Aller au contenu principal

« Gourmette » : Miss Normandie !

Ce week-end se tenait la quatrième édition de la Fête de la Normandie. Implantée à Argentan (61), c'est aussi l'occasion de promouvoir l'élevage, notamment la race Normande. La grande championne de cette année, c'est Gourmette, une belle vache de l'EARL Enjalbert, situé à Ferrières-la-Verrerie (61)

© ED

Pas moins de 140 animaux ont défilé samedi 11 et dimanche 12 mars, sur le champ de foire
d'Argentan. Concourant dans différentes catégories, les éleveurs normands ont présenté leurs animaux, et, à travers eux, la race Normande aux nombreux visiteurs. Le prix le plus attendu et convoité par les participants, celui de la grande championne, a été attribué à Gourmette. Pâturant dans les champs de l'EARL Enjalbert, cette belle bête de six ans a su séduire les juges. « C'est une très belle vache. Elle est très harmonieuse, et a de très beaux membres. Elle défile merveilleusement bien. Il faut féliciter les éleveurs qui ont très bien travaillé également », félicite Barbara Paris, juge et éleveuse de vaches normandes à La Cambe (14). André Enjalbert, un des trois associés de l'EARL avec sa femme Véronique et son fils Florent, est ravi de cette récompense. « Nous nous y attendions un peu, plus que pour les autres prix que nous avons reçus. Nous sommes très fiers, notre travail est récompensé. Cette vache est habituée aux concours, elle a fait le SPACE ainsi que le Salon de l'Agriculture à Paris. Elle n'est pas traitée différemment que le reste du troupeau, il faut juste l'habituer à marcher avec le licol ».

Changer d'air
Les concours sont avant tout un moment de partage et de convivialité entre les éleveurs. « Il n'y a pas de compétition entre nous, au contraire, c'est une ambiance bon enfant. Nous sommes avant tout des passionnés des concours, et évidemment, de vaches normandes. Venir aux concours, c'est un loisir, ça nous permet de laisser les soucis du quotidien l'instant d'un week-end. Les temps sont durs pour tout le monde, nous avons aussi besoin de souffler », affirme Laurent Buin, agriculteur à Saint-Martin-des-Pézerits. Malgré une conjoncture agricole morose, les amateurs de concours répondent toujours présents à la fête de la Normandie. « Ça fait du bien de tous se retrouver. Tout le monde s'entraide, nous comparons nos bêtes, c'est très convivial. Partager nos problèmes avec des personnes qui les comprennent c'est important. Nous sommes passionnés de concours, nous en faisons beaucoup au niveau local », explique Yves Bouvier, exploitant à Saint-Germain-de-Clairefeuille. Le week-end s'est achevé dans la bonne humeur. Une fois le concours terminé, tous les éleveurs se sont retrouvés pour partager le verre de l'amitié.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

AUTORISATION CHASSE 61
Feu vert à la chasse dans l’Orne
Jeudi 5 novembre, la commission départementale de la chasse et de la faune sauvage était en réunion extraordinaire. Malgré le…
SOJA NORMAND MOISSON
Le potentiel du soja prend racine
Au printemps, des éleveurs adhérents à l’OP des 3 Vallées (Danone) et des cultivateurs ont semé 29 ha de soja, en partenariat…
SCoT Caen métropole
Le futur visage de la métropole de Caen
Le nouveau SCoT de Caen métropole réduit la possibilité d’urbaniser les terres agricoles et naturelles. Une enveloppe foncière…
Pascal Desvages et Stéphane Carel Président et directeur de la coopérative de Creully (14).
Coopérative de Creully (14) : " Nos choix stratégiques sont confortés "
Malgré la crise sanitaire et autre perturbateur conjoncturel et structurel, la coopérative de Creully (14), qui tient son…
LIN ET COVID
Le lin : une filière d’excellence à l’épreuve de la Covid
80% de la production mondiale de fibre de lin teillé est d’origine européenne et la France en est le leader mondial. Outre leur…
pressoir lycée agricole Sées
Au lycée de Sées, on presse beaucoup pour le plaisir
Le pressoir de Patrick Yvard s’installe chaque année durant deux mois et demie dans la cour de la cidrerie du lycée de Sées. Les…
Publicité