Aller au contenu principal

Calvados
JA trace droit son sillon de rentrée syndicale

Des sillons rectilignes, des moiss’bat et des 4 L aux lignes moins apurées mais aussi une rentrée syndicale très chaude pour les JA. La finale départementale de labour qui s’est déroulée ce dimanche à Mesnil-Clinchamps a tenu ses promesses. 

Populaire et ensoleillée. L’édition 2009 de la Fête de l’Agriculture, qui s’est tenue ce dimanche à Mesnil-Clinchamps, n’a pas dérogé à la règle. Six concurrents très appliqués, dont 4 petits nouveaux, sur la ligne de départ du concours de labour. Trois moiss’bat cross et une bonne dizaine de 4 L histoire d’ajouter un gros nuage de poussière et de fumée. Et enfin un soleil radieux mais des cieux obscurs qu’a tenté de balayer dans son discours le tout nouveau président de JA Calvados. 

Soyez confiants
Rentrée syndicale oblige, Xavier Pénard a du plancher sur une actualité moins festive que l’ambiance dominicale du jour. Traçant un bon bilan de moisson en termes de rendement et de qualité, il a fustigé les pronostics passés et tronqués de Michel Barnier. Le ministre de l’Agriculture de l’époque avait prédit des cours durablement haut justifiant ainsi  son tour de passe-passe dans la poche des céréaliers. Quelques mois plus tard, le ministre n’est plus là. Les producteurs de blé si, confrontés à des prix d’acompte peinant à dépasser la barre des 100 e. 
Le président de JA Calvados n’a pas non plus mâché ses mots sur “le marché de la viande bovine déprimé à cause d’importations de pays tiers. Importations non conforme au cahier des charges européen en terme de règlementation sanitaire”.
Mais c’est sur le dossier laitier qu’on attendait le plus Xavier Pénard. S’il ne s’est pas prononcé ouvertement sur le bien fondé ou l’efficacité d’une éventuelle grève du lait qui laboure pour le moins les esprits, il a défendu “la contractualisation entre organisations de producteurs et transformateurs, véritable contrat gagnant/gagnant qui permettra de redonner de la lisibilité aux producteurs. L’avenir de la filière passe par l’équilibre de l’offre et de la demande”.
Et si JA demande au chapitre des revendications une année blanche sur les remboursements de mises aux normes dont les frais financiers pourraient être pris en charge par l’Etat, Xavier Pénard n’est pas défaitiste : “les jeunes sont toujours aussi nombreux et motivés pour relever les enjeux alimentaires de demain. Soyez confiants. La production laitière en France et plus particulièrement en Normandie a encore un avenir”.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Agrial innove face aux défis climatiques
A Vieux, le Gaec des Papineaux a reçu, vendredi 10 et samedi 11 juin 2022, sur son exploitation plus de 4 000 visiteurs dans le…
Entre Danone et l’OP des 3 Vallées, le prix du lait encore en débat
L’OP des 3 Vallées (Danone Molay-Littry) était réunie en AG mercredi 8 juin 2022, à Torteval-Quesnay (14). Les éleveurs ont fait…
Les premières coupes de silphie sous l’oeil de la coop de Creully
Près de 100 personnes, adhérents et techniciens de la Coopérative de Creully, ont assisté à la démonstration de coupe de silphie…
Luzerne
Éleveurs et cultivateurs créent une mini-filière de luzerne
La Cuma Séchoir collectif plaine Pays d’Auge est née il y a deux ans et demi. Elle regroupe des cultivateurs et des éleveurs qui…
Rendez-vous Tech bio
Rendez-vous tech&bio : au Gaec 2000, des hôtes heureux
Gilles et Florence Haelewyn sont installés à Commes depuis 1994. La conversion en bio des terres et du cheptel date, elle, de…
Chasseurs et FDSEA se lient contre les corvidés
La FDSEA et la Fédération des chasseurs se sont rencontrées, mardi 7 juin 2022. Elles ont échangé sur les options pour prévenir…
Publicité