Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Fertilisation
Gérer ses engrais de ferme avant l’hiver

A la fin de l'été, il faut penser à disposer des capacités de sto-ckage suffisantes pour l'hiver prochain et donc prévoir les épandages des déjections stockées depuis le printemps. Comment valoriser au mieux les engrais de ferme tout en respectant les exigences de la réglementation ?

Réglementairement, l'apport de lisier est autorisé jusqu'au 15 novembre en zone vulnérable sur les prairies de plus de 6 mois.
Réglementairement, l'apport de lisier est autorisé jusqu'au 15 novembre en zone vulnérable sur les prairies de plus de 6 mois.
© DR

Epandre en priorité sur les prairies…
Une culture valorise l'azote quand elle le pompe pour sa croissance. A l'automne, peu de cultures ont besoin d'azote. Les prairies ou le colza sont celles qui valorisent le mieux l'azote à cette époque. Les cultures intermédiaires pièges à nitrates pompent les nitrates dans le sol. Réglementairement, il n'est pas autorisé d'y épandre des effluents. Leur rôle est de piéger l'azote excédentaire après la culture précédente.
En automne, le rayonnement solaire est encore important et le sol se réhumidifie. Cela permet à la prairie de redémarrer sa croissance pendant plusieurs semaines. A priori, les apports d'azote ne sont pas nécessaires puisque le sol minéralise suffisamment. Mais, lorsqu'on a du lisier à gérer, c'est sur prairie qu'il sera le mieux valorisé. Mieux vaut alors privilégier un lisier dilué et l'apporter tôt (septembre si possible). Si on attend la fin de l'automne, la prairie absorbe moins d'azote et les pluies risquent d'entraîner les nitrates en profondeur dans le sol. Réglementairement, l'apport de lisier est autorisé jusqu'au 15 novembre en zone vulnérable sur les prairies de plus de 6 mois. Les fumiers compacts pailleux et les fumiers stockés pendant 4 mois peuvent être déposés au champ en attente de l'épandage ou en attente d'un compostage.

…ou le colza
En septembre, l'épandage de lisier est encore valorisé par les colzas semés tôt (fin août à début septembre). A cette époque, les terrains ne présentent pas de problème de portance. Le colza est capable d'absorber une centaine d'unités d'azote minéral avant l'arrêt de végétation en fin d'automne. Très souvent, la dose d'engrais de ferme apportée avant semis de colza apporte suffisamment de phosphore et de potassium pour couvrir les besoins de la culture de colza d'hiver. Concernant l'azote, il faudra déduire l'azote absorbé à l'automne de la dose à apporter au printemps.
Si le colza est semé tard (après un maïs par exemple), il faudra attendre la sortie de l'hiver pour épandre et que l'absorption soit effective.
Réglementairement, le colza est considéré comme une grande culture d'automne. L'épandage est autorisé jusqu'au 31 octobre en zone vulnérable, exception faite pour les parcelles sur le SAGE de la Sélune où l'épandage de lisier est interdit avant grandes cultures d'automne. Une dérogation a été demandée par la Chambre d'agriculture. Nous attendons la réponse de l'administration.

Prévoir la répartition sur les cultures avec le plan de fumure
Pour la campagne 2009-2010, le plan prévisionnel de fumure vous permet de calculer au plus juste les doses d'azote, anhydride phosphorique (P2O5) et potasse (K2O) à apporter sur les cultures et prairies. En estimant les rendements potentiels accessibles sur vos parcelles, vous prévoyez à l'avance comment les effluents seront épandus dans l'année en fonction des flux habituels. Ainsi, vous valorisez mieux les éléments fertilisants contenus dans les engrais de ferme et vous gérez les fosses de stockage.
En zone vulnérable, rappelons que le plan de fumure et le cahier d'épandage restent obligatoires. Renseignez-vous sur le 4e programme d'actions de la directive nitrates auprès de votre conseiller de Chambre d'agriculture.
Laëtitia CHEGARD
Chambre d'Agriculture de la Manche
lchegard@manche.chambagri.fr
www.manche.chambagri.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité