Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Haie bocagère : convaincre les paysans

La Région s’apprête à lancer un plan en faveur de la haie, qu’elle a choisie comme symbole de la biodiversité en Normandie. Hervé Morin prépare une nouvelle politique régionale « qui tienne la route » au printemps. Les agriculteurs y sont des acteurs majeurs.

© DB

"On cherchait un marqueur de biodiversité, la haie nous est apparue comme le plus important pour la Normandie ». Hervé Morin veut engager un grand plan en faveur de la haie en Normandie. L’objectif est, en mai-juin, de « porter une vraie politique régionale qui mette tous les acteurs autour de la table ». Dans la salle des fêtes de Bellou-en-Houlme, jeudi 23 janvier, élus locaux et agriculteurs se passent la parole durant une bonne heure pour évoquer les points à faire évoluer.

Convaincre
Comment convaincre les agriculteurs à maintenir, planter et entretenir les haies ? « Il faut mettre les agriculteurs de notre côté », témoigne Gérard Bertrand, le maire de Bellou-en-Houlme, qui comprend 25 sièges d’exploitation. Pour Sylvain Aillard, président de la Scic Bois bocage énergie, « ils doivent être partie prenante ». Il évoque la rédaction du cahier des charges du label Bois bocage géré durablement, « par des agriculteurs ». Et d’insister sur l’exemplarité : « pour convaincre un paysan, il faut un autre paysan ». Christophe Beaumont est technicien au sein du syndicat de la Rouvre. Selon lui, « on dit ce qui va mal mais il faut aussi apporter des solutions. Le syndicat met en œuvre, gère techniquement et apporte des financements ». Après dix ans et 30 km de plantation de haies, il estime qu’il est nécessaire de « s’inscrire dans le temps » pour « obtenir la confiance ».

Peu de valeur
Nicolas Tison, élu à la Chambre d’agriculture de l’Orne, relève qu’il « manque de la visibilité économique : les agriculteurs ne perçoivent que les réglementations et peu la valeur financière ». Un agriculteur renchérit, « le hêtre ne vaut rien, le chêne n’est pas bon pour la charpente. Le bois n’est pas compétitif face au bois américain ». Du côté des élus, le constat est équivalent : « les chaudières à bois déchiqueté sont compliquées à installer, coûtent plus cher, résume Hervé Morin, il faudrait un moyen pour les rendre plus accessibles ».

Agrandissements
Plusieurs maires normands relatent avoir procédé au classement des haies de leur commune avant de soumettre l’arrachage à autorisation. Le maire de Flers, Yves Goasdé, l’a fait pour son agglo : 65% du linéaire est désormais protégé. Selon lui, « il faut laisser l’entretien libre, le propriétaire est le mieux placé pour entretenir sa haie ». Il accepte les demandes d’arrachage dans le cadre d’agrandissements mais cherche « une mesure de compensation ». « La plupart des agriculteurs part à la retraite dans dix ans, et même s’il y a quelques jeunes qui s’installent, il y aura encore plus d’agrandissements », note un agriculteur dans la salle. n

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fermer les abattoirs, c’est tuer les éleveurs
Dimanche 7 juin 2020, le préfet de la Manche a pris la décision de fermer le dernier abattoir de la Manche, à Saint-Hilaire-du-…
MOISSON ORGE
Les orges ouvrent le bal des batteuses
Dès le milieu de la semaine dernière, les batteuses ont ouvert le bal de la moisson. Les orges, comme à leur habitude, sont les…
JA NORMANDIE
JA Normandie renouvelle son bureau
Après les élections départementales, JA Normandie a élu son nouveau bureau mardi 23 juin. Questions à Alexis Graindorge qui…
Le soja normand prend de l’ampleur
En 2019, la Région lance un appel à projets pour son plan protéines végétales. Le Soja made in Normandie (SMN), alliant, entre…
SAFER - JA NORMANDIE
Safer et JA de Normandie luttent contre l’accaparement des terres
En attendant une loi foncière, Safer et JA de Normandie s’organisent pour lutter contre le transfert opaque des terres. En 2019,…
Maltot exauce le vœu de la ruralité
Maltot, pour ceux qui ne connaissent pas, c’est son château, sa MFR et son Bœuf en fête. La commune compte 1 095 habitants, se…
Publicité