Aller au contenu principal

Intercuma et lisier : l’occasion d’en faire des tonnes

ECHANGE llll Avoir du matériel performant incite aussi les cuma à se regrouper. Sur le secteur de Vitré, l’équipement de l’intercuma Haute-Vilaine épand plus de 90 000 m3. L’investissement a permis de fédérer 25 Cuma autour d’une activité commune. Le tout à moindre coût.

Deux Massey-Fergusson de 380 et 390 chevaux tractent deux tonnes à lisier Mauguin de 24 000 litres. Ces ensembles sillonnent le pays de Vitré. Ils sont la propriété de l’intercuma Haute-Vilaine.  Son président, Martial Béasse, rappelle que « l’intercuma appartient aux cuma. Tout part des groupes. Nous avons eu une demande pour du matériel d’épandage de grosse capacité ».    

Communiquer sur une passion et un métier
Il y a quatre ans, un premier ensemble a donc été acheté. La tonne est équipée d’un pendillard de 24 mètres, avec système d’autoguidage sur le tracteur et d’un enfouisseur à dents. « Nous avons acheté un deuxième ensemble deux ans plus tard. Il tourne davantage au-dessus de Vitré. La demande est là », souligne Martial Béasse. 25 cuma utilisent ce service. L’intercuma n’a pas d’échanges financiers directs avec les agriculteurs. Les tonnes sont conduites par les chauffeurs des cuma.

90 000 m3 épandus
Au plus fort de la saison d’épandage, les salariés s’organisent par poste de 12 heures.  Le planning est géré directement par les cuma. Ces dernières se chargent également de facturer les adhérents.
Les agriculteurs trouvent leur compte avec cette organisation. « Ce matériel est difficilement achetable par une cuma seule. Nous pouvons donc grouper l’achat et mutualiser les salariés. Le maillage des 25 cuma permet de recenser les besoins et attentes des 300 ou 400 agriculteurs », insiste le président.
Martial Béasse n’oublie pas un point crucial : le prix. Le volume traité facilite la réduction des coûts. La prestation est facturée 128 €/h et 0,40 € du m3. S’y ajoutent 10 € par hectare pour l’enfouisseur. La moyenne atteint donc 2 € 20 du m3. La productivité est, elle, de 65 m3 épandus par heure.
 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

TUBERCULOSE BOVINE
Tuberculose bovine : quatre cas confirmés dans le Calvados
Le Groupement de défense sanitaire confirme, ce mardi 23 février 2020, la détection de quatre cas de tuberculose bovine. Plus de…
Un liniculteur utopiste
Depuis 2017, l’association Lin et Chanvre bio (LCBio) déploie des essais de chanvre en Normandie. Un des objectifs est de créer…
Daniel Courval président de la section viande bovine de la FRSEA de Normandie.
Viande bovine : " Le pire, c’est le mépris de nos interlocuteurs "
Les représentants des éleveurs ne trouvent plus leur place au comité régional d’Interbev. Ils le font savoir et remettent en…
Graindorge, bâtiments de la future fromagerie
Graindorge mise sur le camembert AOP fermier et bio
La fromagerie Le Clos de Beaumoncel est en cours de finalisation à Camembert (61). Fruit d’un partenariat entre E. Graindorge et…
ETA GIFFARD - EPANDAGE
Terra Variant 585 cherche hectares où s’épandre
À l’automne, Denis Giffard, entrepreneur de travaux agricoles à Tournebu (14), a troqué l’une de ses arracheuses intégrales à…
ORNE - CERTIFICATION HVE
HVE : le label met un pied dans l’Orne
La Chambre d’agriculture de Normandie a invité les agriculteurs à s’informer sur le label HVE au cours de trois réunions dans l’…
Publicité