Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

GE 14 : des salariés partagés

Depuis un an, le Groupement d’Employeurs du Calvados (GE14) développe son activité sur l’ensemble du département. L’association est cependant moins présente dans le bocage. Une réunion d’information est donc programmée le 11 janvier prochain à la Graverie. GE14 veut apporter plus de souplesse et de simplicité dans la gestion des ressources humaines.

© VM

Au Theil-Bocage, Frédéric Calbris n’établit plus de bulletin de salaire. Il fait désormais appel au Groupement d’Employeurs du Calvados. Lorsque cet agriculteur a arrêté le lait, il n’avait plus besoin d’un salarié à temps plein sur son exploitation. « Mon voisin recherchait lui de la main-d’œuvre. Nous partageons donc aujourd’hui le même salarié via le groupement d’employeurs. On a ainsi pu maintenir un emploi en CDI. De plus, proposer un temps complet permet de fidéliser le salarié », explique Frédéric Calbris. En devenant un agent du GE14, Fabien Scelles a, lui, pérennisé son emploi.

Simplification administrative
Avec ce dispositif, les démarches des exploitants sont simplifiées. Le salarié est directement rattaché au Groupement d’Employeurs. Ce dernier assure donc les démarches liées au contrat ou aux déclarations MSA. Il se charge aussi du suivi du salarié pour la paye, les congés payés et les besoins de formation. Le groupement se charge également du recrutement puis présente aux agriculteurs des candidats présélectionnés. Les exploitants s’acquittent simplement d’une facture mensuelle. Ce service représente néanmoins un surcoût de 5 à 10 %.
Les règles du groupement s’avèrent relativement souples. Un salarié est présent au minimum une journée par semaine dans une ferme. L’exploitant s’engage pour 6 mois ou pour un CDI. Si l’employeur souhaite suspendre la collaboration, le préavis est de 6 mois. GE14 a ensuite la responsabilité de reclasser le salarié dans une autre exploitation. 

Un an d’existence
GE 14 fête sa première année. L’association est une émanation de la Chambre d’agriculture du Calvados. Contrairement à l’Ille-et-Vilaine ou la Manche, aucun groupement d’employeurs n’existait à l’échelle calvadosienne. « Nous avons d’abord réalisé une étude de faisabilité avant de créer l’association. GE14 complète les services de remplacement (SR) qui sont utilisés en cas d’accidents, de maladie ou pour les congés. Dans un SR, un agent travaille une journée par mois dans une quinzaine de ferme. Et la priorité est donnée aux exploitants qui rencontrent un problème. Nous, nous répondons donc aux besoins de main-d’œuvre récurrents des exploitations. Notre rôle est de trouver des profils qui plairont à plusieurs agriculteurs d’un même secteur afin de proposer des emplois à temps plein », insiste Jenifer Marie, animatrice du GE14. Cette dernière rencontre tous les ans les adhérents de l’association. L’occasion de faire le point sur la rémunération des salariés et d’évoquer les besoins de formations ou le planning. « C’est finalement très simple au quotidien », résume-t-elle. 

Une place à faire dans le bocage
Le groupement recense aujourd’hui une quarantaine d’adhérents. Une soixantaine de salariés y travaillent, soit l’équivalent de 8 ou 9 temps pleins. Le Conseil régional et la Dirrecte subventionnent le lancement de cette association. L’objectif est d’atteindre 12 ETP la seconde année et 18 la troisième. Pour monter en puissance, GE14 mise sur le bocage. « Nous sommes peu présents sur secteur. Nous proposons donc une réunion d’information le 11 janvier prochain à 14 heures, à la Graverie »,
indique Hélène Destigny, présidente de GE14.
Du maçon à la secrétaire par le groupement d’employeurs
Le groupement imagine élargir le panel de métiers proposés et multiplie les propositions. Un maçon a, par exemple, été recruté en CDD et partagé sur plusieurs exploitations. GE14 a aussi embauché deux livreurs en vente directe et un vendeur à la ferme. D’autres offres sont encore à créer par les adhérents de l’association. Jenifer Marie songe à une secrétaire partagée par plusieurs exploitations. Histoire de se libérer encore un peu plus des tâches administratives...

* Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi

Les avantages du Groupement d’Employeurs
Pour l’adhérent :
- Disposer de compétences quand il en a besoin.
- Se décharger de tout l’administratif lié à l’embauche.
- Fidéliser ses salariés.
- Bénéficier de conseil en gestion des ressources humaines.


Pour le salarié :
- Avoir un emploi stable et une rémunération régulière.
- Se former.
- Développer ses compétences et augmenter sa polyvalence.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité