Aller au contenu principal

À Isigny-sur-Mer, produire et consommer de l’énergie locale

Charline et Benjamin Digard sont cultivateurs à Isigny-sur-Mer. Les travaux de leur unité de méthanisation démarrent cet été, pour une mise en route un an plus tard. Un projet rendu possible grâce au soutien de la Région et à la proximité de la coopérative Isigny-Saint-Mère.

© JP

À Isigny-sur-Mer, Charline et Benjamin Digard ont créé la SAS Énergie Digard and co pour leur unité de méthanisation qui doit voir le jour à l’été 2020. L’idée de la méthanisation est venue à Benjamin Digard, alors installé dans la commune des Veys (50), il y a huit ans. Le projet, en collectif, n’aboutit pas.

Ancré à Isigny
Puis sa femme Charline le rejoint au sein de l’exploitation et reprend le site d’Isigny-sur-Mer. « Le réseau de gaz passe à deux kilomètres, nous avons eu envie de reprendre le dossier méthanisation. » Tous les deux se rendent au salon du Biogaz, à Nantes en janvier 2018. « On nous a confirmé que le projet est à notre portée.» Autre avantage : la proximité de la coopérative laitière Isigny-Sainte-Mère, consommatrice régulière de gaz, capable d’absorber leur production toute l’année. « Nous comptons quatre chaudières alimentées au gaz et une au bois. L’apport de l’unité de méthanisation représentera un tiers de notre approvisionnement journalier», confirme Daniel Delahaye, directeur de la coopérative. Le projet en injection directe, à hauteur de 95 Normo m3 dans le réseau GRDF, tient la route. Le couple décroche un prêt à taux zéro de 900 000 euros de la Région et une aide de 1,5 million d’euros du Fonds européen de développement régional Feder. Coût total : 4,8 millions d’euros.

Entraide en famille
Charline et Benjamin Digard cultivent des céréales, du lin et des carottes, sur 240 ha. Le méthaniseur sera alimenté par les déchets de carottes rapportés de la laverie pendant la période d’arrachage ; de la canne de maïs ; des menues pailles ; des intercultures, comme du seigle pour enrichir en biomasse. S’il n’y a pas d’élevage au sein même de leur ferme, les Digard comptent sur le père de Charline, éleveur de bœufs Normands, à Vouilly, à six kilomètres. Quant aux parents de Benjamin, ils possèdent un atelier lait à Geffosse, dans la Manche. « Nous voulons un projet en autonomie. Nous sommes indépendants mais nous pouvons travailler en entraide avec nos parents si besoin », sourient-ils.

Groupement d’employeurs
Les travaux démarrent cet été. Le site va s’étendre sur deux hectares, pour la production d’énergie et les bâtiments de stockage « Nous construisons une grande plateforme pour les intercultures et les cannes de maïs stockées dans des silos standards. » L’unité de méthanisation leur permet aussi d’embaucher – et de faire rester - deux personnes, sur les postes de maintenance et d’alimentation.
« Nous créons un groupement d’employeurs pour nos quatre salariés, qui travailleront sur les différents ateliers.» Car Charline et Benjamin réalisent aussi de l’ETA et du commerce de paille.

« Schéma parfait »
Le maire d’Isigny-sur-Mer, Éric Barbanchon, se dit « séduit par le projet. Je suis content que ce soient de jeunes agriculteurs ». Il salue la production et la consommation locales d’énergie, un partenariat « gagnant-gagnant ».  Hervé Morin, président de la Région Normandie, décrit un « schéma parfait avec une ferme à côté du réseau de gaz qui alimente une usine locale ». Charline et Benjamin Digard ont signé un contrat de quinze ans avec GRDF. Il leur reste à choisir à qui ils revendront leur biogaz. « Il existe 19 fournisseurs, à nous de trancher avec qui nous souhaitons travailler. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Pascal Le Brun a été entendu par les adhérents des sections lait de la FDSEA et JA, représentées par Ludovic Blin, Edouard Cuquemelle et Luc Chardine.
FDSEA et JA interpellent Pascal Le Brun d'Agrial
Le 11 avril dernier, une cinquantaine d'adhérents des sections lait de la FDSEA et des JA ont rencontré Pascal Le Brun d'…
Ghislain Huette (à gauche) et Armand Prod'Homme (à droite)
"JA61, c'est avant tout une équipe"
La relève est assurée. Le lundi 15 avril 2024, Armand Prod'Homme et Ghislain Huette ont été nommés coprésidents du syndicat des…
Philippe Chesnay cultive sur 54 ha en bio du colza, de l'avoine et du trèfle principalement.
Aides de la PAC : ça ne passe toujours pas
Philippe Chesnay, agriculteur en grandes cultures, est toujours en attente d'une aide de 300 euros, qui devait lui être versée…
A Bretteville-sur-Ay, Charlène et Thomas Lebreuilly, maraichers bio, ont échangé avec le premier ministre, Gabriel Attal, en présence des responsables agricoles de la Manche.
Gabriel Attal, Premier ministre dans la Manche : "L'agriculture est une force et une chance"
Le Premier ministre, Gabriel Attal, s'est déplacé dans la Manche, samedi 27 avril, en débutant par la Foire aux bulots de…
Un projet de voie verte a été porté à connaissance d'exploitants de la Vallée de la Touques, ce qui inquiète l'association pour la protection de l'environnement de la vallée de Saint-Julien-sur-Calonne, zone inondable.
Vallée de la Touques, dans le Calvados : bientôt des cyclistes dans les champs ?
L'Association pour la protection de l'environnement de la vallée de Saint-Julien-sur-Calonne, dans le Calvados, est sur le pied…
Le festival de l'élevage revient à l'hippodrome de Vire vendredi 31 mai et samedi 1er juin 2024.
Festival de l'élevage 2024 à Vire : "le concours phare" des Prim'Holsteins en Normandie
La ville de Vire, dans le Calvados, va de nouveau accueillir son festival de l'élevage, vendredi 31 mai et samedi 1er juin…
Publicité