Aller au contenu principal

Groupama Centre Manche : les certificats mutualistes vecteurs de développement

l A l’initiative de la Fédération Française des Sociétés d’Assurances Mutuelles (FFSAM) et de Groupama, la loi sur l’Economie Sociale et Solidaire du 21 juillet 2014 a créé un nouveau mode de financement dédié aux organismes mutualistes et paritaires : le certificat mutualiste. Après Rhônes-Alpes, Groupama Centre Manche le propose désormais à ses adhérents. Le top départ a été donné le 6 juin. Explications avec Marie-Ange Dubost et Pascal Loiseau, respectivement présidente et directeur général de GCM (Groupama Centre Manche).

© DR

>> Qu’est-ce qu’un certificat mutualiste ?
Il s’agit d’une disposition de la loi Hamon sous forme d’émission de titres qui va nous permettre de disposer d’un moyen de financement nous mettant à armes égales avec les entreprises commerciales dans un contexte de renforcement des exigences de solidité financières des assureurs. Seuls, les sociétaires ou clients de notre caisse régionale peuvent en souscrire.

>> Concrètement, comment ça marche ?
La valeur de chaque certificat mutualiste est de 10 € avec une souscription plancher de 300 € et un plafond de 50 000 €. Ces certificats ne sont pas côtés en bourse et de ce fait ne sont pas soumis aux aléas du marché. Ils seront gérés par Groupama Centre Manche et feront partie des fonds propres de la caisse.

>> Ça rapporte combien ?
Signalons tout d’abord que le dispositif n’est soumis à aucun frais de souscription, aucun frais de gestion, aucun frais de rachat.  Quant à la rémunération, chaque année, un taux directeur sera fixé par les instances dirigeantes du Groupe et fera l’objet d’une résolution en assemblée générale. Elle sera donc directement liée aux résultats et à la performance de GCM. A titre d’exemple, sur l’exercice 2015, Groupama Rhône Alpes (caisse pilote sur le projet) a rémunéré ses sociétaires à hauteur de 3,15 %.

>> Net d’impôt ?
Ils peuvent être souscrits dans le cadre d’un PEA (Plan d'Epargne en Actions) et ainsi bénéficier d’une fiscalité plus avantageuse sur leur rémunération. Sinon, ils sont soumis à la fiscalité des dividendes de compte titres.

>> Comment fonctionne leur cessibilité ?
Ils sont rachetables uniquement par la caisse régionale émettrice dans le cadre d’un programme annuel de rachats décidé par son assemblée générale.

>> Quels sont vos objectifs chiffrés ?
L'assemblée générale a voté une enveloppe d'émission de 33 M€ pour les 2016 et 2017. L'objectif étant d'atteindre 50 M€ a fin 2018 

>> Avec ce dispositif, GCM n’entre-t-elle pas dans l’ère du capitalisme pur et dur ?
En contribuant à renforcer les capacités de développement et d’investissement de notre entreprise régionale, les certificats mutualistes confirment notre rôle économique et contribuent au dynamisme de notre territoire. Nous restons donc fidèles à nos fondamentaux.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Patrice Gauquelin, président d’EDT Normandie
“ L’enfumage du plan de relance ”
Patrice Gauquelin, président d’EDT Normandie qui fédère 170 ETA (Entreprise de Travaux Agricoles) au plan régional, est très…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Publicité