Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Terroir
“Goûtez le Pays d’Auge” a son marché

Avec l’été, cabas et autres paniers sont de sortie sur les marchés. L’association des producteurs fermiers du Pays d’Auge répond aussi à la demande de ses adhérents et organise un marché à la ferme, le 13 août prochain. Rencontre avec Françoise Spruytte sur le marché de Pont-l’Evêque.

Lundi 9 heures sur le marché de Pont-l’Evêque. Coincé à “gauche de la porte  de gauche” du marché couvert, le stand de Françoise Spruytte draine néanmoins du monde. C’est l’heure des habitués. “Les touristes sont un peu moins matinaux”, note la nouvelle présidente des producteurs fermiers du Pays d’Auge. La productrice vend toute l’année sur ce marché. “Je ne fais pas de négoce. Je produis à année entière, donc je vends à année entière. En hiver, nous avons nettement moins de monde, mais nous suivons notre clientèle. En basse saison, il faut savoir être patiente”.

Une centaine de fromages
Sa production annuelle est vendue en expédition. Cependant l’été, les proportions s’inversent. “Si les gens ne sont pas en ville, ils sont à la campagne”. La quasi-totalité de ses fromages sera écoulée sur les marchés. Dans les bons jours, elle s’allégera de 100 à 120 Pont-l’Évêques. Le fromage n’est pas un produit de première nécessité. A l’heure de la baisse du pouvoir d’achat, il trouve néanmoins sa place sur les étalages. “Notre Pont-l’Evêque est un peu un achat militant ou raisonné.Les clients choisissent de se fournir directement auprès d’un producteur. Et en plus, ils sont bons ! On travaille en relation avec les gîtes et les chambres d’hôtes. Ils nous envoient leurs clients. Pour eux : acheter du Pont-l’Evêque à Pont-l’Evêque, c’est le top”.

La monnaie à la même personne
A Lisieux ou Cormeilles, d’autres habitués l’attendent. Et elle reconnaît également leur famille à leur porte monnaie. Françoise Spruytte participe aux marchés depuis une vingtaine d’années. Plus qu’ailleurs, l’accueil et le sens du contact semblent des arguments de vente au même titre que le goût. On demande un Pont-l’Evêque pour la fin de la semaine et l’on donne des nouvelles des petits-enfants. C’est l’esprit marché où les odeurs des produits cohabitent avec diverses formes de convivialités. Avec l’expérience, Françoise Spruytte a même appris à esquiver les incidents diplomatiques. “Je rends toujours la monnaie à la même personne. Ce geste peut éviter des disputes conjugales”, s’amuse la productrice. “Une grand-mère vient aussi voir mon voisin producteur de légumes même si elle n’a besoin de rien. Elle lui demande juste une petite blague pour lui faire plaisir”.
Les producteurs fermiers trouvent leur place dans les marchés “classiques”. Néanmoins, certains d’entre eux ont émis le souhait de se retrouver au sein d’un marché du terroir. “Un stagiaire de l’association a fait une enquête avant notre assemblée générale. Les adhérents voulaient un marché collectif. Il ne s’agira pas réellement du premier puisque l’association en avait organisé une vingtaine d’années plus tôt”. Le marché à la ferme “Goûtez  le pays d’Auge” se déroulera donc le 13 août prochain, de 10 h à 18 heures, chez Jules Hommet à Saint-Julien-sur-Calonne.

 

V.M.

Un concept déposé

“Goûtez le pays d’Auge” est en cours de dépôt à l’INPI (Institut National de la Propriété Industrielle). Les tabliers avec les logos existent déjà.Des cabas au même nom devraient suivre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité