Aller au contenu principal

" Il n’y a pas une culture pour rattraper l’autre ”

Dans l’est de l’Orne, la moisson est terminée. Elle laisse un goût amer aux cultivateurs. Jean-Pierre Prévost, responsable grandes cultures à la FDSEA, estime que c’est la pire année de sa carrière.

Jean-Pierre Prévost - 61
En colza, Jean-Pierre Prévost récolte « une parcelle de 10 ha à 8 q/ha ».
© DR

>>  Quels sont les rendements dans le Pays d’Auge/Pays d’Ouche ?
Les rendements sont hétérogènes mais globalement très mauvais. Il n’y a pas une culture pour rattraper l’autre. En orges, ils varient de 30 à 60 q/ha ; en colza de 8 à 25 q/ha ; les blés de 35 à 70 q/ha. En paille, je fais 1,7 t/ha. Les pois font 25 q/ha. Les féveroles sont attaquées par la bruche. S’il ne pleut pas dans les prochains jours, les maïs sont compromis. On s’attend à 20 q/ha pour les orges de printemps. L’ambiance est morose.


>>  La faute à la météo ?
Entre autres. Nous avons eu de mauvaises conditions de semis à l’automne, 700 mm d’eau en trois mois. Les cultures ont donc d’abord souffert de l’humidité. Puis de la sécheresse en mars et du gel en avril-mai. Nous sommes descendus à -7 °C au moment de la floraison avec un fort vent d’est. Les secteurs qui ont eu 20 mm d’eau en avril s’en sortent avec 20 q/ha de plus. La faute revient aussi aux pouvoirs publics qui nous suppriment des matières actives. Les colzas, qui étaient superbes, ont subi des problèmes d’altises. Nous ne disposons plus d’insecticides performants. Les blés et les orges ont eu la jaunisse nanisante car on ne peut plus traiter les semences.

>>  A combien estimez-vous les pertes ?
On estime que, pour une ferme en cultures sur 180 ha, les pertes vont être de 300 €/ha, soit plus de 50 000 €, toutes cultures confondues. Les blés ont de la qualité PS et protéines, mais le risque est que les prix ne compensent pas le déficit de rendement. Nous sommes à peine remis de 2016, où qualité et quantité étaient absentes. Des prêts court terme de trésorerie avaient été étalés sur cinq ans. Soit jusqu’en 2021. Nous n’en sommes pas encore sortis. Nous demandons une exonération sur le foncier non bâti puis nous verrons en septembre, à la rentrée syndicale, comment nous allons nous organiser. L’année va être longue.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

VIDEO La Jaguar 990 TT Claas se démène dans la Manche
Le concessionnaire SM3 Claas a fait venir l’ensileuse 990 terra trac pour une démonstration dans la Manche. Venue d’Allemagne, la…
KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
Frédéric Bellanger, Orne
Chez Frédéric Bellanger, le bonheur est dans l’herbe
Pour Frédéric Bellanger, producteur de viande bovine à La Boursillière à Moutiers-au-Perche (61), le bonheur est dans le pré :…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
Jennifer Morin, agricultrice
Jennifer Morin, « mieux vaut avoir le caractère bien trempé »
À Larchamp, commune nouvelle de Tinchebray-Bocage (61), Jennifer Morin est installée avec son mari en lait. Non issue du milieu…
Publicité