Aller au contenu principal

Virginie et Amélie ont bâti leur projet (ACOLADE) avec le CDFA
“Il nous a aidées à prendre la bonne voie”

Pour clarifier son projet professionnel, rien de tel que le coup d’œil extérieur. Amélie Lefèbvre et Virginie Roger ont apprécié celui du CDFA.

Le CDFA(1) a tenu, vendredi dernier à Caen, son assemblée générale. Temps fort de ce rendez-vous, les témoignages d’anciens stagiaires venus dresser un bilan sans concession de leur passage au comité. Conclusion : ça marche, et plutôt bien.

Du psychologique et de la technique
Clarifier votre projet d’activité”. Une formation qui figure à la carte des services proposés par le CDFA. Amélie Lefèbvre et Virgine Roger, unies dans ce qui aurait pu s’apparenter à une  galère après leur licenciement d’un même cabinet vétérinaire, ont retroussé leurs manches et scellé leur devenir autour d’un même projet : la création d’une boutique dépôt/vente en puériculture. C’est désormais chose faite depuis le 4 novembre. Vous pouvez pousser la porte de leur magasin ACOLADE, sis 7 rue de la Miséricorde, à Caen. C’est ouvert! Sauf justement le jour de l’assemblée générale du CDFA car Virginie et Amélie ont baissé le rideau, deux heures durant, pour apporter leur témoignage à l’occasion des travaux du comité de formation. Le signe d’une certaine reconnaissance et d’un grand merci. “Clarifier son projet d’activité s’est déroulé en deux parties. Une première un peu plus psychologique qui nous a permis de répondre à cette question : sommes-nous en adéquation pour mener à bien, ensemble, un tel projet ?, insistent nos deux jeunes chefs d’entreprise. La seconde partie a été un peu plus technique. Nous nous sommes préparées aux entretiens, notamment face aux banques. Nous avons appris à faire une étude de marché...” Et si l’on évoque souvent la suradministration en agriculture, décrocher le droit d’afficher son “pignon sur rue” peut parfois aussi s’apparenter au parcours du combattant. Trouver le bon chemin dans les méandres administratifs, financiers, commerciaux (...) tient aussi de la gageure.  “Le CDFA nous a aidées à prendre la bonne voie”, résument Amélie et Virginie.

Très peu de déchet
La formation “Clarifier votre projet d’activité” existe depuis 2001. Peu de déchets au vu des statistiques 2008. “53 % des stagiaires ont réalisé ou sont en phase de réalisation de leur projet. 22% sont en veille. 4% continuent à se former, analyse Amélie Gallard, responsable formation au CDFA. Seulement 10% ont abandonné leur projet.” Une réussite donc que certains aimeraient voir se prolonger. Après “clarifier”, pourquoi pas “accompagner un projet”? L’idée est lancée.

(1) : Comité de Formation Agricole
et Rurale Normandie
2 bis avenue du Pays de Caen
14460 Colombelles
Tél. 02 31 70 88 15
Fax. 02 31 34 97 91
Email : cdfa@cdfa.asso.fr
www.cdfa.asso.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 7e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS et la DDPP confirment, mardi 13 avril2021, qu'un septième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans le Bessin.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
Christian et Catherine Duchemin vendent La Ferme du Val d’Odon à Alain Datin
Christian et Catherine Duchemin passent la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de La Ferme du Val d'…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité