Aller au contenu principal

" Il n’y a pas une culture pour rattraper l’autre ”

Dans l’est de l’Orne, la moisson est terminée. Elle laisse un goût amer aux cultivateurs. Jean-Pierre Prévost, responsable grandes cultures à la FDSEA, estime que c’est la pire année de sa carrière.

Jean-Pierre Prévost - 61
En colza, Jean-Pierre Prévost récolte « une parcelle de 10 ha à 8 q/ha ».
© DR

>>  Quels sont les rendements dans le Pays d’Auge/Pays d’Ouche ?
Les rendements sont hétérogènes mais globalement très mauvais. Il n’y a pas une culture pour rattraper l’autre. En orges, ils varient de 30 à 60 q/ha ; en colza de 8 à 25 q/ha ; les blés de 35 à 70 q/ha. En paille, je fais 1,7 t/ha. Les pois font 25 q/ha. Les féveroles sont attaquées par la bruche. S’il ne pleut pas dans les prochains jours, les maïs sont compromis. On s’attend à 20 q/ha pour les orges de printemps. L’ambiance est morose.


>>  La faute à la météo ?
Entre autres. Nous avons eu de mauvaises conditions de semis à l’automne, 700 mm d’eau en trois mois. Les cultures ont donc d’abord souffert de l’humidité. Puis de la sécheresse en mars et du gel en avril-mai. Nous sommes descendus à -7 °C au moment de la floraison avec un fort vent d’est. Les secteurs qui ont eu 20 mm d’eau en avril s’en sortent avec 20 q/ha de plus. La faute revient aussi aux pouvoirs publics qui nous suppriment des matières actives. Les colzas, qui étaient superbes, ont subi des problèmes d’altises. Nous ne disposons plus d’insecticides performants. Les blés et les orges ont eu la jaunisse nanisante car on ne peut plus traiter les semences.

>>  A combien estimez-vous les pertes ?
On estime que, pour une ferme en cultures sur 180 ha, les pertes vont être de 300 €/ha, soit plus de 50 000 €, toutes cultures confondues. Les blés ont de la qualité PS et protéines, mais le risque est que les prix ne compensent pas le déficit de rendement. Nous sommes à peine remis de 2016, où qualité et quantité étaient absentes. Des prêts court terme de trésorerie avaient été étalés sur cinq ans. Soit jusqu’en 2021. Nous n’en sommes pas encore sortis. Nous demandons une exonération sur le foncier non bâti puis nous verrons en septembre, à la rentrée syndicale, comment nous allons nous organiser. L’année va être longue.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

TUBERCULOSE BOVINE
Tuberculose bovine : quatre cas confirmés dans le Calvados
Le Groupement de défense sanitaire confirme, ce mardi 23 février 2021, la détection de quatre cas de tuberculose bovine. Plus de…
TUBERCULOSE BOVINE LESSAY
Canton de Lessay : 200 animaux à abattre
Après quatre cas dans le Calvados, un cas de tuberculose bovine a été détecté fin février dans le canton de Lessay au sein d’un…
Graindorge, bâtiments de la future fromagerie
Graindorge mise sur le camembert AOP fermier et bio
La fromagerie Le Clos de Beaumoncel est en cours de finalisation à Camembert (61). Fruit d’un partenariat entre E. Graindorge et…
ETA GIFFARD - EPANDAGE
Terra Variant 585 cherche hectares où s’épandre
À l’automne, Denis Giffard, entrepreneur de travaux agricoles à Tournebu (14), a troqué l’une de ses arracheuses intégrales à…
ORNE - CERTIFICATION HVE
HVE : le label met un pied dans l’Orne
La Chambre d’agriculture de Normandie a invité les agriculteurs à s’informer sur le label HVE au cours de trois réunions dans l’…
Le GDS 14 élit son nouveau président
Lors de son assemblée générale, le Groupement départemental sanitaire du Calvados a renouvelé son bureau. Alain Legentil,…
Publicité