Aller au contenu principal

Haie bocagère : convaincre les paysans

La Région s’apprête à lancer un plan en faveur de la haie, qu’elle a choisie comme symbole de la biodiversité en Normandie. Hervé Morin prépare une nouvelle politique régionale « qui tienne la route » au printemps. Les agriculteurs y sont des acteurs majeurs.

© DB

"On cherchait un marqueur de biodiversité, la haie nous est apparue comme le plus important pour la Normandie ». Hervé Morin veut engager un grand plan en faveur de la haie en Normandie. L’objectif est, en mai-juin, de « porter une vraie politique régionale qui mette tous les acteurs autour de la table ». Dans la salle des fêtes de Bellou-en-Houlme, jeudi 23 janvier, élus locaux et agriculteurs se passent la parole durant une bonne heure pour évoquer les points à faire évoluer.

Convaincre
Comment convaincre les agriculteurs à maintenir, planter et entretenir les haies ? « Il faut mettre les agriculteurs de notre côté », témoigne Gérard Bertrand, le maire de Bellou-en-Houlme, qui comprend 25 sièges d’exploitation. Pour Sylvain Aillard, président de la Scic Bois bocage énergie, « ils doivent être partie prenante ». Il évoque la rédaction du cahier des charges du label Bois bocage géré durablement, « par des agriculteurs ». Et d’insister sur l’exemplarité : « pour convaincre un paysan, il faut un autre paysan ». Christophe Beaumont est technicien au sein du syndicat de la Rouvre. Selon lui, « on dit ce qui va mal mais il faut aussi apporter des solutions. Le syndicat met en œuvre, gère techniquement et apporte des financements ». Après dix ans et 30 km de plantation de haies, il estime qu’il est nécessaire de « s’inscrire dans le temps » pour « obtenir la confiance ».

Peu de valeur
Nicolas Tison, élu à la Chambre d’agriculture de l’Orne, relève qu’il « manque de la visibilité économique : les agriculteurs ne perçoivent que les réglementations et peu la valeur financière ». Un agriculteur renchérit, « le hêtre ne vaut rien, le chêne n’est pas bon pour la charpente. Le bois n’est pas compétitif face au bois américain ». Du côté des élus, le constat est équivalent : « les chaudières à bois déchiqueté sont compliquées à installer, coûtent plus cher, résume Hervé Morin, il faudrait un moyen pour les rendre plus accessibles ».

Agrandissements
Plusieurs maires normands relatent avoir procédé au classement des haies de leur commune avant de soumettre l’arrachage à autorisation. Le maire de Flers, Yves Goasdé, l’a fait pour son agglo : 65% du linéaire est désormais protégé. Selon lui, « il faut laisser l’entretien libre, le propriétaire est le mieux placé pour entretenir sa haie ». Il accepte les demandes d’arrachage dans le cadre d’agrandissements mais cherche « une mesure de compensation ». « La plupart des agriculteurs part à la retraite dans dix ans, et même s’il y a quelques jeunes qui s’installent, il y aura encore plus d’agrandissements », note un agriculteur dans la salle. n

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité