Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

J'ai testé pour vous : la chasse au petit gibier en (bonne) société

Dimanche 9 heures dans le salon de chasse de la société « La Saint Hubert Villersoise ».
Pendant que le café fume et que les viennoiseries hument, Jean-Claude (son président) entame sa causerie de rentrée des classes. « Attention, on ne tire pas les poules faisanes. Sinon, il vous en coûtera 20 € au profit du Téléthon. Vous êtes invités à dénoncer vos camarades si besoin ». Jean-Claude conjugue humour et autorité naturelle  devant une trentaine de chasseurs et d’accompagnants. C’est son père, avec l’amiral Lecarpentier, qui a fondé cette quasi-institution. Fils et petits-fils sont également présents. La chasse fait partie de l’ADN de cette famille d’agriculteurs/entrepreneurs de travaux agricoles et des territoires aux origines croisées bretonnes et belges.
Jean-Claude rappelle aussi les consignes de sécurité. «Gilet orange obligatoire même pour le petit gibier. On tire les perdreaux au-dessus de la tête ou derrière. A 80 m, on ne tire plus vers les lignes de poste. En fin de traque, on casse les fusils...» Il insiste également sur les règles de la bienséance : «il faut être tolérant avec les chiens des autres». Médecin, notaire, assureur, membres pour certains du Rotary, manqueraient-ils parfois de savoir-vivre ? Quelle que soit sa catégorie socioprofessionnelle, la vie en société implique quelques concessions. Top départ pour la première traque vers 10 h. Colza, betteraves sucrières, herbages, maïs abritent de nombreuses colonies de perdrix et de faisans. A l’heure de la mi-temps et donc juste avant l’apéro, on fait les comptes : une vingtaine de perdreaux et une dizaine de faisans au tableau de chasse ne représentant qu’un faible pourcentage de ce qui a été levé. 
Qui peut prétendre alors que l’agriculture conventionnelle a eu raison du petit gibier ? Ceux qui justement ne vont jamais à la chasse...
Qui peut prétendre alors que les chasseurs ont eu raison du petit gibier ? Ceux qui justement ne vont jamais à la chasse car force est de constater que ce territoire de 500 ha affiche une biodiversité animale abondante gérée conjointement pas des chasseurs et des agriculteurs qui sont parfois les mêmes. «Il n’y avait quasiment plus de faisans il y a 5 ans» se souvient Arnaud Besnier, le fils de Jean-Claude.  Alors certes, «on n’a pas vu de lièvre mais c’est parce que l’on marchait trop vite», assure un expert. Pas vu de sangliers non plus mais des signes ostentatoires de leur présence ont mis à mal la parcelle de maïs.
Alors rendez-vous peut-être le 10 novembre pour l’ouverture au gros. Pour sûr qu’on verra encore du petit qui fera des petits fin hiver/début printemps. Qui pourrait croire que les chasseurs sont assez fous pour se tirer une cartouche dans le pied ?

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité