Aller au contenu principal

JA Normandie : « On a besoin de lisibilité »

Les JA de Normandie tenaient le stand de JA National au Salon international de l’agriculture le 23 février, jour d’ouverture. L’occasion pour une délégation d’aller écouter le discours du président de la République, Emmanuel Macron. Ils lui demandent de donner un cap pour l’agriculture française.

© SB

Parmi les JA, figurait François Rihouet, président des JA de la Manche. Accompagné par des membres des autres départements de la Normandie, il a réagi au discours du président de la République, Emmanuel Macron. Un des premiers sujets concerne les EGA. « Il est conscient qu’il faut une meilleure répartition de la valeur, et que des euros doivent revenir dans la poche des agriculteurs. Il y veillerait. Il a intérêt, et rapidement. Le travail qui a été réalisé n’a pas été fait pour rien. Les grandes marques, c’est une chose. Il y a aussi tous nos produits », précise le responsable syndical qui demande clairement un cap. « Nous, agriculteurs, nous avons besoin de lisibilité. Nous voulons un cap », poursuit-il.
Evidemment, le renouvellement des générations a été un sujet sur lequel les JA ont été attentifs. « 100 000 agriculteurs vont prendre leur retraite », assure François Rihouet. Alors l’enjeu de la transmission est réel. Encore faut-il donner des perspectives, donner des prix. « C’est un élément qui peut freiner les jeunes à s’engager en agriculture. Ceux qui travaillent, agriculteurs ou salariés agricoles doivent être rémunérés à leur juste valeur », complète-t-il. « Nous avons besoin d’être reconnu sur le plan économique mais aussi en termes d’image », martèle-t-il. Une image que les JA mettent en avant. « Nous avons fait des campagnes d’affiches dans le métro, nous communiquons auprès du grand public aux Festivals de la terre et aux Terres de Jim », rappelle le président de la Manche. Et ces échanges doivent se faire aussi « auprès de nos voisins, leur expliquer pourquoi une tonne de lisier passe devant chez eux, pourquoi on taille
une haie. Il faut être capable de montrer ce qu’on fait », conclut François Rihouet.
Le 23 février, bien entendu, des échanges avec les visiteurs ont eu lieu notamment avec un questionnaire interactif.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

TUBERCULOSE BOVINE
Tuberculose bovine : quatre cas confirmés dans le Calvados
Le Groupement de défense sanitaire confirme, ce mardi 23 février 2021, la détection de quatre cas de tuberculose bovine. Plus de…
TUBERCULOSE BOVINE LESSAY
Canton de Lessay : 200 animaux à abattre
Après quatre cas dans le Calvados, un cas de tuberculose bovine a été détecté fin février dans le canton de Lessay au sein d’un…
Graindorge, bâtiments de la future fromagerie
Graindorge mise sur le camembert AOP fermier et bio
La fromagerie Le Clos de Beaumoncel est en cours de finalisation à Camembert (61). Fruit d’un partenariat entre E. Graindorge et…
ETA GIFFARD - EPANDAGE
Terra Variant 585 cherche hectares où s’épandre
À l’automne, Denis Giffard, entrepreneur de travaux agricoles à Tournebu (14), a troqué l’une de ses arracheuses intégrales à…
ORNE - CERTIFICATION HVE
HVE : le label met un pied dans l’Orne
La Chambre d’agriculture de Normandie a invité les agriculteurs à s’informer sur le label HVE au cours de trois réunions dans l’…
Le GDS 14 élit son nouveau président
Lors de son assemblée générale, le Groupement départemental sanitaire du Calvados a renouvelé son bureau. Alain Legentil,…
Publicité