Aller au contenu principal

Grand galop pour le CIRALE

10 millions d’euros. C’est la somme investie au CIRALE* de Goustranville (14) pour la création d’un campus équin. Ce pôle est placé au 1er rang européen grâce aux travaux menés à la pointe de la technologie et de la recherche. Mardi dernier, Hervé Morin a découvert les nouveaux aménagements.

« La maladie de la France, c’est que le gâteau doit toujours être de la même taille. Chaque part doit être petite et équitable. Partout où il y a un atout, il faut atteindre le sommet. Il faut être très bon ici. Nous sommes les meileurs dans le domaine », admet Hervé Marie, Président de la Région Normandie.
« La maladie de la France, c’est que le gâteau doit toujours être de la même taille. Chaque part doit être petite et équitable. Partout où il y a un atout, il faut atteindre le sommet. Il faut être très bon ici. Nous sommes les meileurs dans le domaine », admet Hervé Marie, Président de la Région Normandie.
© MM

« C’est une magnifique journée pour Goustranville, pour le CIRALE, le département et notre territoire », annonçait Sophie Gaugain 1ère  vice-présidente de la région Normandie en charge du développement économique. Lors de la présentation de ce projet qui accueillera la totalité de la formation pratique équine de l’ENVA*, les différents élus ainsi que le directeur de l’école ont pu visiter les bâtiments équipés et rencontrer les équipes d’experts et étudiants.

Une renomée internationale

La Normandie a toujours été une région à cheval. C’est en 1986 que Michel d’Ornano crée l’Institut de Pathologie du Cheval à Goustranville. Un site dédié à la recherche et à la formation dans le domaine de la santé équine. 30 ans plus tard, le domaine comprend une salle d’écographie, de radiographie , de scintigraphie (usage de molécules radioactives afin de décerner précisément les anomalies osseuses), d’IRM et emploie plus d’une vingtaine de personnes dont 2 médecins, 2 chirurgiens et 1 anesthésiste. Le reste du personnel technique est constitué d’infirmiers et d’enseignants. « On privilégie la qualité plutôt que la quantité », s’amuse Marc Gogny, directeur de l’ENVA. Principale antenne de l’ENVA, le CIRALE a réussi à renforcer l’attractivité du territoire, mais a aussi participé au développement économique de la filière. En 2010, le département du Calvados et la Région constituent le Syndicat Mixte pour la Recherche et le Développement de la Filière Équine, « Hippolia ». Il est constitué de deux sites (Goustranville et Saint-Contest). Les objectifs du syndicat étaient d’adapter une stratégie commune de développement pour les deux pôles, le pilotage commun des investissements et des projets, et l’étude et l’accompagnement dans la mise en oeuvre des projets visant à accroître la dynamique de développement des deux sites. « Une filière ne peut être forte et dynamique que si elle est structurée », souligne Malika Cherrière, présidente du syndicat Hippolia. Des travaux sont encore en cours à Goustranville. Le but étant d’agrandir les locaux du CIRALE et d’améliorer les équipements d’imagerie et d’observation des chevaux à l’effort et en phase de rééducation (construction d’un pôle de kinésithérapie d’un montant de 1,2 million €  en ce moment). Avec 17 300 emplois en Normandie et 1,3 milliard d’euros de chiffre d’affaires, la filière équine ne s’est jamais portée aussi bien. Le CIRALE a de beaux jours devant lui.

Région d'attractivité

« Partout où il y a un atout, il faut atteindre le sommet. Il faut être très bon et ici, nous sommes les meilleurs dans le domaine », estime Hervé Morin, lors de son discours. L’établissement est un acteur majeur de l’attractivité de la filière équine pour la Région. Économiquement, le CIRALE apporte beaucoup. « La Région arrive à se démarquer avec ses atouts, nous devons faire en sorte que la valeur ajoutée vienne à nous », précise le président normand. Des atouts, la région en possède beaucoup. Il a notamment cité le « Haras du Pin », avec pour projet de créer un centre de formation équin sur ce domaine. Ainsi, les représentants aimeraient obtenir un campus des métiers dans l’Orne et un autre dédié à la recherche à Goustranville. Le CIRALE est devenu le centre de référence mondialement reconnu pour l’étude de la pathologie ostéo-articulaire et musculo-tendineuse des chevaux sportifs. Chaque année, c’est plus de 1 100 chevaux qui côtoient ce centre unique au monde.

 

*CIRALE : Centre d’Imagerie et de Recherche sur les Affections Locomotrices Équines

*ENVA : École Nationale Vétérinaire d’Alfort

La Normandie : berceau du monde équin

- 1 cheval c’est 10 emplois assurés

- 17 900 emplois en Normandie

- 1,3 milliards € de chiffre d’affaires annuel

- 4 840 éleveurs

- 37 centres de formation aux métiers du cheval

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

AUTORISATION CHASSE 61
Feu vert à la chasse dans l’Orne
Jeudi 5 novembre, la commission départementale de la chasse et de la faune sauvage était en réunion extraordinaire. Malgré le…
SOJA NORMAND MOISSON
Le potentiel du soja prend racine
Au printemps, des éleveurs adhérents à l’OP des 3 Vallées (Danone) et des cultivateurs ont semé 29 ha de soja, en partenariat…
SCoT Caen métropole
Le futur visage de la métropole de Caen
Le nouveau SCoT de Caen métropole réduit la possibilité d’urbaniser les terres agricoles et naturelles. Une enveloppe foncière…
Pascal Desvages et Stéphane Carel Président et directeur de la coopérative de Creully (14).
Coopérative de Creully (14) : " Nos choix stratégiques sont confortés "
Malgré la crise sanitaire et autre perturbateur conjoncturel et structurel, la coopérative de Creully (14), qui tient son…
LIN ET COVID
Le lin : une filière d’excellence à l’épreuve de la Covid
80% de la production mondiale de fibre de lin teillé est d’origine européenne et la France en est le leader mondial. Outre leur…
pressoir lycée agricole Sées
Au lycée de Sées, on presse beaucoup pour le plaisir
Le pressoir de Patrick Yvard s’installe chaque année durant deux mois et demie dans la cour de la cidrerie du lycée de Sées. Les…
Publicité