Aller au contenu principal

Elevage
Inquiétude dans le Bessin après l’annonce d’un septième cas de tuberculose bovine

Les éleveurs du Bessin ont été invités à une réunion d’information sur la tuberculose bovine, le 4 mai 2021, après la découverte d’un cas en abattoir, dont l’exploitation est basée dans le secteur du Molay-Littry. C’est le septième cas de tuberculose bovine découvert dans le Calvados cette année.

Jean-Yves Heurtin, président de la Chambre d’agriculture du Calvados ; Jonathan Lenourichel, président du GDS du Calvados ; Vincent Rivasseau et Christophe Martinet de la Direction départementale de la protection des populations (DDPP) ; Etienne Gavart, directeur du GDS du Calvados : la profession était réunie pour informer les éleveurs du Bessin sur la maladie et les procédures de prophylaxie, mardi 4 mai au Molay-Littry.
© DB

Ils étaient une soixantaine, mardi 4 mai 2021, dans la salle des fêtes du Molay-Littry, à la réunion d’information sur la tuberculose bovine, à la suite d’un cas découvert en abattoir. L’Anses a confirmé sa contamination par le mycobacterium bovis le 8 avril. Il provient d’une ferme du secteur, une première dans le Bessin, épargné jusqu’alors par la maladie. « C’est quand même un choc quand ça arrive dans un secteur », soutient Jean-Yves Heurtin, président de la Chambre d’agriculture du Calvados. 173 bovins lait et allaitant vont être tués, portant à 1 535 le nombre de bovins abattus dans le cadre de la prophylaxie 2020-2021 dans le département.

Enquête épidémiologique

Dans la salle, certains sont déjà concernés puisque la Direction départementale de la protection des populations (DDPP) procède en ce moment même à l’enquête épidémiologique. Les animaux du voisinage de l’exploitation foyer sont testés, ainsi que les exploitations ayant vendu ou acheté des animaux au foyer. On ne connaît pas encore la souche exacte de la bactérie, les cellules ont été mises en culture pour déterminer s’il s’agit de la GB 35 Calvados, celle qui circule en Normandie depuis huit ans. Le résultat ne devrait pas être connu avant le mois de juin. « En fonction des résultats, on connaîtra l’impact sur le secteur », indique Vincent Rivasseau, chef du service protection sanitaire et environnement à la DDPP. « Il va falloir y aller doucement, intervient un éleveur, suivre psychologiquement et faire gaffe au niveau humain ».

Cerfs de la forêt de Balleroy

A la problématique blaireaux-sangliers, connue dans la zone historique de Pont d’Ouilly, s’ajoute ici celle du cerf, présent dans la forêt de Balleroy. L’animal est fortement vecteur de la maladie auprès des bovins. Les éleveurs déplorent d’en retrouver régulièrement dans leurs parcelles. Pour les tester, « on va s’appuyer sur les actions de chasse, précise Vincent Rivasseau, et participer à l’examen de la venaison, qui est très important, pour former et sensibiliser les chasseurs au repérage des lésions ». L’administration, qui distribue une centaine de bagues par an, se donne l’objectif de 50% de cerfs analysés durant la campagne. « Mais on continuera à analyser les lésions suspectes, même en fin de saison », poursuit Vincent Rivasseau.

Fermes en déshérence

« Il va peut-être falloir être ferme avec les gens qui ne sont jamais à jour ». Dans la salle, les voix s’élèvent. Une exploitation voisine du foyer détecté est visée, elle n’assurerait pas ses prophylaxies, les bêtes ne seraient pas suffisamment nourries et les carcasses laissées à l’abandon dans les parcelles. « Ça fait 25 ans qu’on connaît le problème, qu’est-ce qu’on attend pour faire quelque chose ? », s’énerve un éleveur. Etienne Gavart, directeur du GDS du Calvados, rappelle qu’il y a une corrélation très nette entre la malnutrition d’un cheptel et le pourcentage d’animaux trouvés atteints. De plus, la malnutrition entraîne la divagation et accentue le risque de contamination du cheptel et du cheptel voisin. L’élevage est contraint par police sanitaire de tester ses animaux, « c’est payé et imposé par l’Etat, insiste Vincent Rivassseau, cela nous permet de le faire d’office si besoin ». Il reconnaît la longueur des procédures et la difficulté à placer les bêtes, même en cas de reconnaissance de maltraitance. « Il faut trouver une solution pour placer des centaines d’animaux, ce n’est pas aussi facile, surtout avec un cheptel déqualifié. On fait ce qu’on peut ». L’exploitation est placée sous procédure administrative et judiciaire.

Annonces
A la suite de la rencontre entre la profession et le préfet du Calvados Philippe Court, certaines annonces ont pu être faites :
- La DDPP examinera le territoire mis en prophylaxie avec la profession (Chambre d’agriculture et GDS) sur la base des 10 km autour du foyer détecté. La zone doit ensuite être validée par la direction générale de l’alimentation (DGAL) puis le préfet publiera l’arrêté. La zone de prophyalxie devrait s’étendre dans la Manche.
- La profession est toujours en demande d’avancer le démarrage de la prophylaxie au 1er octobre 2021, au lieu du 1er novembre.
- Objectifs faune sauvage : Jean-Yves Heurtin se félicite, « ça commence enfin à fonctionner », grâce au Département qui a décidé de mettre ses services à disposition du réseau Sagir, en récoltant les animaux trouvés morts sur les routes départementales dans la zone définie. La Chambre d’agriculture demande que l’objectif d’examiner 200 blaireaux par an, fixé par l'Etat, soit tenu. L’administration a déjà distribué des buvards pour l’analyse de sangliers, elle vise l’analyse de 150 animaux.
 
Appel aux piégeurs !
Pour pallier le manque de piégeurs, la Chambre d’agriculture du Calvados et la fédération des chasseurs proposent une formation au tarif de 10 euros, sur deux jours, ouverte à tous, y compris les mineurs.
1ère journée : vendredi 21 mai au centre de formation de Chouain
2e journée : vendredi 28 mai à la salle polyvalente de Saint-Martin-de-Sallen
Informations : Fédération des Chasseurs du Calvados - 02.31.44.24.87 - fdc14@wanadoo.fr
FICHE A TELECHARGER CI-DESSOUS :

 

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Commémorations : des restrictions de circulation à prévoir le 6 juin 2024
À l'occasion des commémorations du 80e anniversaire du Débarquement, une zone de circulation régulée (ZCR) va être mise en place…
La grande championne du concours régional Prim'Holstein, cette année, est PLK Plusbelle du Gaec Christal de l'Eure.
[EN IMAGES] Festival de l'élevage de Vire : le Graal pour PLK Plusbelle
Elles étaient nombreuses sur le ring de l'hippodrome de Vire, samedi 1er juin 2024 : les Prim'Holsteins venues du Calvados, de l'…
Valentin Flajolet est polyvalent, entre bovins, ovins et équins. Avec Tatiana, génisse de 20 mois, il participe à son 1er concours en tant qu'associé.
Valentin Flajolet, jeune éleveur bien dans ses bottes dans le Calvados
Installé depuis le 15 avril 2024, Valentin Flajolet conjugue entre existant et nouveauté. À Rumesnil, dans le Calvados, il…
Yvonne Mancel, entourée de son fils, Jacques, sa belle-fille, Christine et sa petite-fille, Barbara.
À 103 ans, Yvonne Paris se souvient de la drôle de guerre
À 103 ans, Yvonne Paris fait partie des témoins précieux de cette Seconde Guerre mondiale. Dans les moindres détails, elle se…
Hervé Morin veut régionaliser l'accès à l'agrivoltaïsme
Après avoir tapé du poing sur la table sur la "méthanisation", Hervé Morin remet le couvert sur "l'agrivoltaïsme". La Région…
La semaine dernière, l'association L214 s'est introduite dans un élevage de volailles du département.
L'association L214 s'infiltre dans une ferme ornaise
La semaine dernière, l'association L214 s'est introduite dans un élevage de volailles du département. Une action dénoncée par la…
Publicité