Aller au contenu principal

Désherbage des céréales
Intervenir sans tarder sur les parcelles sales

Le retour des pluies et le temps doux ont favorisé des levées rapides et homogènes des céréales, mais aussi des mauvaises herbes… Les infestations parfois importantes nécessitent d’intervenir rapidement.

Le temps sec de la fin d’été a fortement réduit l’efficacité des faux-semis réalisés durant l’interculture, laissant des stocks de semences d’adventices prêtes à germer parfois élevés. Dans les parcelles non désherbées en prélevée, on constate aujourd’hui des levées de mauvaises herbes à des stades déjà bien avancés : 2-3 feuilles des graminées (même stade que les céréales), cotylédons à 2-4 feuilles des dicotylédones. Les pâturins annuels sont également déjà bien présents. Dans les parcelles implantées sans labour, on observe parfois également des repiquages (pâturins, ray-grass, stellaires, gaillets …) à des stades très développés, qui seront très compliqués à détruire.
Les parcelles peu sales, présentant une flore simple (dicotes classiques, stades jeunes et pâturins jeunes) peuvent attendre pour être désherbées, de manière à contrôler un plus grand nombre d’adventices levées en sortie d’hiver.
En revanche, dans les situations les plus sales (graminées à 2-3 feuilles en forte densité, dicotylédones nombreuses et à plus de 4 feuilles, gaillets en forte densité …), il est recommandé de ne pas attendre la sortie de l’hiver pour intervenir, car la concurrence vis-à-vis des cultures s’exerce déjà fortement.
A noter qu’en cas de levées échelonnées de pâturins, les levées tardives seront moins préjudiciables qu’une forte infestation précoce de graminées : il ne faudra donc pas s’acharner à désherber à tout prix ces relevées tardives, mais privilégier une intervention précoce si fort salissement.

Intervenir en programme dans les parcelles les plus infestées
Dans les situations fortement infestées de graminées automnales (ray-grass, vulpin …), il sera difficile de tout gérer en un seul passage. Il faudra très probablement recourir à un programme de désherbage pour une maîtrise correcte des mauvaises herbes.
La mise en place de programmes présente un autre avantage : en alternant l’utilisation de matières actives différentes, il réduit les risques de développement des résistances des graminées aux herbicides.
Attention au respect des aspects réglementaires : pas d’isoproturon solo en parcelle drainée (encadré), pas de double application de sulfonylurées anti-graminées.
Pour ces dernières, la préconisation classique est d’attendre la sortie d’hiver pour intervenir. Toutefois, les applications d’automne sont également efficaces et peuvent se justifier dans les situations de salissement précoce important, tout en sachant qu’il ne sera pas possible de les appliquer de nouveau en sortie d’hiver !

Restrictions d’usage pour certains produits à base d’isoproturon
Dans le cadre de la ré-homologation des spécialités à base d’isoproturon (spécialités d’Isoproturon solo uniquement concernées pour le moment), les avis émis par l’Agence de Sécurité Sanitaire des Aliments (AFSSA), repris par le Ministère de l’Agriculture, ont abouti à des restrictions d’utilisation :
- pour protéger les organismes aquatiques, ne pas appliquer ce produit sur sols drainés ;
- ne pas appliquer durant la période de reproduction des oiseaux et des mammifères.
L’évaluation de cette 2e restriction est difficile, compte tenu du manque d’éléments sur la définition des “oiseaux et mammifères”.
Sur le 1er point, il semble y avoir consensus autour de l’appellation “sols drainés”, à savoir sols équipés de drains physiques. En 2008, certaines spécialités d’Isoproturon solo n’étaient pas concernées par ces 2 restrictions, étant donné les délais liés à l’examen des dossiers de réhomologation. Aujourd’hui, TOUTES les spécialités d’Isoproturon solo sont concernées.
Par ailleurs, les nouvelles homologations à base d’isoproturon (Herbaflex) sont également soumises à restrictions. Pour cette nouvelle spécialité, il ne s’agit pas d’une interdiction d’application sur sols drainés mais sur “parcelles en cours de drainage”. Sur parcelle drainée, le produit peut donc s’appliquer hors période d’écoulement des drains.

En résumé, il existe 3 types de “classement” :
1 - Les produits composés d’isoproturon uniquement, tous concernés par la restriction en sols drainés.
2 - Herbaflex, avec une restriction durant la période de drainage (ce qui autorise l’utilisation sur sols drainés, hors période d’écoulement des drains).
3 - Les spécialités d’isoproturon associées à d’autres molécules (Quartz GT, Legacy Duo, etc…) qui n’ont pas de restriction pour le moment.
Enfin, l’étiquette est le gage de la bonne application de la réglementation. Tout y est répertorié, y compris les restrictions spécifiques (ZNT notamment, variables en fonction des spécialités d’Isoproturon).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

VIDEO La Jaguar 990 TT Claas se démène dans la Manche
Le concessionnaire SM3 Claas a fait venir l’ensileuse 990 terra trac pour une démonstration dans la Manche. Venue d’Allemagne, la…
KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
Frédéric Bellanger, Orne
Chez Frédéric Bellanger, le bonheur est dans l’herbe
Pour Frédéric Bellanger, producteur de viande bovine à La Boursillière à Moutiers-au-Perche (61), le bonheur est dans le pré :…
Jennifer Morin, agricultrice
Jennifer Morin, « mieux vaut avoir le caractère bien trempé »
À Larchamp, commune nouvelle de Tinchebray-Bocage (61), Jennifer Morin est installée avec son mari en lait. Non issue du milieu…
Publicité