Aller au contenu principal

Pomme de terre
Gérer le risque mildiou avec Mileos®

De par son incidence sur le rendement et la qualité, le mildiou est actuellement la principale maladie de la pomme de terre.

Mileos® : en plus du conseil mildiou à la parcelle, cet outil permet de participer à un réseau de biovigilance.
Mileos® : en plus du conseil mildiou à la parcelle, cet outil permet de participer à un réseau de biovigilance.
© DR

Dans le cadre d’une meilleure gestion du mildiou, Arvalis - Institut du végétal et le Service de la protection des végétaux ont souhaité fusionner leur force en n’ayant plus qu’un seul outil d’aide à la décision : Mileos®. Né de la fusion de Mildi-LIS® et MilPV, ce nouvel outil simple d’utilisation voit ses performances accrues...
Comme ses prédécesseurs, Mileos® s’adresse aux producteurs souhaitant ajuster au mieux la protection contre le mildiou. Ces derniers peuvent créer et gérer en ligne leurs parcelles, enregistrer leurs observations et visualiser des alertes et des conseils sur le site www.mileos.fr Le producteur connaît à tout moment le “risque mildiou” grâce à une alerte par SMS. De plus, Mileos® s’adresse aussi aux techniciens qui réalisent un suivi des parcelles et accompagnent les producteurs dans leurs décisions.
Mileos® permet de positionner au mieux les traitements sans risque pour la production, selon la météo, la variété, la date de plantation et de levée, la croissance des plantes (active, stabilisée), l’état sanitaire autour et au sein même de la parcelle ainsi que les interventions réalisées (traitements et irrigations). Il présente des caractéristiques techniques sur les fongicides (usages, mode d’action, matières actives, efficacité au lessivage…), ce qui permet de choisir le produit le plus adapté à chaque situation. Il a comme objectif l’aide à la décision, c'est-à-dire guider le producteur dans son raisonnement sans choisir à sa place. Pour cela,il nécessite des données horaires d’hygrométrie, de température et de pluviométrie représentatives de la parcelle suivie. La pertinence du conseil donné par l’outil étant très liée à la bonne représentativité du climat de la parcelle, les données météorologiques nécessaires sont fournies par l’abonné individuellement ou en groupement grâce à une station météorologique qui doit se trouver dans un rayon maximal de 7 kilomètres. Une carte des stations météo disponibles peut être consultée sur le site.
En plus du conseil mildiou à la parcelle, cet outil permet de participer à un réseau de biovigilance. Une mutualisation et une diffusion des informations avec cartographie permettent de visualiser en instantané l’arrivée de ravageurs ou de maladies…
Chaque agriculteur ou technicien peut ainsi renseigner ses observations et les partager avec les autres abonnés ayant eux aussi accepté de partager ces informations.

Gérer les tas de déchets avant plantation : une étape indispensable pour limiter les sources d’infection primaire de mildiou
Les mesures prophylactiques sont essentielles à la gestion du mildiou. Si elles ne sont pas mises en œuvre, le raisonnement de la protection des parcelles avoisinantes devient très difficile. Elles visent à réduire les sources d’infection primaire que sont les tas de déchets et les repousses de pomme de terre dans les champs. Cette problématique est un sujet récurrent lors de chaque campagne mais il n’est malheureusement pas superflu de rappeler quelques règles de base pour tenter d’éviter de revivre en 2009 une campagne mildiou comme 2007. Le problème de la prophylaxie réside dans le fait qu’il s’agit de mesures collectives, pas toujours faciles à réaliser. Ainsi, c’est très facile de ne rien faire et de rejeter la faute sur le voisin…

Deux méthodes pour détruire les tas de déchets
Aucun tas de déchets (rejets issus de triage lors de la mise en conservation ou à la mise en marché) ne doit se trouver à proximité d’une parcelle, d’un fossé ou d’un cours d’eau.
Deux méthodes peuvent être employées pour la destruction de ces déchets :
- le bâchage sans traitement (possible uniquement si le tas contient beaucoup de terre et s’il n’y a pas de problème d’écoulement de jus). Il s’agit de poser une bâche plastique en bon état (type ensilage) avant l’apparition de toute végétation  en prenant soin de bien la maintenir au sol ;
- l’application de chaux vive est à préférer si le tas contient beaucoup de tubercules ou si le risque d’écoulement de jus est important. Cette solution oblige le producteur à mélanger de la chaux aux pommes de terre, à raison de 10 % du tonnage à traiter. C’est une pratique qui exige plus de technicité et de savoir-faire compte tenu des précautions à prendre pour la manipulation du produit (port de masque respiratoire, gants, lunettes…).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité