Aller au contenu principal

A Hesloup (61) : investir, s’agrandir et se diversifier pour durer

llll Troisième génération de Richard à la tête de l’entreprise éponyme, Damien mise sur l’investissement, la croissance et la diversification pour assurer la pérennité de l’ETA (Entreprise de Travaux Agricoles) familiale.

© TG

>> En quoi votre entreprise a-t-elle évolué depuis sa création ?
Depuis sa création par mon grand-père et son frère, l’entreprise a déménagé pour des bâtiments plus fonctionnels.
Côté activité, le drainage a laissé la place à la betterave sucrière qui représente aujourd’hui 56 % de notre chiffre d’affaires autour de l’arrachage, du bâchage et de l’enlèvemement


>> Je suis agriculteur, donnez-moi 3 bonnes raisons de faire appel à l’entreprise plutôt que d’investir dans mon propre matériel...
Tout d’abord, la diminution de la charge de travail. C’est primordial vis-à-vis des nouvelles générations d’agriculteurs qui veulent disposer de plus de temps libre.
Autre aspect : moins subir les charges de mécanisation avec l’évolution du prix des consommables comme le fuel.
Enfin, moins d’annuités d’emprunt à rembourser donc une sécurisation du revenu.

>> Le congrès d’EDT qui se tiendra à Deauville (14) en janvier prochain abordera l’agriculture de précision, une réalité déjà effective dans votre parc matériel ?
Non pas encore. On fait très peu de travail du sol, de semis, d’épandage ou de traitement aujourd’hui en prestation, mais l’agriculture de précision va devenir incontournable dans les prochaines années.
C’est une évidence.

>> Votre dernier investissement ?
Le renouvellement d’une moissonneuse-batteuse qui avait presque 20 ans au coût d’entretien de plus en plus élevé.
Autre motivation : une question de débit de chantier donc de rentabilité de chantier.

>> Votre prochain investissement ?
Ce pourrait être un pulvérisateur nouvelle génération pour faire du traitement bas volume.
Derrière cela, il y a des questions environnementales mais aussi un aspect économique. 
Mettre le bon produit, au bon endroit, au bon moment et à la bonne dose, c’est diminuer la consommation d’intrants. 

>> A quelles conditions une ETA sera durable ?
Premièrement, investir en permanence pour être à la pointe de la technologie. Dans un deuxième temps, c’est agrandir son aire géographique pour aller plus loin. Enfin, c’est se diversifier pour se sécuriser. Je pense par exemple à la contractualisation avec des entreprises de l’agroalimentaire ou celles œuvrant dans le domaine des énergies renouvelables.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
RecyOuest monte son usine à Argentan
Après sept ans d’existence, la startup normande a pu poser la première pierre de son usine de recyclage de ficelles et de filets…
Publicité