Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Grand galop pour le CIRALE

10 millions d’euros. C’est la somme investie au CIRALE* de Goustranville (14) pour la création d’un campus équin. Ce pôle est placé au 1er rang européen grâce aux travaux menés à la pointe de la technologie et de la recherche. Mardi dernier, Hervé Morin a découvert les nouveaux aménagements.

« La maladie de la France, c’est que le gâteau doit toujours être de la même taille. Chaque part doit être petite et équitable. Partout où il y a un atout, il faut atteindre le sommet. Il faut être très bon ici. Nous sommes les meileurs dans le domaine », admet Hervé Marie, Président de la Région Normandie.
« La maladie de la France, c’est que le gâteau doit toujours être de la même taille. Chaque part doit être petite et équitable. Partout où il y a un atout, il faut atteindre le sommet. Il faut être très bon ici. Nous sommes les meileurs dans le domaine », admet Hervé Marie, Président de la Région Normandie.
© MM

« C’est une magnifique journée pour Goustranville, pour le CIRALE, le département et notre territoire », annonçait Sophie Gaugain 1ère  vice-présidente de la région Normandie en charge du développement économique. Lors de la présentation de ce projet qui accueillera la totalité de la formation pratique équine de l’ENVA*, les différents élus ainsi que le directeur de l’école ont pu visiter les bâtiments équipés et rencontrer les équipes d’experts et étudiants.

Une renomée internationale

La Normandie a toujours été une région à cheval. C’est en 1986 que Michel d’Ornano crée l’Institut de Pathologie du Cheval à Goustranville. Un site dédié à la recherche et à la formation dans le domaine de la santé équine. 30 ans plus tard, le domaine comprend une salle d’écographie, de radiographie , de scintigraphie (usage de molécules radioactives afin de décerner précisément les anomalies osseuses), d’IRM et emploie plus d’une vingtaine de personnes dont 2 médecins, 2 chirurgiens et 1 anesthésiste. Le reste du personnel technique est constitué d’infirmiers et d’enseignants. « On privilégie la qualité plutôt que la quantité », s’amuse Marc Gogny, directeur de l’ENVA. Principale antenne de l’ENVA, le CIRALE a réussi à renforcer l’attractivité du territoire, mais a aussi participé au développement économique de la filière. En 2010, le département du Calvados et la Région constituent le Syndicat Mixte pour la Recherche et le Développement de la Filière Équine, « Hippolia ». Il est constitué de deux sites (Goustranville et Saint-Contest). Les objectifs du syndicat étaient d’adapter une stratégie commune de développement pour les deux pôles, le pilotage commun des investissements et des projets, et l’étude et l’accompagnement dans la mise en oeuvre des projets visant à accroître la dynamique de développement des deux sites. « Une filière ne peut être forte et dynamique que si elle est structurée », souligne Malika Cherrière, présidente du syndicat Hippolia. Des travaux sont encore en cours à Goustranville. Le but étant d’agrandir les locaux du CIRALE et d’améliorer les équipements d’imagerie et d’observation des chevaux à l’effort et en phase de rééducation (construction d’un pôle de kinésithérapie d’un montant de 1,2 million €  en ce moment). Avec 17 300 emplois en Normandie et 1,3 milliard d’euros de chiffre d’affaires, la filière équine ne s’est jamais portée aussi bien. Le CIRALE a de beaux jours devant lui.

Région d'attractivité

« Partout où il y a un atout, il faut atteindre le sommet. Il faut être très bon et ici, nous sommes les meilleurs dans le domaine », estime Hervé Morin, lors de son discours. L’établissement est un acteur majeur de l’attractivité de la filière équine pour la Région. Économiquement, le CIRALE apporte beaucoup. « La Région arrive à se démarquer avec ses atouts, nous devons faire en sorte que la valeur ajoutée vienne à nous », précise le président normand. Des atouts, la région en possède beaucoup. Il a notamment cité le « Haras du Pin », avec pour projet de créer un centre de formation équin sur ce domaine. Ainsi, les représentants aimeraient obtenir un campus des métiers dans l’Orne et un autre dédié à la recherche à Goustranville. Le CIRALE est devenu le centre de référence mondialement reconnu pour l’étude de la pathologie ostéo-articulaire et musculo-tendineuse des chevaux sportifs. Chaque année, c’est plus de 1 100 chevaux qui côtoient ce centre unique au monde.

 

*CIRALE : Centre d’Imagerie et de Recherche sur les Affections Locomotrices Équines

*ENVA : École Nationale Vétérinaire d’Alfort

La Normandie : berceau du monde équin

- 1 cheval c’est 10 emplois assurés

- 17 900 emplois en Normandie

- 1,3 milliards € de chiffre d’affaires annuel

- 4 840 éleveurs

- 37 centres de formation aux métiers du cheval

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité