Aller au contenu principal

VIDEO. Intercuma et lisier : l’occasion d’en faire des tonnes

ECHANGE llll Avoir du matériel performant incite aussi les cuma à se regrouper. Sur le secteur de Vitré, l’équipement de l’intercuma Haute-Vilaine épand plus de 90 000 m3. L’investissement a permis de fédérer 25 Cuma autour d’une activité commune. Le tout à moindre coût.

Deux Massey-Fergusson de 380 et 390 chevaux tractent deux tonnes à lisier Mauguin de 24 000 litres. Ces ensembles sillonnent le pays de Vitré. Ils sont la propriété de l’intercuma Haute-Vilaine.  Son président, Martial Béasse, rappelle que « l’intercuma appartient aux cuma. Tout part des groupes. Nous avons eu une demande pour du matériel d’épandage de grosse capacité ».    

Communiquer sur une passion et un métier
Il y a quatre ans, un premier ensemble a donc été acheté. La tonne est équipée d’un pendillard de 24 mètres, avec système d’autoguidage sur le tracteur et d’un enfouisseur à dents. « Nous avons acheté un deuxième ensemble deux ans plus tard. Il tourne davantage au-dessus de Vitré. La demande est là », souligne Martial Béasse. 25 cuma utilisent ce service. L’intercuma n’a pas d’échanges financiers directs avec les agriculteurs. Les tonnes sont conduites par les chauffeurs des cuma.

90 000 m3 épandus
Au plus fort de la saison d’épandage, les salariés s’organisent par poste de 12 heures.  Le planning est géré directement par les cuma. Ces dernières se chargent également de facturer les adhérents.
Les agriculteurs trouvent leur compte avec cette organisation. « Ce matériel est difficilement achetable par une cuma seule. Nous pouvons donc grouper l’achat et mutualiser les salariés. Le maillage des 25 cuma permet de recenser les besoins et attentes des 300 ou 400 agriculteurs », insiste le président.
Martial Béasse n’oublie pas un point crucial : le prix. Le volume traité facilite la réduction des coûts. La prestation est facturée 128 €/h et 0,40 € du m3. S’y ajoutent 10 € par hectare pour l’enfouisseur. La moyenne atteint donc 2 € 20 du m3. La productivité est, elle, de 65 m3 épandus par heure.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Christian et Catherine Duchemin vendent La Ferme du Val d’Odon à Alain Datin
Christian et Catherine Duchemin passent la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de La Ferme du Val d'…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler près de Sées
Mercredi 21 avril 2021, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds, dans l'Orne, est…
Inquiétude dans le Bessin après l’annonce d’un septième cas de tuberculose bovine
Les éleveurs du Bessin ont été invités à une réunion d’information sur la tuberculose bovine après la découverte d’un cas en…
L'abattoir ex-AIM renaît et abatterait jusqu’à 66 000 T de porc par an
L’avenir du site de l’abattoir de Sainte-Cécile s’écrit avec la Boucherie Saint-Michel, créée par Virginie Allaire-Arrivé et…
BLAIREAU
Tuberculose bovine : la préfète signe l’arrêté de régulation des blaireaux
Mercredi 7 avril 2021, la préfète de l’Orne Françoise Tahéri a signé l’arrêté ordonnant les prélèvements de blaireaux dans les…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler à Belfonds
Mercredi 21 avril, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds (61), est décédé…
Publicité