Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Geffroy Diffusion et son SAV, résistance et indépendance

Olivier Geffroy, 52 ans, dirige le magasin d’électroménager Geffroy diffusion, à Verson (14). Il est le dernier indépendant dans ce domaine. Sa plus-value : le service après-vente, hyperactif au moment des fêtes.

© JP

>>  Quelle est l’histoire de Geffroy Diffusion ?
Mes parents ont créé l’entreprise en 1993. Ils venaient d’être licenciés d’une entreprise d’électroménager dont ils étaient les gérants depuis une vingtaine d’années. Au début des années 1990, le site de la SMN (Société métallurgique de Normandie) fermait, les entreprises caennaises avaient des primes pour embaucher les anciens salariés du site. Les candidatures de mes parents étaient refusées, alors ils ont ouvert leur magasin dans la première zone commerciale de Verson. Je les ai rejoints en 2001. En quatre ans, le chiffre d’affaires a été multiplié par deux. On a déménagé le magasin rue de l’Avenir, toujours à Verson, où nous avons plus de place.

>>  Dans le domaine de l’électroménager, la concurrence est rude. Quelle est votre force ?
Il y a cinq ans, l’agglomération caennaise comptait encore trois gros faiseurs d’électroménagers. Dans leurs dernières années, ils avaient supprimé le SAV qui leur coûtait trop cher. Pour moi, c’est ce qui les a fait disparaître. Nous sommes désormais les derniers indépendants à Caen et les seuls à proposer un service après-vente intégré. Nos trois techniciens dépanneurs assurent la livraison, l’installation et les réparations quand il y en a besoin. Nous réparons du matériel acheté chez nous, ou pas.

>>  Une façon de gagner des clients ?
Oui bien sûr. Nous récupérons aussi des jeunes clients qui ont eu une mauvaise expérience sur internet. Certains sites promettent du matériel neuf alors que c’est de l’occasion ou du déclassé. Nos clients se situent dans un rayon de 50 kilomètres autour de Caen. Ponctuellement, nous assurons des grosses livraisons plus loin, comme Granville ou Paris. Le forfait déplacement coûte 75 € pour vingt minutes de main-d’œuvre. Ensuite, le prix de la pièce est facturé, mais on ne compte pas de nouveau déplacement.

>>  Il se passe quoi pour Noël chez vous ?
Le planning des déplacements est chargé, car les gens s’organisent à l’approche des fêtes, tout le monde veut une solution pour les petites misères : mon lave-vaisselle ne tourne pas très bien, le four chauffe mal… Nous proposons des promotions sur les télévisions, mais pas que. Toute l’année, nos produits sont vendus au prix d’achat-usine ou direct chez les fabricants. On ne réalise pas beaucoup de marge dessus. Nous développons les cuisines depuis quelques années. On refait actuellement le showroom. Comme pour le reste du magasin, on compte sur le bouche-à-oreille pour que cela fonctionne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ELISE HEBERT
« Si je n’essaie pas, je serai déçue »
Anxieuse, mais bosseuse, Élise Hébert, 22 ans, est salariée de l’entreprise de travaux agricoles Vandecandelaère, à Saint-Manvieu…
MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
Fermer les abattoirs, c’est tuer les éleveurs
Dimanche 7 juin 2020, le préfet de la Manche a pris la décision de fermer le dernier abattoir de la Manche, à Saint-Hilaire-du-…
MOISSON ORGE
Les orges ouvrent le bal des batteuses
Dès le milieu de la semaine dernière, les batteuses ont ouvert le bal de la moisson. Les orges, comme à leur habitude, sont les…
Le soja normand prend de l’ampleur
En 2019, la Région lance un appel à projets pour son plan protéines végétales. Le Soja made in Normandie (SMN), alliant, entre…
PAYSAGE SAFER
JA de Normandie et Safer de Normandie font cause commune
En prenant 33 % des parts de la Scea Safer de Normandie, JA de Normandie pointe du doigt les dérives d’un marché de cessions de…
Publicité