Aller au contenu principal

Lutte contre la bruche
Indispensable en débouché alimentation humaine

Un insecte qui dégrade la qualité des graines.

Bruche sur graines.
Bruche sur graines.
© DR

La présence de bruches sur les cultures de féveroles affecte peu le rendement mais est très préjudiciable à la qualité des graines pour les débouchés alimentation humaine ou production de semence. Les seuils de tolérance pour la présence de grains bruchés à la récolte sont très faibles (1 % à 3 %, selon les contrats).
En provenance des refuges hivernaux (zones boisées, silos…) la bruche de la féverole pond sur les gousses, après éclosion des œufs, les larves pénètrent directement dans les graines pour s’y développer. Les nouveaux adultes sortent des graines le plus souvent après la récolte en provoquant des trous bien ronds (diamètre : 2 à 2.5 mm). Les piqûres des larves peuvent également entraîner la formation de taches noires fortement préjudiciables à l’aspect visuel des graines.
La bruche ne présente qu’une seule génération par an (pas de multiplication de l’insecte dans les grains stockés).

Traiter aux bons moments
En préambule, une lutte collective est souhaitable au sein d’un bassin de production car, les bruches se déplacent beaucoup et sur de grandes distances.
Objectif : viser les adultes avant la ponte car les larves sont inaccessibles. Le nombre de traitements dépend des conditions climatiques de l’année.
Ne pas traiter avant le stade “jeunes gousses 2 cm” (ce stade est atteint 7 à 10 jours après le début de la floraison) car ce traitement ne sera d’aucune utilité.
A partir de ce stade “jeunes gousses 2 cm”, il faut traiter si la température maximale dépasse 20° C pendant au moins 2 jours consécutifs = T1. Renouveler le traitement tous les 7 jours pendant la période sensible, si les conditions climatiques sont favorables aux vols de bruches. Ne plus traiter après le stade “fin floraison”.
A noter : un traitement est d’autant plus efficace que la température maximale se maintient à plus de 20° C pendant les 4 jours suivants l’intervention.

Choisir le bon produit
La féverole est une culture visitée par les insectes pollinisateurs. Afin de respecter la législation abeilles, il convient de traiter en l’absence d’insectes pollinisateurs, de préférence le soir, avec des produits autorisés ayant la “mention abeilles” aux “doses abeilles”.
Les préconisations d’Arvalis en 2010 :
- utiliser le Karaté Xpress solo à 0.125 kg/ha ou les associations de produits insecticides :
- Talstar Flo 0.125 l/ha + Karaté Xpress 0.125 kg/ha : efficacité améliorée par rapport à Karaté Xpress solo.
- Talstar Flo 0.125 l/ha + Karaté Zeon 0.0625 l/ha : résultat équivalent au Karaté Xpress appliqué seul.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité