Aller au contenu principal

Les Jeunes Agriculteurs manifestent devant la Préfecture
Inquiétudes sur l'installation, le PMBE et le fioul

Installation, PMBE ou encore fioul à la hausse, les JA ont haussé le ton jeudi dernier entre 23 h et minuit.

Des jeunes agriculteurs “inquiets par la lentur administrative de la DDAF”.
Des jeunes agriculteurs “inquiets par la lentur administrative de la DDAF”.
© EC
Une cinquantaine d’adhérents des Jeunes Agriculteurs ont clamé leur mécontement devant les grilles de la préfecture, jeudi dernier, vers 23 h, à l’issue d’un conseil d’administration. Reçu par le secrétaire général, ils ont demandé à ce dernier de faire remonter leurs inquiétudes à Paris. Installation Voici longtemps que les environs de la Préfecture n’avaient connu une telle ambiance : pneus emflammés, bâches, déchets, les JA avaient donc mis les petits plats dans les grands pour attirer l’attention des pouvoirs publics. Ludovic Blin, président de la structure, suite à la rencontre avec le secrétaire général, a indiqué à la presse les dossiers urgents. “Sur l’installation, la Manche est encore un des rares départements qui maintient son nombre d’installés (117 aidés en 2006). Pour 2007, nous en sommes à 124 pour un prévisionnel de 147 en fin d’année”. Bref, pour les JA, il ne faut surtout pas freiner le mouvement. “Nous souhaitons un déblocage rapide de crédits pour permettre d’abonder l’enveloppe réservée à la DJA et les prêts à l’installation. Nous voulons aussi que la lenteur administrative sur le traitement de divers dossiers s’arrête. Enfin, l’évolution du schéma départemental des structures visant à simplifier la délivrance de l’autorisation d’exploiter ne fait qu’allonger le délai et complique le déroulement de l’installation. Dernier point, nous voulon, face à une augmentation du foncier, une revalorisation de la DJA”. Le Plan de Modernisation des Bâtiments d’Élevage était aussi au centre des discussions. Il est vrai que les aides sont en baisse et l’attente, là aussi, est longue. “On constate une moyenne de neuf mois avant de recevoir cette notification de subvention : inacceptable lorsque l’on sait que l’on impose à un jeune un délai de trois ans pour se mettre aux normes”. Dernière demande, mais non des moindres, “un remboursement de la TIPP sur l’ensemble de l’année 2007 afin d’allèger nos charges et de dégager un revenu décent”.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

AUTORISATION CHASSE 61
Feu vert à la chasse dans l’Orne
Jeudi 5 novembre, la commission départementale de la chasse et de la faune sauvage était en réunion extraordinaire. Malgré le…
SOJA NORMAND MOISSON
Le potentiel du soja prend racine
Au printemps, des éleveurs adhérents à l’OP des 3 Vallées (Danone) et des cultivateurs ont semé 29 ha de soja, en partenariat…
SCoT Caen métropole
Le futur visage de la métropole de Caen
Le nouveau SCoT de Caen métropole réduit la possibilité d’urbaniser les terres agricoles et naturelles. Une enveloppe foncière…
Pascal Desvages et Stéphane Carel Président et directeur de la coopérative de Creully (14).
Coopérative de Creully (14) : " Nos choix stratégiques sont confortés "
Malgré la crise sanitaire et autre perturbateur conjoncturel et structurel, la coopérative de Creully (14), qui tient son…
LIN ET COVID
Le lin : une filière d’excellence à l’épreuve de la Covid
80% de la production mondiale de fibre de lin teillé est d’origine européenne et la France en est le leader mondial. Outre leur…
pressoir lycée agricole Sées
Au lycée de Sées, on presse beaucoup pour le plaisir
Le pressoir de Patrick Yvard s’installe chaque année durant deux mois et demie dans la cour de la cidrerie du lycée de Sées. Les…
Publicité