Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Les Jeunes Agriculteurs manifestent devant la Préfecture
Inquiétudes sur l'installation, le PMBE et le fioul

Installation, PMBE ou encore fioul à la hausse, les JA ont haussé le ton jeudi dernier entre 23 h et minuit.

Des jeunes agriculteurs “inquiets par la lentur administrative de la DDAF”.
Des jeunes agriculteurs “inquiets par la lentur administrative de la DDAF”.
© EC
Une cinquantaine d’adhérents des Jeunes Agriculteurs ont clamé leur mécontement devant les grilles de la préfecture, jeudi dernier, vers 23 h, à l’issue d’un conseil d’administration. Reçu par le secrétaire général, ils ont demandé à ce dernier de faire remonter leurs inquiétudes à Paris. Installation Voici longtemps que les environs de la Préfecture n’avaient connu une telle ambiance : pneus emflammés, bâches, déchets, les JA avaient donc mis les petits plats dans les grands pour attirer l’attention des pouvoirs publics. Ludovic Blin, président de la structure, suite à la rencontre avec le secrétaire général, a indiqué à la presse les dossiers urgents. “Sur l’installation, la Manche est encore un des rares départements qui maintient son nombre d’installés (117 aidés en 2006). Pour 2007, nous en sommes à 124 pour un prévisionnel de 147 en fin d’année”. Bref, pour les JA, il ne faut surtout pas freiner le mouvement. “Nous souhaitons un déblocage rapide de crédits pour permettre d’abonder l’enveloppe réservée à la DJA et les prêts à l’installation. Nous voulons aussi que la lenteur administrative sur le traitement de divers dossiers s’arrête. Enfin, l’évolution du schéma départemental des structures visant à simplifier la délivrance de l’autorisation d’exploiter ne fait qu’allonger le délai et complique le déroulement de l’installation. Dernier point, nous voulon, face à une augmentation du foncier, une revalorisation de la DJA”. Le Plan de Modernisation des Bâtiments d’Élevage était aussi au centre des discussions. Il est vrai que les aides sont en baisse et l’attente, là aussi, est longue. “On constate une moyenne de neuf mois avant de recevoir cette notification de subvention : inacceptable lorsque l’on sait que l’on impose à un jeune un délai de trois ans pour se mettre aux normes”. Dernière demande, mais non des moindres, “un remboursement de la TIPP sur l’ensemble de l’année 2007 afin d’allèger nos charges et de dégager un revenu décent”.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ELISE HEBERT
« Si je n’essaie pas, je serai déçue »
Anxieuse, mais bosseuse, Élise Hébert, 22 ans, est salariée de l’entreprise de travaux agricoles Vandecandelaère, à Saint-Manvieu…
MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité