de réunion, avec terminal de paiement et produits en lin, peut accueillir jusqu’à 50 personnes. Ce mardi 3 mars, un groupe d’une trentaine de personnes écoute attentivement Mathilde Lefèvre. Elle déroule avec aisance un power-point : présentation des lieux et de la production de lin, rotations de cultures, couverts végétaux, Cuma, semis, désherbage, récoltes, stockage, activités complémentaires. « On ne se rend pas compte, mais l’agriculture est extrêmement scientifique », assure-t-elle aux membres de l’Université inter-âges de Caen. La présentation est maîtrisée, Mathilde Lefèvre connaît le job. Et elle aime ça.

De Caen à Istanbul
« Je suis Normande, mon père était agriculteur dans le coin. J’ai suivi des études de Langues étrangères appliquées (LEA) à Caen, puis une école de commerce et d’industrie », remonte-t-elle. Ses études la conduisent à devenir assistante de direction à l’international. Entre autres pour le PDG de Henkel, groupe allemand international présent sur les technologies adhésives, les cosmétiques et produits d’entretien. Henkel emploie, en France, plus de 1 000 salariés. Puis assistante du directeur Europe de Wincor Nixdorf (entreprise spécialisée dans les paiements dématérialisés). « J’avais un bureau avec vue sur la tour Eiffel, je travaillais à 80 % en anglais, j’organisais des salons à Istanbul. »

Le choc des cultures
Il y a un peu plus de cinq ans, Mathilde, de retour chez son père pour le week-end, tombe sur Benoît Lefèvre, agriculteur. Le courant passe plutôt très bien. Ils se marient. « Le travail de Benoît n’est pas délocalisable, alors je suis revenue en Normandie. J’ai beaucoup ramé sur le plan professionnel, car mon profil ne rentre pas dans les cases.» Ses amis « parisiens » viennent la voir, elle leur fait visiter la ferme Saint-Vaast, ils flashent sur le lin. « La culture est extraordinaire. Quand on voyage, on visite des plantations de cacaoyer ou de canne à sucre. Le lin est aussi exotique. » L’idée mûrit, Mathilde décide de créer son entreprise. En parallèle, elle donne des cours à la MFR de Maltot en tant qu’intervenante.

De l’ombre à la scène
Après deux ans de réflexion et de travaux, la Ferme Saint-Vaast, Fibre de lin est ouverte. Mathilde Lefèvre accueille des séminaires d’entreprises, des visites de groupes.
« Nous avons ouvert au public il y a un an. J’ai reçu des entreprises locales, la Chambre d’agriculture. Elles viennent à la journée, je propose un service de restauration avec traiteur, barbecue ou cocktail déjeunatoire. Je m’adapte aux besoins et à la météo », sourit-elle. La structure est référencée Bienvenue à la ferme et à l’office de tourisme de Caen-la-Mer.
Récemment, « 62 touristes belges sont venus en visite ». La Ferme Saint-Vaast, c’est aussi une marque de produits en lin : linge de maison, draps, sacs, pochette. Made in UE grâce à la filature Safilin. Mathilde Lefèvre a en tête de créer une boutique en ligne pour ses produits en lin. « Mais, ce que je préfère, c’est le contact avec les personnes. J’avais toujours travaillé dans l’ombre, dans la préparation. C’est très nouveau pour moi d’être sur le devant de la scène.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité