Aller au contenu principal

Abattage-découpe
A Glatigny : « Un outil à taille humaine » en développement

Valérie et Laurent Henry proposent des prestations de découpe aux éleveurs intéressés par la vente directe. Les animaux peuvent être enlevés à la ferme. Les colis sont à récupérer à l’atelier, situé à Glatigny (50).

VALERIE ET LAURENT HENRY, GLATIGNY
« On commence à être à l’étroit, on va grandir », prévoient Valérie et Laurent Henry, en compagnie de leurs employés, Mélanie Herout et Benjamin Legrand dans l’atelier de découpe, tout sourire en compagnie d’une « belle carcasse de veau ».
© DR

Lui était responsable de rayon boucherie en grande surface. Elle, secrétaire comptable dans une usine de pop-corn et barbe-à-papa. « J’ai eu envie d’être autonome et de créer mon propre atelier de découpe. Le permis de construire a été déposé en décembre 2017. Un tel outil représente beaucoup d’investissement au départ. A ce moment-là, les banques n’y croyaient pas », explique Laurent Henry. En 2019, il commence son activité de prestataire de découpe en créant un laboratoire à côté de sa maison, à Glatigny (50). Sa femme rejoint bientôt l’activité et l’entreprise naissante embauche alors une salariée et un apprenti boucher. L’abattage est réalisé sur le site de Socopa de Coutances. Les prestations en service complet, comprenant l’enlèvement des animaux sur l’exploitation jusqu’au retrait des colis de viande, concernent les bovins. Les forfaits porcs et agneaux ne comprennent pas l’abattage. La structure dispose d’une certification lui permettant de transformer les animaux issus de l’agriculture biologique.

Des services appréciés

Le succès est immédiat : « le boulot convenait aux éleveurs, les tarifs aussi. Grâce au bouche à oreille, c’est allé très vite, révèle le couple, nous proposons un outil à taille humaine aux éleveurs et c’est ce qu’ils attendent. Le client aime qu’on sache s’adapter à la demande. On gère aussi mieux les soucis : si une bête a un problème par exemple, j’appelle le client et on discute ».

Sur la vague du circuit court

La crise sanitaire de la Covid-19 et les modifications de comportements de nombreux consommateurs leur est bénéfique : « les circuits courts se sont  beaucoup développés pendant le confinement, ça nous a fait du bien », déclare Laurent Henry. L’entreprise fonctionne actuellement au maximum de ses capacités et devrait se développer à l’avenir. Le couple d’entrepreneurs souhaite agrandir l’atelier de découpe et embaucher à nouveau, « tout en veillant à garder la tête froide, même si cela va vite », souligne Laurent Henry.

Contact : Henry Laurent, 10 rue de la Trottinerie Glatigny, 50250 La Haye, tél : 0778878967, mail : lhservices50@orange.fr
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

L'abattoir ex-AIM renaît et abatterait jusqu’à 66 000 T de porc par an
L’avenir du site de l’abattoir de Sainte-Cécile s’écrit avec la Boucherie Saint-Michel, créée par Virginie Allaire-Arrivé et…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler près de Sées
Mercredi 21 avril 2021, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds, dans l'Orne, est…
Inquiétude dans le Bessin après l’annonce d’un septième cas de tuberculose bovine
Les éleveurs du Bessin ont été invités à une réunion d’information sur la tuberculose bovine après la découverte d’un cas en…
BLAIREAU
Tuberculose bovine : la préfète signe l’arrêté de régulation des blaireaux
Mercredi 7 avril 2021, la préfète de l’Orne Françoise Tahéri a signé l’arrêté ordonnant les prélèvements de blaireaux dans les…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler à Belfonds
Mercredi 21 avril, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds (61), est décédé…
COOP LIN VILLONS LES BUISSONS
La Coop lin de Villons-les-Buissons compte sur deux nouvelles lignes de teillage
Désormais propriétaire des locaux de l’ex Agire (Centre d’Insémination artificielle) à Saint-Manvieu-Norrey, la coop lin de…
Publicité