Aller au contenu principal

Face à l'envolée du prix du fioul
JA de l'Orne accuse un coup de pompe

Face à l’envolée exponentielle du prix du fioul, les JA (Jeunes Agriculteurs) de l’Orne accusent les pétroliers, notamment Total, “d’arnaque”.

Mardi dernier à Alençon, 150 jeunes agriculteurs, épaulés par quelques uns de leurs aînés dont Olivier Borel (président de la FDSEA), ont mené une opération de sensibilisation face à l’envolée du prix du fioul. Première étape la station Total, située en périphérie de la ville en guise de mise en bouche et afin de sensibiliser les automobilistes. Direction ensuite le centre ville à la rencontre du citadin. Dernière étape à la préfecture histoire d’alerter les pouvoirs publics. Les explications de Stéphane Davy, président de JA 61.

Quel est le sens de votre action de ce jour ?
Pour nous, JA de l’Orne, c’est de dénoncer l’augmentation du prix du fioul mais aussi celles de tous les prix des produits dérivés du pétrole : bâches plastiques, engrais, acier... Au bout du compte, nos charges augmentent sans cesse et ça devient très lourd en terme de trésorerie pour nos exploitations.

Peut-on chiffrer ce surcoût?
Pour mémoire, l’an dernier en mai le fioul était à 0,62. Il a grimpé aujourd’hui à 0,97 voire 1 e/l. Quasiment 50 % d’augmentation en un an auxquels ils faut ajouter 100 % d’augmentation par exemple sur le poste engrais.

Pourquoi manifestez-vous chez Total ?
C’est un grand groupe pétrolier français qui engrange de très gros bénéfices, 15 Mrde l’an dernier en 2007, et à qui profite en premier lieu cette hausse.

Vous vous sentez solidaires des marins pêcheurs ?
Bien sûr, nous partageons  cette même difficulté de l’augmentation du prix des charges. Nous comprenons tout à fait leur action d’autant plus qu’ils doivent, en plus, faire face à la problèmatique des quotas de pêche.

Cette envolée du prix du pétrole apporte-t-elle de l’énergie au moulin des biocarburants ?
Nous nous positionnons favorablement au développement des biocarburants. D’ailleurs, Mme Lagarde a rappelé, ce matin sur France 2, l’intérêt que porte le gouvernement aux énergies alternatives. Cela concerne aussi la biomasse, le photovoltaique... Il nous manque cependant des objectifs chiffrés.

Message bien reçu de la part des automobilistes et des alençonnais. Les JA attendent désormais des réponses concrètes des pouvoirs publics.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14)
La boucherie Mesnil en plein rush
La découpe bat son plein à la boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14), où la période des fêtes a été synonyme de nombreuses…
Publicité