Aller au contenu principal

Innover et raisonner pour optimiser et réduire l’usage des phytosanitaires !

Le défi que Jean Maillard s’est fixé en 2010 est de taille, diviser par deux sa consommation de produits phytosanitaires en 5 ans tout en conservant son résultat économique !

Agriculteur à Octeville sur Mer (Pointe de Caux en Seine-Maritime) sur 130 ha, en grandes cultures avec des cultures industrielles, le pari était loin d’être évident dans un tel système où pomme de terre, betterave et lin alternent avec le blé ! Pourtant depuis 2010 et tout en s’adaptant au contexte des années, sa consommation de phytos tend à la baisse, lui permettant de presque parvenir à son objectif dès 2013 ! Quels sont donc les secrets de ce succès ?Tout d’abord une solide motivation pour renouveler son métier d’agriculteur, l’objectif de réduire les charges de son exploitation et de limiter son impact sur l’environnement. Egalement, une passion pour l’innovation, la fertilité des sols mais aussi de la curiosité et de l’échange, ce qui s’est traduit tout naturellement par son entrée dans le réseau de fermes DEPHY Ecophyto en 2012 !

Quels sont les changements sur l’exploitation depuis l’entrée dans le réseau DEPHY Ecophyto ?

L’exploitation familiale de Jean, avec ses différentes cultures de vente, est très représentative des systèmes à haut potentiel de la Haute-Normandie. Le système initial était constitué d’une rotation avec betterave, lin, colza, pomme de terre et blé de deux ans, en labour occasionnel. La protection phytosanitaire se basait alors surtout sur les avertissements et le conseil des techniciens, souvent en systématique, sans optimisation et raisonnement plus poussé.Quelques changements avaient été engagés sur l’exploitation avant l’entrée dans le groupe DEPHY et se sont poursuivis depuis. Dès 2010, Jean a mis en place des pratiques d’efficience avec le bas volume et la réduction de doses, tout d’abord sur le blé puis progressivement sur toutes les cultures. Ensuite, il a introduit des couverts en mélanges (légumineuses et graminées), des couverts associés en colza, avant l’arrêt de celui-ci en 2014. Enfin, en blé, l’introduction de mélanges variétaux et une plus grande systématisation de semis plus tardifs, limitent le risque maladies, permettant ainsi de réduire l’usage des fongicides et de ne gérer le désherbage des blés qu’au printemps. Aujourd’hui, l’observation est prépondérante et le raisonnement a pris le pas sur le traitement systématique. Il en résulte une réduction progressive des IFT, robuste dans le temps en dépit des effets années, atteignant 22 % de baisse en 2014 et jusqu’à 40 % en 2013.

Réduire les doses en optimisant l’application des phytosanitaires avec la pratique du bas volume

Jean a introduit le bas volume dès 2010. Il cherche à appliquer la dose optimale en fonction des conditions climatiques et de la cible visée. Il traite tôt le matin, avec une hygrométrie de 70 à 80 %, ajoute des adjuvants et intervient plus précocement sur la cible (adventices et inoculum de maladie). Jean réduit ses doses sur toutes les cultures, de 20 à 30 % en moyenne et jusqu'à 40 % quand les leviers agronomiques ont été actionnés (variétés résistantes, dates de semis, mélanges variétaux..) et sur les postes fongicides principalement. Les réductions sont cependant plus faibles en betterave et lin.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 7e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS et la DDPP confirment, mardi 13 avril2021, qu'un septième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans le Bessin.
Christian et Catherine Duchemin vendent La Ferme du Val d’Odon à Alain Datin
Christian et Catherine Duchemin passent la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de La Ferme du Val d'…
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité