Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Bancassurance
Groupama Centre Manche dans ses objectifs

L’amélioration sensible de la sinistralité et de la gestion financière permet à Groupama Centre Manche, et ce malgré la charge fiscale, d’atteindre un résultat conforme à ses objectifs.

A la tribune et de gauche à droite : Jean-Philippe Jacob (commissaire aux comptes), Guy Pelletier (président délégué de Groupama Centre Manche), Jean-Paul Hue (directeur général de Groupama Centre Manche), Robert Drouet ( président de Groupama Centre Manche), Solange Longuet (vice-présidente nationale de Groupama) et Jean-Charles Courtois (président délégué de Groupama Centre Manche).
A la tribune et de gauche à droite : Jean-Philippe Jacob (commissaire aux comptes), Guy Pelletier (président délégué de Groupama Centre Manche), Jean-Paul Hue (directeur général de Groupama Centre Manche), Robert Drouet ( président de Groupama Centre Manche), Solange Longuet (vice-présidente nationale de Groupama) et Jean-Charles Courtois (président délégué de Groupama Centre Manche).
© TG
Groupama Centre Manche, qui réunit désormais 8 départements (Calvados, Eure, Eure-et-Loir, Manche, Mayenne, Orne, Sarthe et Seine-Maritime) tenait, mardi dernier à Deauville (14), son assemblée générale. L’année 2005 se caractérise par des évolutions contrastées des fondamentaux techniques et financiers avec une stabilité du chiffre d’affaires IARD, un fort recul de la sinistralité, une augmentation du ratio de frais généraux et une hausse des produits financiers. Le montant des cotisations acquises, tous exercices confondus, s’élève en 2005 à 373, 94 Me et le taux de croissance du portefeuille est de 1,5 %. Le coût total des sinistres est de 234 Me avec un rapport sinistres à cotisations global de 62,7 % contre 70,8 % en 2004. Lancement réussi de l’assurance récolte L’exercice 2005 a également été marqué par le lancement des garanties "aléas climatiques" souscrites par plus de 90 % des assurés "grêle récoltes", par une nette baisse de la charge des sinistres et par une importante progression du résultat financier. Dans son rapport d’activités 2005, Jean-Paul Hue, son directeur général, est revenu sur un exercice marqué "par l’harmonisation du statut des salariés, des offres commerciales et des règles de gestion". Une année de simplification aussi : simplification de l’organisation, des processus administratifs et commerciaux sans oublier la sécurisation des opérations et de la gestion des risques. Fixant la feuille de route 2006, Jean-Paul Hue a insisté sur les notions de compétitivité, de qualité, de fidélisation et de conquête. Conquête dans le développement urbain notamment et dans celui d’un nouveau métier : celui de la banque. Ouvrir le sociétariat Cette conquête passe par une meilleure représentativité de la société au sein même des conseils de Groupama Centre Manche. Et Robert Drouet, son président, de saisir la balle au bond en constatant que "nos fédérations comptent aujourd’hui, plus de 10 ans après l’ouverture du sociétariat, 4 % seulement d’administrateurs de professions autres qu’agricoles." Et si l’enjeu d’une plus grande ouverture est celui du renouvellement des générations, "il est aussi celui de la légitimité et de la pertinence des décisions de la mutuelle vis-vis de tous les sociétaires(...). Il ne suffit pas de déclarer nos conseils d’administration ouverts à d’autres, il nous faut aller les chercher pour prendre des responsabilités. Ils nous ouvriront à leur tour de nouvelles perspectives qui draineront, en retour, d’autres nouveaux élus intéressés vers nos instances". Car comme l’a rappelé Jean-Paul Hue, Groupama Centre Manche navigue dans un univers fortement concurrentiel qui va perdurer. Mais la bancassurance est prête à relever les défis avec ses caisses locales, premier maillon de la chaîne mutualiste ! Th. GuillemotEn chiffres 4 400 élus et 328 caisses locales, 63 % des exploitations agricoles, 15 % des artisans, 12 % des professions libérales, 55 % des communes et 13 % des particuliers sont assurés à Groupama, 15 000 comptes bancaires ouverts et "Astréa Essentiel", compte rémunéré à naître dans quelques jours.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ELISE HEBERT
« Si je n’essaie pas, je serai déçue »
Anxieuse, mais bosseuse, Élise Hébert, 22 ans, est salariée de l’entreprise de travaux agricoles Vandecandelaère, à Saint-Manvieu…
MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité