Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Equi’days
Il était une fois dans l’ouest : un laboratoire international

En octobre, le Calvados fête le cheval. Le département donne une place importante aux activités équestres. Le laboratoire Frank Duncombe, à Saint-Contest, en est l’illustration. Visite avec son directeur Francis Dorey.

Le laboratoire des stars peut être l’un des qualificatifs du site de Saint-Contest près de Caen. Les stars du trot, du galop et autres sports équestres sont en effet analysés dans le Calvados. Sur le plan national et international, 25 à 30 000 chevaux sont suivis chaque année. Le laboratoire réalise par exemple des bilans de formes sportives. “Avant chaque grand prix, nous effectuons des tests parmi les meilleurs chevaux. Ce n’est pas rare d’analyser 50 % des partants d’une course. On connaît par exemple leur taux de globules rouges. Les analyses sont aussi poussées que celles des humains”, explique le directeur, Francis Dorey. Les salariés sont donc tenus à un devoir de réserve : “si nous ne pouvons pas déterminer le vainqueur, les analyses donnent une idée sur le cheval qui ne gagnera pas”. Le laboratoire Frank Duncombe existe depuis plus de 100 ans. Le pôle équin a permis au laboratoire d’acquérir une renommée européenne voire mondiale. “Recherches et développements” : ces termes collent à l’aspect futuriste du bâtiment qui abrite doctorants et autres vétérinaires. Des partenariats sont notamment développés avec des chercheurs étrangers. Parmi les sujets d’actualité : la thèse d’Albertine Léon sur les avortements infectieux de la jument. 28 % des causes restent aujourd’hui inexpliquées. Recherches et développements Albertine Léon est ainsi allée travailler deux mois au Research Center de Lexington. La possible application concrète : développer des tests pour proposer des analyses prédictives. Ses travaux ont donné lieu à l’écriture d’un article international. “C’est en publiant que vous existez dans le domaine scientifique”, précise Francis Dorey. Mais, d’autres projets sont menés parallèlement. “Nous travaillons en partenariat avec l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments (AFSSA), le Centre d’Imagerie et de Recherche sur les Affections Locomotrices Equines (CIRALE) de Dozulé, ainsi qu’avec certaines équipes du CHU de Caen. Nous étudions les problèmes respiratoires des chevaux”.Ces collaborations ont d’ailleurs été mises en avant lors de l’obtention du pôle de compétitivité équin en Basse-Normandie. “L’émulation autour du cheval favorisera sans doute des retombées en termes d’analyses et de travail de recherches”, confie Francis Dorey. L’activité équine concerne aujourd’hui 71 départements français et 9 pays. Le laboratoire se classe ainsi au premier rang national et parmi les trois premiers européens. Dans la course à la recherche équestre, le laboratoire départemental garde une longueur d’avance. V. MotinLes bovins devancent les chevaux Le laboratoire Frank Duncombe intervient également au quotidien dans la vie des agriculteurs. Eau, alimentation et santé animale sont ses domaines de compétences. Des domaines qui concernent directement les exploitations agricoles allant de l’analyse des boues des stations d’épuration à la surveillance des bovins du Calvados. “Au delà de notre mission de service public du suivi des eaux des collectivités, nous travaillons en lien avec le Groupement de Défense Sanitaire. Nous surveillons la qualité des points d’eau de près de 500 exploitations”, rappelle Francis Dorey. Autre compétence du laboratoire : les analyses alimentaires. “Nous travaillons sur les aliments produits et consommés par les agriculteurs. Nous intervenons sur les analyses de viandes confiées par les services vétérinaires”. Dernier rôle, le plus important pour les agriculteurs : la santé animale. “Les analyses des bovins entrent dans des programmes de dépistages pour améliorer la qualité sanitaire des cheptels. Le GDS est notre principal partenaire”. Le centre de Saint-Contest participe aussi à l’épidémiosurveillance des maladies à impact économique ou sanitaire. Les bovins restent ainsi la principale activité du laboratoire.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité