Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Jeunes agriculteurs
JA prépare le champ de la contractualisation

La 32e fête de la terre s’est déroulée ce week-end sur le canton d’Argentan, à Sarceaux. La manifestation resserre les liens entre jeunes agriculteurs, dans un contexte de crise.

Comme tous les ans, les jeunes agriculteurs de l’Orne ont effectué leur rentrée syndicale, avec l’organisation de leur fête de terre. Plus qu’à l’habitude, l’année s’annonce chargée. “Deux tiers des jeunes s’installent en production laitière dans notre département”, rappelle Stéphane Davy, président des Jeunes Agriculteurs de l’Orne. Ces derniers militent encore et toujours pour des exploitations viables et vivables. Le représentant du syndicalisme jeune le dit et le répète : il ne se satisfait pas de l’accord sur le prix du lait. “Nous devons aujourd’hui nous atteler au chantier de la contractualisation. Il ne s’agit pas d’un vilain mot. Contractualisation ne signifie pas intégration. Au travail, chez JA on va jusqu’au bout de nos actions. Nous l’avons montré avec le nouveau dispositif à l’installation, nous sommes une force de proposition. Problématique des captages d’eau ou 4e programme de la directive nitrate, les Jeunes Agriculteurs restent mobilisés sur ces dossiers”.

14 participants au concours de labour
À la fête de la terre, l’actualité ne manque pas. La poussière non plus. Synonyme de succès pour cette journée,  elle révèle le dynamisme JA. Équitation américaine, démonstration de véhicules tous terrains, auto-foot, labyrinthe de maïs ont rythmé la fête. Côté compétition, Landry Leblond (canton de Flers) remporte le concours départemental de labour. La veille, il avait terminé 6e de la finale régionale. Jean-Pierre Prévost, élu consulaire et président du jury, évoque un concours serré. “Les 14 participants se situent dans un mouchoir de poche. Le chronomètre a parfois permis de les départager. Nous leur avions demandé de travailler à 20 cm de profondeur”. Les deux premiers du concours sont qualifiés pour la finale régionale : Landry Leblond et Maxime Guillais.

Finale départementale de labour : les résultats
- 1er Landry LEBLOND, canton de Flers.
- 2ème Maxime GUILLAIS, canton de Briouze.
- 3ème Nicolas LIARD, canton de Vimoutiers.
- 4ème Pierre BELLOCHE, canton d’Alençon.
- 5ème Loïc BLANCHETIERE, canton de Passais la Conception.
- 6ème Hugues GERARD, canton de Juvigny sous Andaine.
- 7ème Wilfried DENIS, canton de Messei.
- 8ème Donation SOUDAIS, canton de Trun.
- 9ème Thierry CHAUVIN, canton de Gacé.
- 10ème Ludovic BESNIARD, canton de Carrouges.
- 11ème Benjamin MASURIER, canton de Gacé.
- 12ème Christophe CHRETIEN, canton d’Ecouché.
- 13ème Alexis HAMELIN, canton de Nocé Rémalard Le Theil.
- 14ème Arnaud LEFAIVRE, canton d’Argentan.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité