Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Dégâts de sangliers dans le sud-Manche
A Gathemo, les "cochons" font la loi

“J’ai été obligé de mettre des gyrophares et de la musique dans une de mes parcelles”. Jean-Pierre Boulay est excédé par les visites nocturnes des sangliers. Il est vrai, qu’ici, à Gathemo, aux frontières de la Manche et du Calvados, entre Sourdeval et Vire, les bois, bosquets, fourrés et autres refuges pour laies et marcassins abondent, sans compter avec la forêt de Saint-Sever à moins de 10 kilomètres à vol d’oiseau.

Jean-Pierre Boulé, "une solution, vite pour éviter d'autres ravages".
Jean-Pierre Boulé, "une solution, vite pour éviter d'autres ravages".
© Eric Charon
“Les dégâts ? Au semis bien sûr mais aussi actuellement, alors que les maïs sont prometteurs. Ils n’hésitent pas à prendre des bandes de 100 mètres. J’ai trois parcelles de dévastées, elles sont situées en bordure de chasses privées”. Bref Jean-Pierre Boulay voudrait que ces battues soient organisées régulièrement. Problème, ses parcelles, mais aussi celles d’autres agriculteurs, sont limitrophes de la frontière du Calvados. “Il faut donc que les fédérations des chasseurs du Calvados et de la Manche se synchronisent pour éloigner les “cochons”. Pour bien comprendre les dégâts qu’un ou plusieurs sangliers peut faire, il faut se rendre sur le terrain. Dix minutes plus tard, je suis sur l’une des parcelles de Jean-Pierre Boulay. Extérieurement, rien ne laisse prévoir que les maÏs ont été dévastés. Mais une fois franchi, sept ou huit rangs, les épis sont par terre, écrasés, enterrés, broyés pour certains; le tout sur une centaine de mètres de longueur et une dizaine de large. “Depuis, la fédération des chasseurs a verrouillé le champ avec une clôture électrique...”
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
Publicité