Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

En direct de la Chambre d'Agriculture de la Manche
Inséminer 50 jours après vêlage

Le délai de mise à la reproduction est un vieux débat, surtout pour les vaches hautes productrices.

Plus l'intervalle vêlage - 1re IA augmente, plus l'intervalle entre vêlages augmente, ce qui peut être pénalisant au niveau économique si on a un système d'exploitation basé sur des vêlages groupés.
Plus l'intervalle vêlage - 1re IA augmente, plus l'intervalle entre vêlages augmente, ce qui peut être pénalisant au niveau économique si on a un système d'exploitation basé sur des vêlages groupés.
© S. Leitenberger
Il tient au fait que la vache serait moins fertile tout durant qu'elle mobilise ses réserves corporelles en début de lactation. Cette phase de mobilisation est d'autant plus importante et longue que le niveau de production de la vache est élevé.

Inséminer les vaches dès 50 jours
Les résultats de reproduction des vaches laitières observés au niveau du Contrôle Laitier permettent d'être affirmatif sur plusieurs points :
- avant 50 jours, la fertilité de la vache quel que soit son numéro de lactation ou son niveau de production, est médiocre ;
- de 50 à 80 jours, la réussite à la 1re IA s'améliore faiblement. 5 points seulement en 20 jours pour les multipares ou en 30 jours pour les primipares ;
- à partir de 80 jours après vêlage, aucune amélioration de la fertilité n'est enregistrée.
On note même une baisse des résultats autour de 90 - 100 jours. Cette évolution générale se re-trouve quel que soit le numéro de lactation. Cependant pour un même intervalle vêlage - 1re insémination, les primipares ont une meilleure fertilité.


Les fortes productrices peuvent être inséminées dès 50 jours
Plus le niveau de production au pic est élevé, moins la fertilité des vaches laitières est bonne. Cependant, il est inutile d'attendre pour inséminer les fortes productrices : à partir de 50 jours, la réussite à la 1re insémination n'augmente plus pour ces animaux.
Le taux de vaches gestantes est pénalisé pour les inséminations trop précoces. Par contre, au-delà d'un intervalle vêlage - 1re insémination de 50 jours, ce taux ne varie plus. Ce résultat se retrouve aussi bien chez les fortes ou faibles laitières, quel que soit le numéro de lactation. Par ailleurs, la fréquence des retours tardifs ne dépend pas de l'intervalle vêlage - 1re insémination.
Pour toutes les vaches, la fertilité dépend avant tout du déficit énergétique de début de lactation. Le taux protéique bas est un bon indicateur de l'intensité de ce déficit énergétique. Les vaches, dont le taux protéique est inférieur à 24 g/kg sur l'un des 3 premiers contrôles, ont une réussite à la première IA fortement pénalisée, quel que soit le niveau de production. Cet effet est plus marqué chez les fortes productrices.


Inséminer dès 50 jours permet de raccourcir l'intervalle vêlage – vêlage
Plus l'intervalle vêlage - 1re IA augmente, plus l'intervalle entre vêlages augmente, ce qui peut être pénalisant au niveau économique si on a un système d'exploitation basé sur des vêlages groupés.
Compte-tenu de la mauvaise réussite des premières inséminations précoces, il est conseillé d'inséminer après 50 jours.
Après 80 jours, il est très difficile d'obtenir un intervalle entre vêlages inférieur à 13 mois.
La période optimale de mise à la reproduction se situe donc entre 50 et 80 jours après vêlage sur toutes les vaches, quel que soit leur niveau de production. Toute vache, sans pathologie particulière au niveau de l'appareil reproducteur, en chaleur 50 jours après vêlage, peut être inséminée.


Bernard HOUSSIN
Chambre d'Agriculture de la Manche
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité