Aller au contenu principal

Joaquim Pueyo, député-maire d’Alençon (61)
Interpellé sur l'agriculture

Vendredi 4 octobre, à la veille de Ferme-en-fête, Anne-Marie Denis a rencontré à l’Hôtel de ville, Joaquim Pueyo, le député-maire socialiste d’Alençon.Loi de consommation, PAC, ... La présidente de la FDSEAlui a rappelé toute l’importance de l’agriculture pour le territoire et lui a demandé de se faire le porte-parole de l’agriculture ornaise sur différents sujets nationaux concernant le secteur.

© TG

Dans quel contexte avez-vous rencontré Joaquim Pueyo ?
Suite à mon élection à la présidence de la FDSEA, j’ai souhaité rencontrer les trois députés de l’Orne.Joaquim Pueyo était le seul avec lequel je ne m’étais pas encore entretenue.

Quels messages avez-vous voulu lui faire passer ?
Dans le projet de loi sur la consommation, il faut insister sur la reconnaissance de la marque française.Nous devons avoir un oeil attentif sur les marchés étrangers et insister sur les différences de nos productions.Concernant l’adaptation française de la réforme de la PAC.La surdotation des 52 premiers nécessite d’être bien encadrée.La surdotaton ne doit s’appliquer qu’aux vrais professionnels, et il faudra définir ce qu’est un vrai professionnel agricole.Par ailleurs, pour être juste, cette mesure nécessite d’appliquer la transparence sur toutes les formes de société agricole.Une transparence qui doit permettre de tenir compte du nombre d’associés.Pourquoi deux exploitations équivalentes ne seraient-elles pas logées à la même enseigne, sous prétexte que leur forme juridique est différente ? Concernant la convergence des aides, la FNSEA souhaitait qu’elle se limite à 60 %. Le président de la république a opté pour 70 % de convergence. Nous demandons un temps d’adaptation. A propos du verdissement, j’ai rappellé à Joaquim Pueyo la position de la FNSEA, qui milite pour que l’aide au verdissement ne soit pas une aide fixe, mais qu’elle tienne compte du référentiel antérieur. Enfin, j’ai fortement insisté sur la nécessité de soutenir l’élevage.Cela doit être une ligne directrice pour toutes les décisions qui doivent être prises.

Joaquim Pueyo vous-a-t-il entendue ?
J’ai été déçue qu’il n’ait pas plus de temps à m’accorder.L’agriculture, c’est un sujet qui compte.Il s’est toutefois dit prêt à faire passer l’information au niveau national, du moins en ce qui concerne la définition de l’actif agricole dans la surdotation des 52 premiers hectares, ainsi que la transparence des formes sociétaires agricoles dans ce même dossier.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

L'abattoir ex-AIM renaît et abatterait jusqu’à 66 000 T de porc par an
L’avenir du site de l’abattoir de Sainte-Cécile s’écrit avec la Boucherie Saint-Michel, créée par Virginie Allaire-Arrivé et…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler près de Sées
Mercredi 21 avril 2021, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds, dans l'Orne, est…
Inquiétude dans le Bessin après l’annonce d’un septième cas de tuberculose bovine
Les éleveurs du Bessin ont été invités à une réunion d’information sur la tuberculose bovine après la découverte d’un cas en…
BLAIREAU
Tuberculose bovine : la préfète signe l’arrêté de régulation des blaireaux
Mercredi 7 avril 2021, la préfète de l’Orne Françoise Tahéri a signé l’arrêté ordonnant les prélèvements de blaireaux dans les…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler à Belfonds
Mercredi 21 avril, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds (61), est décédé…
COOP LIN VILLONS LES BUISSONS
La Coop lin de Villons-les-Buissons compte sur deux nouvelles lignes de teillage
Désormais propriétaire des locaux de l’ex Agire (Centre d’Insémination artificielle) à Saint-Manvieu-Norrey, la coop lin de…
Publicité