Aller au contenu principal

Lutte contre la bruche
Indispensable en débouché alimentation humaine

Un insecte qui dégrade la qualité des graines.

Bruche sur graines.
Bruche sur graines.
© DR

La présence de bruches sur les cultures de féveroles affecte peu le rendement mais est très préjudiciable à la qualité des graines pour les débouchés alimentation humaine ou production de semence. Les seuils de tolérance pour la présence de grains bruchés à la récolte sont très faibles (1 % à 3 %, selon les contrats).
En provenance des refuges hivernaux (zones boisées, silos…) la bruche de la féverole pond sur les gousses, après éclosion des œufs, les larves pénètrent directement dans les graines pour s’y développer. Les nouveaux adultes sortent des graines le plus souvent après la récolte en provoquant des trous bien ronds (diamètre : 2 à 2.5 mm). Les piqûres des larves peuvent également entraîner la formation de taches noires fortement préjudiciables à l’aspect visuel des graines.
La bruche ne présente qu’une seule génération par an (pas de multiplication de l’insecte dans les grains stockés).

Traiter aux bons moments
En préambule, une lutte collective est souhaitable au sein d’un bassin de production car, les bruches se déplacent beaucoup et sur de grandes distances.
Objectif : viser les adultes avant la ponte car les larves sont inaccessibles. Le nombre de traitements dépend des conditions climatiques de l’année.
Ne pas traiter avant le stade “jeunes gousses 2 cm” (ce stade est atteint 7 à 10 jours après le début de la floraison) car ce traitement ne sera d’aucune utilité.
A partir de ce stade “jeunes gousses 2 cm”, il faut traiter si la température maximale dépasse 20° C pendant au moins 2 jours consécutifs = T1. Renouveler le traitement tous les 7 jours pendant la période sensible, si les conditions climatiques sont favorables aux vols de bruches. Ne plus traiter après le stade “fin floraison”.
A noter : un traitement est d’autant plus efficace que la température maximale se maintient à plus de 20° C pendant les 4 jours suivants l’intervention.

Choisir le bon produit
La féverole est une culture visitée par les insectes pollinisateurs. Afin de respecter la législation abeilles, il convient de traiter en l’absence d’insectes pollinisateurs, de préférence le soir, avec des produits autorisés ayant la “mention abeilles” aux “doses abeilles”.
Les préconisations d’Arvalis en 2010 :
- utiliser le Karaté Xpress solo à 0.125 kg/ha ou les associations de produits insecticides :
- Talstar Flo 0.125 l/ha + Karaté Xpress 0.125 kg/ha : efficacité améliorée par rapport à Karaté Xpress solo.
- Talstar Flo 0.125 l/ha + Karaté Zeon 0.0625 l/ha : résultat équivalent au Karaté Xpress appliqué seul.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

AUTORISATION CHASSE 61
Feu vert à la chasse dans l’Orne
Jeudi 5 novembre, la commission départementale de la chasse et de la faune sauvage était en réunion extraordinaire. Malgré le…
SOJA NORMAND MOISSON
Le potentiel du soja prend racine
Au printemps, des éleveurs adhérents à l’OP des 3 Vallées (Danone) et des cultivateurs ont semé 29 ha de soja, en partenariat…
SCoT Caen métropole
Le futur visage de la métropole de Caen
Le nouveau SCoT de Caen métropole réduit la possibilité d’urbaniser les terres agricoles et naturelles. Une enveloppe foncière…
Pascal Desvages et Stéphane Carel Président et directeur de la coopérative de Creully (14).
Coopérative de Creully (14) : " Nos choix stratégiques sont confortés "
Malgré la crise sanitaire et autre perturbateur conjoncturel et structurel, la coopérative de Creully (14), qui tient son…
LIN ET COVID
Le lin : une filière d’excellence à l’épreuve de la Covid
80% de la production mondiale de fibre de lin teillé est d’origine européenne et la France en est le leader mondial. Outre leur…
pressoir lycée agricole Sées
Au lycée de Sées, on presse beaucoup pour le plaisir
Le pressoir de Patrick Yvard s’installe chaque année durant deux mois et demie dans la cour de la cidrerie du lycée de Sées. Les…
Publicité