Aller au contenu principal

Hutte, championne d’Alain Levée

Le concours de la race Normande était à nouveau de qualité. Pas moins de 36 éleveurs ont présenté au total plus de 120 animaux. Parmi ces vaches, le titre de championne a été décerné à Hutte, une vache de Alain Levée.

© SB

La troisième participation au festival de l’élevage de Lessay est la bonne pour Hutte (Aubray x Redondo), une vache âgée d’un peu plus de quatre, en 2e lactation, issue de l’élevage de Alain Levée. Première de sa section, première également des femelles de 2e et 3e lactation, elle décroche le titre suprême de ce rendez-vous. Une satisfaction qui s’est exprimée sur le visage de l’éleveur, laissant apparaître une belle émotion. Pour les juges, Thomas Dumesnil et Pierrick L’Anthoën, il n’y a pas de doute, « tout le monde rêverait d’avoir un tel animal dans son exploitation ». Déjà dans le prix section, les juges se disant avoir été impressionnés. « C’est une vache complète. La différence s’est faite surtout par la qualité des aplombs » note Thomas Dumesnil. « Elle allie toutes les qualités et qui peut s’adapter à tout type d’élevage » poursuit-il. Pour l’éleveur qui a avait fait le déplacement avec trois animaux, repart conquis. « Je ne m’y attendais pas du tout. Je venais comme chaque année retrouver des copains. Aujourd’hui, je suis vraiment touché » confie-t-il avec une petite voix, dédiant à la fois cette récompense à ses parents qui l’épaulent, son épouse et son fils Jimmy, qui venait d’avoir 20 ans la veille du concours. Un beau cadeau d’anniversaire. De très beaux animauxD’autres éleveurs se sont illustrés dans ce concours départemental. Des noms qui marquent l’élevage manchois. La vache de Alain Levée a devancé Golleville ou encore Clochette issue de l’élevage de Colette Lequertier. Quant à Luc Destres, il s’impose comme le meilleur élevage du département. Mais pas seulement puisqu’il est en pôle position au niveau de l’hexagone avec une note en morphologie de 90 ,1 points suivie de près de Colette Lequertier en seconde position. « Nous savions qu’en venant dans la Manche, nous allions avoir de très beaux animaux » assure Pierrick L’Anthoën. Pour autant, « nous restons impressionnés par la qualité des animaux présentés, comme quoi la production laitière a encore beaucoup d’avenir. Malgré la crise, les gens savent rester motivés » poursuit-il.

 


Beaucoup de progrès

Pour le président de l’association Normande 50, Pascal Orvain, « la race Normande a énormément progressé. Elle a encore de très belles années devant elle. Elle a de nombreux atouts qui correspondent aux exigences des filières et aux attentes des consommateurs dans les années à venir. Il faut y croire. En faisant un travail de qualité, la race Normande répondra à exigences des marchés de demain ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ABATTOIR SAINT HILAIRE
Les élus mettent fin à la régie de l’abattoir de Saint-Hilaire
La communauté d’agglomération Mont-Saint-Michel Normandie a décidé le 15 décembre de mettre un terme à la régie de l’abattoir de…
Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Publicité