Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

UNOG et CIA de l’Aigle
Insémination : “plus forts avec la fusion”

Le 30 octobre, les conseils d’administration de l’UNOG et du CIA de l’Aigle, ont validé le projet de rapprochement des deux coopératives d’insémination. 

© AD

Fusionner pour rester indépendant. Atteindre une taille significative, sans risquer d’être insignifiant au sein d’un géant du secteur. C’est dans cet état d’esprit que le 30 octobre dernier, les conseils d’administration de l’Union Nord Ouest Génétique (UNOG) et du centre d’insémination de l’Aigle (CIA) ont validé le projet de fusion. Un regroupement qui sera effectif le 31 décembre et dont le futur nom sera dévoilé le 23 décembre, à l’occasion des assemblées générales de fusion. Ce rapprochement est l’aboutissement de cinq ans de réflexion. Les schémas de sélection étaient déjà communs.
Schémas indépendants
Avec 260 000 inséminations artificielles premières (IAP) réalisées par an, le nouveau centre fera une taille moyenne, occupant 7 % de part de marché, à la troisième place nationale. En compa-
raison, le premier opérateur,
Evolution, occupe 2/3 de part de marché. “Avoir une envergure moyenne nous donne d’autres avantages que les gros groupes n’ont pas”, assure Jean-Marie Desdoits, président du CIA. “Nous serons aussi plus forts, et nous continueront d’avoir nos propres schémas de sélection en Prim’Holstein et Normande, relève Daniel Lesieur, président de
l’UNOG. Il est bon de conserver nos propres schémas indépendants. Cela nous permet de maintenir une proximité et une réactivité, dans la création génétique. Avec la génomique, les bons taureaux sont détectés dès la naissance, et pourraient même être détectés intra-utéro. Les géniteurs prometteurs sont très vite très convoités, avant même qu’il n’ait été possible de les collecter. Sur notre zone d’action de taille moyenne, nous pouvons réduire les temps avant diffusion et proposer rapidement la nouvelle génétique. Sur une zone plus grande, il faudrait soit attendre plus longtemps, soit prendre le parti que tous les adhérents ne pourront pas être servis. Ce n’est pas dans nos principes. Chaque adhérent doit pouvoir être servi de la même façon”.

Cohérence géographique
Orne, Eure, Eure et Loir, Seine-Maritime, Bassin parisien, Oise, et un fragment de Mayenne. “Il y a aussi une cohérence géographique dans ce regroupement de fusion”, observe Marin Severdija, le directeur général de la fusion. Jusqu’à présent, les deux territoires étaient en effet interpénétrés l’un dans l’autre. La fusion doit aussi apporter une nouvelle dimension aux projets internationaux, qui connaîssent déjà des développements aux Etats-Unis, et en Amérique du Sud no-
tamment. Avec à elles deux, 30 millions d’euros de fonds propre, pour 25 millions d’euros de chiffre d’affaires, la nouvelle coopérative aura effectivement les reins solides pour envisager l’avenir.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité