Aller au contenu principal

JA 50 : à chacun son organisation de travail

L’organisation du travail a été au cœur des échanges lors de l’assemblée générale des Jeunes agriculteurs de la Manche vendredi 15 mars au lycée agricole Saint-Lô Thère. S’associer, embaucher ou déléguer, telle est la question qui anime les agriculteurs d’aujourd’hui et de demain.

© SB

En moins de 10 ans, le nombre d’exploitations a diminué de 17 % à l’échelle de la Normandie, entraînant un recul de 7 % des actifs. Ces chiffres, issus de la Chambre régionale d’agriculture de Normandie et avancés par Stéphanie Lebranchu, animatrice de la table ronde de l’assemblée générale des JA de la Manche, ont permis de dresser le cadre. Dans la Manche, 83 installations aidées ont été comptabilisées en 2018. C’est 40 % de plus qu’en 2015, mais 50 % de moins qu’en 2012. Des chiffres là encore qui ne sont pas sans interpeller les Jeunes agriculteurs. De manière collective, ils ont voulu organiser une table ronde sur le thème du travail et son organisation au sein d’une exploitation.

Humour et sérieux
Si les JA ont voulu aborder dans un premier temps le thème avec humour au travers d’une vidéo, le sujet reste sérieux. Pour alimenter la réflexion, cinq intervenants ont exposé leur point de vue à savoir Eric Guellaff et François Capelle, agriculteurs, Jean-François Tapin, représentant de la fédération départementale de la CUMA, Philippe Faucon, représentant Terres de métiers et Olivier Bihel, représentant Service de remplacement de la Manche.

Un facteur limitant
Tous s’accordent à dire que la main d’œuvre, quel que soit le statut, reste le facteur limitant dans les exploitations. Parmi les agriculteurs, François Capelle a opté pour l’associé trouvé grâce à l’inscription au RDI (registre départ installation) de la Chambre d’agriculture. « Chacun est responsable d’une production », explique-t-il. Eric Guelaff a misé sur le salariat. « Je suis en Gaec avec mon épouse et avec cinq salariés. On se fait accompagner pour l’aspect juridique et les salaires. Certes, gérer une personne ou cinq, ce n’est pas la même chose. Mais c’est à nous de faire le lien pour que chacun puisse trouver sa place. Et bien souvent, je considère que le salarié est plus compétent que moi sur certaines missions », souligne-t-il.

Rester attractif
L’attractivité du métier a été évoquée. Les deux agriculteurs en ont témoigné. « On prend des jeunes en stage. C’est notre devoir de montrer notre métier. Un des stagiaires est maintenant responsable de maternité », affirme-t-il. De même dans l’exploitation d’Eric Guelaff. « J’ai un ancien stagiaire qui est salarié aujourd’hui », explique-t-il. Aujourd’hui, des formations particulières sont testées comme la préparation opérationnelle à l’emploi permettant d’aller chercher un autre public et le conduire vers une professionnalisation.
Les sujets de la rémunération, du partage de données, d’intéressement au résultat, du compte épargne temps sont aussi des facteurs d’attractivité. « Ce n’est pas possible de garder des salariés payés au Smic », lâche Eric Guelaff. Dans la salle, un jeune confirme : « Je peux signer demain un contrat dans les travaux publics à bien plus que cela », se désole-t-il.

Du conseil
Au cours de la soirée, des conseils ont été livrés. A commencer par Philippe Faucon. « A l’installation, il faut bien mesurer l’évolution de la structure en termes de temps et de compétences. Une analyse fine évitera d’aller dans le mur. » Jean-François Tapin encourage l’option Cuma au moment de la réflexion sur l’étude économique. « L’intérêt des Cuma est de limiter les charges de mécanisation tout en ayant du matériel performant, un échange et une ouverture d’esprit. » Quant à Olivier Bihel, il met en avant l’intérêt du remplacement pour des congés, mais pas uniquement.
La main-d’œuvre reste un sujet de plus en plus d’actualité. L’enquête menée par Terre d’emploi et les Maîtres laitiers a confirmé la nécessité de travailler sur cette question pour assurer l’avenir des exploitations.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 7e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS et la DDPP confirment, mardi 13 avril2021, qu'un septième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans le Bessin.
Christian et Catherine Duchemin vendent La Ferme du Val d’Odon à Alain Datin
Christian et Catherine Duchemin passent la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de La Ferme du Val d'…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
VIDEO. L’opération recyclage de pneus est sur les rails
Depuis mardi 16 et jusqu’à lundi 29 mars, la FDSEA organise une collecte de pneus usagés. Grâce à l’aide financière et matérielle…
Le premier télesco de Camacuma livré en Basse-Normandie
Vendredi 19 mars 2021, Anthony Bayet, président de la Cuma des Salers, à Cricqueville-en-Auge (14), recevait le premier…
Publicité