Aller au contenu principal

« J’ai perçu la peur des agriculteurs vis-à-vis des médias »

Mardi 20 novembre, Geneviève de Sainte-Marie organise une retransmission à Saint-Rémy (14) d’un débat national. Le thème : les médias aiment-ils l’agriculture ?

Geneviève de Sainte-Marie vit à Saint-Rémy (14)
où elle organise, avec l’association régionale
des Agros, présidée par Véronique Le Deunff, la
retransmission de la conférence-débat organisée
par l’amicale des anciens de l’Agro ParisTech. DR
Geneviève de Sainte-Marie vit à Saint-Rémy (14)
où elle organise, avec l’association régionale
des Agros, présidée par Véronique Le Deunff, la
retransmission de la conférence-débat organisée
par l’amicale des anciens de l’Agro ParisTech. DR
© JP

Geneviève de Sainte-Marie est retraitée
des Haras nationaux. Elle a
aussi travaillé pendant deux ans au
ministère de l’Agriculture, à la direction
générale de l’alimentation. Mais,
avant tout, elle est diplômée de Paris
Grignon. Elle opère au sein d’Agro ParisTech
Alumni : l’amicale des anciens
programme des conférences-débats,
quai Voltaire à Paris. Mardi 20 novembre,
Geneviève de Sainte-Marie organise
une retransmission à Saint-Rémy
(14), où elle réside. Le thème : les
médias aiment-ils l’agriculture ?

>> D’où vient l’idée du thème :
Les médias aiment-ils l’agriculture ?
Nous n’avons pas eu de déclic particulier,
l’idée est venue en comité de
pilotage Alumni. Nous avons réfléchi
au sujet. Les ingénieurs agro aiment
travailler le vivant, donner des clefs
pour comprendre. Nous sommes
ouverts aux différents points de vue.
Nous espérons, à l’issue du débat,
que des pistes sortiront. Par exemple,
à la fin de la conférence sur le thème
« Le bien-être animal est-il compatible
avec l’élevage ? », deux intervenants
aux idéologies très différentes, s’accordaient
pour lutter contre les Gafa
(Google, Apple, Facebook et Amazon),
qui investissent dans les protéines animales
de synthèse. Tout n’est pas noir
ni blanc.

>> On entend dans la campagne
que les vegans prennent une place
énorme dans la presse, que cela nuit
aux filières viande. Est-ce un thème
qui sera abordé le 20 novembre ?
La médiatisation du vegan pourrait
être abordée comme un bon
exemple : pourquoi le mouvement
vegan prend-t-il cette place ? Est-ce
à l’initiative personnelle des journalistes
? Car, quel que soit le sujet, il
faut quand même une audience. Comment
fonctionne l’audience ? Comment
communiquer en parallèle ?
Après la conférence sur le même
bien-être animal, j’ai été contactée
par un journaliste de Sciences et
avenir. Il voulait rencontrer des éleveurs.
Je l’ai emmené avec moi dans
le secteur. J’ai perçu la peur panique
des agriculteurs vis-à-vis des médias,
voire même de leurs voisins. Cela a
en partie initié la démarche d’inviter
le débat en Normandie.

>> En partie ?
L’idée me tient à coeur : il existe un décalage
entre les réflexions parisiennes
et la vie en province. Des incompréhensions
qui existent dans plein de
domaines. Mais il y a beaucoup à
prendre des deux côtés. Je sais aussi
qu’il n’est pas simple de se rendre à
Paris, les trains ne sont pas fiables, il
faut du temps et des moyens. Alors,
nous utilisons la technologie pour
combler ces fossés.

>> Quels moyens techniques sont
mis en place ?
Le débat est en direct sur la page
Facebook live d’Alumni. Nous le retransmettons
sur grand écran dans
la salle des Fosses d’Enfer, qui vient
d’être équipée d’une ligne ADSL. Le
maire de la commune est enthousiaste.
Nous avons utilisé la méthode
lors d’une précédente séance à Paris,
sur l’alimentation, car la salle du quai
Voltaire était complète. Normalement
cela doit marcher. Nous allons réaliser
plusieurs essais. La technique doit être
au service des projets.

>> Les Normands pourront-ils
interroger les intervenants ?
Nous ne serons pas en duplex mais,
oui, les gens dans la salle pourront
poser leurs questions. Nous les enverrons
par mail à Paris. Une personne
sur place se chargera de les regrouper
et de les transmettre à l’animatrice
du débat. Des temps d’échanges sont
prévus pour chaque thème abordé.
Nous attendons à Saint-Rémy 50 à
100 personnes, des ruraux, des Agros
et des citadins. J’espère en particulier
que les agriculteurs viendront.

En pratique
Mardi 20 novembre, de 19 h à 21 h, débat retransmis salle des Fosses
d’enfer, à Saint Rémy. Un buffet sera partagé à l’issue de la conférence pour
poursuivre les échanges. Participation aux frais : 10 €.
Inscriptions avant le 15 novembre, en ligne sur le site Les mardis du quai
Voltaire : https://www.uniagro.fr/agenda/les-mardis-du-quai-voltaire-les-medias-
aiment-ils-l-agriculture-5474-5502-5503.
Contact : Geneviève de Sainte-Marie
geneherpinsm@gmail.com - 06 84 63 30 94

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ABATTOIR SAINT HILAIRE
Les élus mettent fin à la régie de l’abattoir de Saint-Hilaire
La communauté d’agglomération Mont-Saint-Michel Normandie a décidé le 15 décembre de mettre un terme à la régie de l’abattoir de…
Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Publicité