Aller au contenu principal

Désherbage des céréales
Intervenir tôt et en bonnes conditions

Il est toujours tentant d’attendre la sortie d’hiver pour réaliser un désherbage complet sur graminées et dicotylédones. Toutefois, les échecs de désherbage sont souvent dus à des interventions uniques trop tardives.

Dans les parcelles les plus sales, avec en particulier des graminées, les applications précoces sont gagnantes : on sécurise le rendement en supprimant précocement la concurrence, on gagne en souplesse pour rattraper en sortie d’hiver si nécessaire, cela permet également d’introduire des herbicides de familles différentes pour prévenir l’apparition de résistances.

En situation de flore mixte (dicots + quelques graminées)
Le risque de nuisibilité avant fin tallage est faible. Dans ces situations modérément sales, il convient d'intervenir en fin d'hiver, le plus tôt possible (janvier - février). Cette stratégie permettra d’agir sur des adventices peu développées et de préserver le capital propreté de la parcelle.

Quelle stratégie en forte infestation de graminées d’automne ?
Pour détruire les graminées adventices présentes à l’automne (ray-grass, vulpins, premières folles avoines), deux solutions sont possibles :
- appliquer un programme combinant une application à l’automne, puis en fin d'hiver avec un premier traitement à l'automne -à base de produit racinaire- suffisamment efficace (au moins 80 %) qui permet de réduire la densité de mauvaises herbes et ré-intervenir sur les levées tardives en fin d’hiver.
La synthèse de 13 essais Arvalis très infestés par les graminées (ray-grass, vulpin) montre un gain moyen de 7quintaux en faveur des applications en programme par rapport aux applications uniques de sortie d’hiver, avec des efficacités supérieures et plus régulières. Rappelons que l’application de sulfonylurées anti-graminées est limitée à une seule application par parcelle et par an, pour prévenir l’apparition de graminées résistantes ;
- appliquer un seul traitement à haut niveau d'efficacité entre les stades deux feuilles et tallage. Cette option est plus risquée car on ne trouve pas toujours la fenêtre climatique pour intervenir à cette période (décembre - janvier). On risque donc de se faire déborder et d’intervenir sur des adventices très développées avec des pertes de rendement malgré de bonnes efficacités visuelles en sortie d’hiver. Lorsque la concurrence des mauvaises herbes est précoce, on observe un avantage à un traitement d’automne par rapport à un désherbage de sortie d’hiver (+ 4 quintaux) et ce, même si les efficacités visuelles sont moins bonnes.

Intervenir au bon moment
Observer la parcelle et intervenir dans de bonnes conditions, sont les clés de la réussite du désherbage. Mais attention, à vouloir attendre des conditions climatiques idéales, on en oublie que les adventices continuent de croître. Beaucoup d’échecs sont dus à des applications sur adventices trop développées.
Rappelons que le risque de phytotoxicité dû à une application précoce (stade 1-2 feuilles de la céréale) est négligeable si l’on respecte quelques règles de base car la céréale a une bonne capacité de récupération à ce stade. Il est déconseillé de traiter sur céréale en mauvais état végétatif ou si des gelées ou de fortes amplitudes thermiques sont annoncées (> 15-20 °C), ou, ce qui est plus fréquemment le cas en sortie d’hiver qu’en novembre - décembre.
Avec les nouveaux anti-graminées foliaires (Atlantis/Absolu, Archipel …), nos résultats d’essais montrent qu’il est possible d’intervenir même avec des températures fraîches (entre 1 et 5 °C) autour de l’application pourvu qu’elles soient positives. La systémie est quand même assurée à ces températures. Intervenir sur sol humide favorise également l’herbicide. En effet, le iodosulfuron et le mésosulfuron ont une pénétration racinaire faible, mais tout de même significative.
En définitive, quel que soit le produit utilisé, c’est le stade des graminées à détruire qui détermine le moment idéal de l’intervention. Il faut viser des adventices peu développées. Ensuite, il faut, bien entendu, tenir compte des conditions climatiques.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 7e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS et la DDPP confirment, mardi 13 avril2021, qu'un septième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans le Bessin.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
Christian Duchemin vend la Ferme du Val d'Odon
Christian Duchemin passe la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de la Ferme du Val d'Odon,…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité