Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Dans la Manche : Jean-Marie et Anthony
Installer un jeune à tout prix

Ma priorité des priorités, c’était de transmettre à un jeune !

 Jean-Marie Leterrier, agriculteur désormais retraité à St-Floxel près de Montebourg (50), est allé jusqu’au bout de sa logique. Il a en partie réinvesti la trésorerie acquise grâce à la cession de son exploitation dans du foncier pour la louer illico à son repreneur. “Sans cela, ça m’aurait été impossible”, lâche Anthony Marie installé depuis le 1er septembre dernier.Disposer de la capacité financière
L’aspect financier, c’est le nerf de la guerre”, confirme Jean-François Duclos, conseiller à l’ADASEA de la Manche. Au delà de la reprise du cheptel mort et du cheptel vif, la question de la mise aux normes des bâtiments d’élevage mais aussi par exemple la problèmatique de la maison d’habitation sont a appréhender. Mais si vient se greffer une obligation de rachat de foncier, ça devient quasiment mission impossible.
Une bonne étoile a donc brillé sur le parcours à l’installation d’Anthony Marie. Titulaire d’un BTS ACSE, Anthony a toujours voulu devenir agriculteur. Non issu du milieu agricole, il a peaufiné son expérience en assurant pendant 5 ans la mission de vacher de remplacement. Se sentant mûr et après avoir tranché un doute (s’installer seul ou en société ? Ce sera seul à cause d’un certain caractère), il s’est inscrit au RDI en avril 2006. 
Deux visites par le biais du RDI
Nous comptabilisons environ 150 jeunes inscrits au répertoire départemental, confie Jean-François Duclos. En face et au niveau de l’offre : un manque crucial !”
Jean-Marie Leterrier, en inscrivant son exploitation au RDI, n’a pas succombé aux sirènes de l’agrandissement souvent synonymes de démantèlement. Sur un simple coup de fil à l’ADASEA, il a déclenché toute une dynamique lui permettant aujourd’hui de devenir voisin d’un jeune agriculteur. Il s’est écoulé moins de deux mois entre sa prise de contact avec l’ADASEA et la première rencontre avec son futur successeur. Avec Anthony, qui a patienté 18 mois dans le fichier, le courant est passé. L’hypothèque de la faisabilité financière étant levée, il restait à chacun de faire preuve d’un peu de bonne volonté pour que cédant et repreneur atteignent leur objectif. Mission accomplie avec l’ADASEA en facilitateur. Jean-Marie va désormais chercher son lait tous les matins chez Anthony. L’occasion d’un moment d’échange convivial mais aussi professionnel si besoin. L’expérience, ça se transmet aussi !     
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité