Aller au contenu principal

Abattage-découpe
A Glatigny : « Un outil à taille humaine » en développement

Valérie et Laurent Henry proposent des prestations de découpe aux éleveurs intéressés par la vente directe. Les animaux peuvent être enlevés à la ferme. Les colis sont à récupérer à l’atelier, situé à Glatigny (50).

VALERIE ET LAURENT HENRY, GLATIGNY
« On commence à être à l’étroit, on va grandir », prévoient Valérie et Laurent Henry, en compagnie de leurs employés, Mélanie Herout et Benjamin Legrand dans l’atelier de découpe, tout sourire en compagnie d’une « belle carcasse de veau ».
© DR

Lui était responsable de rayon boucherie en grande surface. Elle, secrétaire comptable dans une usine de pop-corn et barbe-à-papa. « J’ai eu envie d’être autonome et de créer mon propre atelier de découpe. Le permis de construire a été déposé en décembre 2017. Un tel outil représente beaucoup d’investissement au départ. A ce moment-là, les banques n’y croyaient pas », explique Laurent Henry. En 2019, il commence son activité de prestataire de découpe en créant un laboratoire à côté de sa maison, à Glatigny (50). Sa femme rejoint bientôt l’activité et l’entreprise naissante embauche alors une salariée et un apprenti boucher. L’abattage est réalisé sur le site de Socopa de Coutances. Les prestations en service complet, comprenant l’enlèvement des animaux sur l’exploitation jusqu’au retrait des colis de viande, concernent les bovins. Les forfaits porcs et agneaux ne comprennent pas l’abattage. La structure dispose d’une certification lui permettant de transformer les animaux issus de l’agriculture biologique.

Des services appréciés

Le succès est immédiat : « le boulot convenait aux éleveurs, les tarifs aussi. Grâce au bouche à oreille, c’est allé très vite, révèle le couple, nous proposons un outil à taille humaine aux éleveurs et c’est ce qu’ils attendent. Le client aime qu’on sache s’adapter à la demande. On gère aussi mieux les soucis : si une bête a un problème par exemple, j’appelle le client et on discute ».

Sur la vague du circuit court

La crise sanitaire de la Covid-19 et les modifications de comportements de nombreux consommateurs leur est bénéfique : « les circuits courts se sont  beaucoup développés pendant le confinement, ça nous a fait du bien », déclare Laurent Henry. L’entreprise fonctionne actuellement au maximum de ses capacités et devrait se développer à l’avenir. Le couple d’entrepreneurs souhaite agrandir l’atelier de découpe et embaucher à nouveau, « tout en veillant à garder la tête froide, même si cela va vite », souligne Laurent Henry.

Contact : Henry Laurent, 10 rue de la Trottinerie Glatigny, 50250 La Haye, tél : 0778878967, mail : lhservices50@orange.fr
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité