Aller au contenu principal

JA 50 : les essais maïs semés

Comme chaque année, les essais maïs réalisés par les Jeunes agriculteurs marquent le lancement des travaux en vue de préparer le Festival de la terre et de la ruralité, qui aura lieu le 2 septembre à Saint-Sauveur-le-Vicomte.

© SB

llll Le 18 mai dernier, les essais maïs de la vitrine du Festival de la terre et de la ruralité ont été semés sur les terres qui accueilleront l’événement emblématique des Jeunes agriculteurs. Cette année, c’est sur le canton de Saint-Sauveur-le-Vicomte, dans le nord du département que le Festival se déroulera. « Depuis que le syndicat a été relancé sur les cantons de Bricquebec, Valognes et Saint-Sauveur, nous avions projeté d’organiser un Festival. C’était une envie du canton », précise le responsable Thomas Pasquier. Alors en août dernier, la jeune équipe s’est positionnée. « C’est toujours un plaisir de voir qu’un canton souhaite s’investir dans l’organisation d’un tel événement », souligne Jean-François Dorenlor, trésorier des JA de la Manche. « Les jeunes manifestent un engouement pour ce Festival. Ce n’est jamais compliqué d’avoir des candidats pour l’organiser », se réjouit le responsable syndical.

Une quarantaine d’animations
Depuis le mois de septembre, l’équipe d’une trentaine de personnes se réunit pour mettre en place les nombreuses animations, une quarantaine au total, à commencer par le concours de labours, l’animation phare et qui permettra au meilleur de se sélectionner pour le concours régional l’année suivante. S’ajoutent des démonstrations de chiens de troupeau, des démonstrations de 4L Cross, des balades en calèche, un marché du terroir, des structures gonflables pour enfants, une mini-ferme mais aussi le concours agricole d’arrondissement avec 70 à 100 animaux, le concours régional ovin avec 200 moutons organisé par Oscar (organisme de sélection des races Cotentin, Avranchin et Roussin).

Six semenciers
Comme chaque année, le festival débutera par la messe des laboureurs en plein air, suivi par près d’un millier de personnes. « C’est la bénédiction des charrues et du travail du sol », note le trésorier. Une messe gratuite pour tous puisque l’entrée est payante qu’à partir de 11 h.
Ces participants tout comme les visiteurs de l’ensemble de la journée entreront par une allée de maïs semés le 18 mai dernier. Six semenciers, Univer Appro, JL Laurent, Appro Manche, Agrial, Agrileader, D2N, ont amené différentes variétés de maïs qui seront ainsi présentées au public le 2 septembre. S’ajouteront des essais de couverts végétaux. Le pôle technique sera complété par la présence de nombreux partenaires agricoles et para-agricoles des JA. Des moments de rencontres importants.

30 hectares mobilisés
Avec plus de 10 000 personnes
attendues, ce Festival constitue la 3e manifestation agricole du département après la foire millénaire de Lessay et la foire Saint-Martin de Saint-Hilaire-du-Harcouet. Rien de bien étonnant pour un département agricole comme la Manche, le premier en production laitière, le 2e en nombre de bovins… « C’est une manifestation qui se veut familiale, à destination du grand public afin qu’il puisse découvrir le monde agricole, le quotidien des agriculteurs », indique Jean-François Dorenlor. « Quand on est dans la Manche, il n’est pas rare d’avoir un lien avec l’agriculture, des parents, grands-parents, famille ou amis qui ont exercé ce métier. Mais nous constatons que de moins en moins de gens connaissent le monde agricole. Alors notre festival a toute sa place dans un département comme le nôtre. Sa fréquentation en est la démonstration », conclut-il. Au total, ce sont près de 30 hectares qui sont mobilisés pour l’événement. Des terres appartenant au Gaec du Manoir, l’EARL de l’Estran et Jean-Pierre Toulorge.
En juin, les premiers bonhommes de paille commenceront à fleurir au bord des routes tout comme au fil des semaines de l’été. L’animation spécifique de cette nouvelle édition sera également dévoilée à cette période.
Rendez-vous le 2 septembre de 10 h à 18 h à Seifoif sur la commune de Saint-Sauveur-le-Vicomte.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ABATTOIR SAINT HILAIRE
Les élus mettent fin à la régie de l’abattoir de Saint-Hilaire
La communauté d’agglomération Mont-Saint-Michel Normandie a décidé le 15 décembre de mettre un terme à la régie de l’abattoir de…
Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Publicité