Aller au contenu principal

Travail du sol, agriculture de précision
Horsch mise sur le désherbage mécanique et chimique

Historiquement, Horsch, c’est le travail du sol et le semis. Aujourd’hui, c’est aussi le désherbage mécanique et chimique. Questions à Ludovic Denize, responsable commercial Horsch Normandie Bretagne.  

Ludovic Denize, responsable commercial Horsch Normandie Bretagne
Ludovic Denize, responsable commercial Horsch Normandie Bretagne
© TG

>> Quel est le réseau de distribution Horsch dans notre région ?


Concernant la Normandie, nous nous appuyons sur plusieurs concessionnaires de renoms comme la Sama dans le Calvados et une partie de l’Orne et de la Manche, Douillet et Duret dans le sud de l’Orne et Josse dans l’Eure.

>> C’est quoi l’origine de Horsch ?


Notre ADN, c’est le travail du sol et le semis mais, depuis quelques années, nous proposons une gamme complète de pulvérisateurs portés, trainés et automoteurs, segment sur lequel nous sommes leaders. Parallèlement, nous sommes très présents sur le marché de la herse étrille et de la bineuse qui s’imposent de plus en plus dans les campagnes.

>> Quels sont aujourd’hui les grands fondamentaux en termes d’exigences de la clientèle ?


Fiabilité, simplicité et adaptabilité. Les agriculteurs travaillent parfois de nuit parce que les conditions météo sont optimums. Pas question dans ces moments-là de sortir le mode d’emploi pour comprendre comment ça marche ou de tomber en panne. Adaptabilité avec des changements de buse selon les conditions d’utilisation.

>> Cela suppose de bien connaître  les besoins ?


En amont des ventes, nous partageons notre approche pulvérisation en faisant beaucoup de préformation et de formation comme dernièrement à la Sama. Cela évite de mal utiliser le matériel par méconnaissance.
>> Entre le désherbage mécanique et le désherbage chimique, vous faites le grand écart ?
Nous sommes convaincus, chez Horsch, que l’avenir est entre les deux. Notre stratégie est de combiner le meilleur de l’AB et de l’agriculture conventionnelles pour concevoir le meilleur dans un contexte d’agriculture de précision qui s’impose de jour en jour. GPS, cartographie, caméra de guidage (...) sont incontournables.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Publicité