Aller au contenu principal

Désherbage des céréales
Intervenir tôt et en bonnes conditions

Il est toujours tentant d’attendre la sortie d’hiver pour réaliser un désherbage complet sur graminées et dicotylédones. Toutefois, les échecs de désherbage sont souvent dus à des interventions uniques trop tardives.

Dans les parcelles les plus sales, avec en particulier des graminées, les applications précoces sont gagnantes : on sécurise le rendement en supprimant précocement la concurrence, on gagne en souplesse pour rattraper en sortie d’hiver si nécessaire, cela permet également d’introduire des herbicides de familles différentes pour prévenir l’apparition de résistances.

En situation de flore mixte (dicots + quelques graminées)
Le risque de nuisibilité avant fin tallage est faible. Dans ces situations modérément sales, il convient d'intervenir en fin d'hiver, le plus tôt possible (janvier - février). Cette stratégie permettra d’agir sur des adventices peu développées et de préserver le capital propreté de la parcelle.

Quelle stratégie en forte infestation de graminées d’automne ?
Pour détruire les graminées adventices présentes à l’automne (ray-grass, vulpins, premières folles avoines), deux solutions sont possibles :
- appliquer un programme combinant une application à l’automne, puis en fin d'hiver avec un premier traitement à l'automne -à base de produit racinaire- suffisamment efficace (au moins 80 %) qui permet de réduire la densité de mauvaises herbes et ré-intervenir sur les levées tardives en fin d’hiver.
La synthèse de 13 essais Arvalis très infestés par les graminées (ray-grass, vulpin) montre un gain moyen de 7quintaux en faveur des applications en programme par rapport aux applications uniques de sortie d’hiver, avec des efficacités supérieures et plus régulières. Rappelons que l’application de sulfonylurées anti-graminées est limitée à une seule application par parcelle et par an, pour prévenir l’apparition de graminées résistantes ;
- appliquer un seul traitement à haut niveau d'efficacité entre les stades deux feuilles et tallage. Cette option est plus risquée car on ne trouve pas toujours la fenêtre climatique pour intervenir à cette période (décembre - janvier). On risque donc de se faire déborder et d’intervenir sur des adventices très développées avec des pertes de rendement malgré de bonnes efficacités visuelles en sortie d’hiver. Lorsque la concurrence des mauvaises herbes est précoce, on observe un avantage à un traitement d’automne par rapport à un désherbage de sortie d’hiver (+ 4 quintaux) et ce, même si les efficacités visuelles sont moins bonnes.

Intervenir au bon moment
Observer la parcelle et intervenir dans de bonnes conditions, sont les clés de la réussite du désherbage. Mais attention, à vouloir attendre des conditions climatiques idéales, on en oublie que les adventices continuent de croître. Beaucoup d’échecs sont dus à des applications sur adventices trop développées.
Rappelons que le risque de phytotoxicité dû à une application précoce (stade 1-2 feuilles de la céréale) est négligeable si l’on respecte quelques règles de base car la céréale a une bonne capacité de récupération à ce stade. Il est déconseillé de traiter sur céréale en mauvais état végétatif ou si des gelées ou de fortes amplitudes thermiques sont annoncées (> 15-20 °C), ou, ce qui est plus fréquemment le cas en sortie d’hiver qu’en novembre - décembre.
Avec les nouveaux anti-graminées foliaires (Atlantis/Absolu, Archipel …), nos résultats d’essais montrent qu’il est possible d’intervenir même avec des températures fraîches (entre 1 et 5 °C) autour de l’application pourvu qu’elles soient positives. La systémie est quand même assurée à ces températures. Intervenir sur sol humide favorise également l’herbicide. En effet, le iodosulfuron et le mésosulfuron ont une pénétration racinaire faible, mais tout de même significative.
En définitive, quel que soit le produit utilisé, c’est le stade des graminées à détruire qui détermine le moment idéal de l’intervention. Il faut viser des adventices peu développées. Ensuite, il faut, bien entendu, tenir compte des conditions climatiques.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Eleveur laitier à bout de souffle : il s'en est sorti et il témoigne
Marcel, 35 ans, s’est installé en Gaec en 2009, dans le bocage ornais. Entre les investissements, l’installation d’une troisième…
panneaux solaires
Soleil 14, ou le cadastre solaire pour tomber dans le bon panneau
Soleil 14 est portée par le Syndicat départemental d’énergies du Calvados et les 16 intercommunalités du département. La…
500 ch en bord de mer
Vincent Michel, ferme de la Saline dans le Calvados, a commandé avant l’été, le Fendt Vario 1050. Il est arrivé dans la cour de…
coopération laitière, négociations commerciales
La coopération laitière lance une alerte
Dans le bras de fer commercial opposant distribution et transformation qui doit trouver son épilogue avant le 1er mars 2022, la…
Littoral Normand Déleg Génisses
Déleg Génisses : un service à la hauteur des attentes et en devenir
Un peu plus d’un an après son lancement par Littoral Normand, retour bilanciel sur Déleg Génisses, un service de délégation d’…
RENCONTRE FILIERE PORCINE FRSEA NORMANDIE
La production porcine à l’heure de la loi Egalim 2
Egalim 2, fin de la castration, crise du porc… les sujets n’ont pas manqué pour animer la réunion organisée par la FRSEA de…
Publicité