Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

JA Orne souhaite la « Bienvenue en Agri’culture »

Mercredi 13 mars, les élèves de CAP Palefrenier-soigneur du CFA de Sées ont visité deux exploitations ornaises. Cette action entre dans le cadre de « Bienvenue en Agri’culture » menée par les JA de l’Orne.

© JA 61

Les élèves de CAP Palefrenier-soigneur du Centre de formation des apprentis de Sées ont poursuivi leur découverte du milieu agricole, mercredi 13 mars, dans le cadre de l’action « Bienvenue en Agri’culture » menée par les Jeunes Agriculteurs de l’Orne. Après une première intervention en classe où ils ont fait connaissance avec l’agriculture du département, ils se sont frottés à la réalité du terrain en visitant deux exploitations. 

De multiples facettes
Permettre à ces jeunes de s’ouvrir sur le milieu agricole et lever les aprioris : tels sont les objectifs poursuivis lors de cette action. Ils ont démarré la première rencontre avec Héloïse Allais, exploitante à Occagnes, en association avec son mari et son beau-frère.
Tour des bâtiments, explications sur le mode de production des limousines et porcs présents, de l’alimentation des bêtes réalisées à partir des cultures de l’exploitation : les explications de l’éleveuse permettent d’éclairer les élèves sur le métier d’agriculteur. Certains sont d’ailleurs surpris : « Je pensais que l’on faisait ça à la main », s’étonne une étudiante en parlant du paillage effectué avec le télescopique et une dérouleuse.
Héloïse Allais n’hésite pas à évoquer les différents aspects de son métier comme la comptabilité ou la vente de ses produits. Et l’exploitation ne s’arrête pas là, l’activité de vente directe se développe et un projet de magasin sur la commune est en cours. « Nous effectuons aussi une porte ouverte le 22 avril prochain avec une chasse aux œufs pour faire connaître notre exploitation et nos modes de production » : les élèves ont déjà pris note. 

Un métier qui évolue
Mécanisation, nouveaux outils qui permettent de raisonner les apports, de gagner en efficacité mais aussi d’améliorer les conditions de travail. C’est ce qu’observe également le groupe de curieux lors de la deuxième visite sur une exploitation laitière. Cette fois-ci, c’est Jérôme Bourguignon, associé avec son frère à Saint-Christophe-le-Jajolet, qui les accueille. La visite débute avec la nurserie et déjà les premières découvertes avec le distributeur automatique de lait et les cages à veaux sur roulettes. « C’est grave pratique ! » s’exclame une élève.
Direction la stabulation où les vaches commencent à se diriger vers le roto. Le racleur est en route. Comme le rappelle Jérôme Bourguignon, « avant ce n’était pas automatisé ». Cela permet d’assurer un environnement sain pour les pieds des vaches. Les élèves s’y retrouvent, c’est comme avec les chevaux : « Pas de pied, pas de cheval ! »

Et action !
Une troisième et dernière intervention se déroulera au mois de mai pour parler emploi en agriculture. Mais ce sera aussi l’occasion de tirer un bilan des visites qu’ils ont effectuées. Pour cela, une mission leur a été donnée : réaliser une vidéo montrant leur perception du métier suite à ces deux visites. On a hâte de découvrir le résultat.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité