Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Gérard Napias (Président de la Fédération Nationale Entrepreneurs Des Territoires) : vers un nouveau choc pétrolier sur l’agriculture ?

llll Le prix du Gasoil Non Routier (GNR) a augmenté de 30 % en un an, atteignant 1 €TTC/L la semaine dernière. Cette hausse laisse entrevoir un nouveau choc pétrolier sur le monde agricole et les entrepreneurs de travaux si le cours du pétrole, passé de 55 dollars à 80 dollars le baril, se maintient à un tel niveau.

© DR`

« Le poste carburant qui représente 14 % des charges de l’entreprise de travaux agricoles française flambe au moment où la saison des travaux agricoles bat son plein », alerte Gérard Napias, président de la Fédération Nationale Entrepreneurs Des Territoires (FNEDT). Le prix du GNR a atteint 1 € TTC/L la semaine passée, soit une hausse de 30 % en un an.
Les travaux agricoles, de la préparation du sol à la récolte, requièrent 100 litres de GNR dont 20 litres sont nécessaires pour le battage d’un seul hectare. « Nous craignons une déprise agricole sur les terres à faible potentiel et donc un arrêt de l’activité agricole », déclare Gérard Napias.
Pour les entrepreneurs, c’est aussi une hausse des charges qui se dessine. « Nous aurons des difficultés à répercuter la hausse du coût du carburant dans le prix de vente de la prestation aux agriculteurs, eux-mêmes confrontés à des prix agricoles bas, des charges courantes élevées et une baisse probable des soutiens publics », explique t-il.
Dans ce contexte, la FNEDT condamne l’annonce du ministre de l'Action et des Comptes publics le 23 mai dernier à propos de la remise en cause du taux réduit de Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Énergétiques (TICPE) sur le GNR agricole. Une mesure qui n’est pas compensée par le retour de la croissance économique, qui ne concerne pas l’agriculture. La FNEDT souligne par ailleurs que ses entreprises n’ont pas bénéficié des baisses d’impôt prévues dans la loi de finances pour 2018.
Alors que le recours aux produits phytosanitaires doit être diminué, les passages d’engins mécaniques vont se multiplier, entrainant donc une consommation supplémentaire de carburant. La Fédération s’interroge donc sur le timing choisi par le gouvernement pour imposer différemment le monde agricole.

Alerte aussi sur le risque des lignes électriques
La FNEDT met en garde ses adhérents et leurs clients contre le danger que peuvent représenter les lignes électriques. Dans un communiqué, l’organisation rappelle que la zone à risque s’étend à un rayon de 5 mètres autour d’une ligne à haute tension de plus de 50 000 V et à 3 mètres pour les lignes de moins de 50 000 V. Avec certaines machines agricoles, comme les moissonneuses-batteuses ou les ensileuses, il existe un risque de rentrer en contact avec les lignes. « Il est primordial d’être vigilant à la hauteur de la ligne électrique puisqu’elle est toujours variable », explique Gérard Napias qui précise aussi qu’elles peuvent par exemple s’affaisser avec l’humidité. L’organisation recommande, en plus de s’informer et de suivre des formations en continue sur le sujet, de repérer au préalable la parcelle d’intervention afin d’identifier les zones les plus à risque. Un site internet, electricite-prudence.fr, lancé par RTE, gestionnaire du réseau d’électricité, et Enedis, gestionnaire du réseau de distribution, présente les différentes règles de sécurité. Des formations de prévention sont aussi proposées par la MSA à destination des entrepreneurs de travaux et des agriculteurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité