Aller au contenu principal

Normande 61
« J’aime la gestion de l’herbe »

Mardi 15 septembre, sous réserve des annonces gouvernementales, l’association Normande 61 se réunit en assemblée générale. Rendez-vous est donné chez Cécile et Firmin Lengliné, à Durcet. Le couple livre en AOP chez Gillot, emploie un salarié à mi-temps et mise sur le pâturage.

ASSOCIATION NORMANDE 61
Le couple, avec les vaches taries qui profitent de l’ombre des pommiers. Début août, pendant les heures chaudes de la journée, les laitières ne sortaient pas.
© DR

Dans le bocage ornais, encore bien vert début août par rapport à d’autres secteurs du département, Cécile et Firmin Lengliné élèvent 95 laitières.
Quand Firmin Lengliné s’est installé en 2011, tout seul, à la suite de deux tiers, le troupeau était en 50 % Normandes 50 % Prim’Holstein pour 280 000 l de lait. « Le lait était déjà livré chez Gillot pour l’AOP camembert », précise Cécile. À l’époque, elle travaille comme professeure de mathématiques. Puis arrive dans le Gaec de Magny en 2016. « J’ai repris une formation à La Ferté-Macé. J’ai eu 300 000 l d’attribution. » Les époux Lengliné « normandisent » le troupeau : « on aime bien la race, elle est facile à gérer et puis on est en Normandie ! ».

La chicorée monte trop vite

Le Gaec compte 80 ha, dont 20 ha sont consacrés à la culture de maïs. Le reste est en prairie et 40 ha sont accessibles aux laitières. « On cherchait une ferme avec de la surface accessible aux vaches. Elles sont dehors le plus possible. J’aime travailler la gestion de l’herbe », apprécie Firmin Lengliné. Il poursuit : « le système pâturage est une vraie plus-value car l’utilisation de prairies multiespèces permet de baisser l’apport de concentrés ». L’éleveur assure fermer le silo deux mois par an. Firmin Lengliné fait partie d’un GIEE dans lequel il travaille les espèces résistantes pour le pâturage estival. « On nous demande de produire du lait d’été. J’ai semé l’année dernière un essai chicorée plantain sur 1 ha. » Mais il n’y reviendra pas : « ce n’est pas facile à gérer car la pousse n’est pas la même que les graminées. La chicorée monte trop vite à graines pour le cycle de pâturage ». Mercredi 5 août, et pour les quelques jours qui vont suivre, le troupeau reste sous la stabulation pour cause de canicule. « Quand il n’y a pas d’eau, rien ne pousse. La fétuque et la luzerne redémarrent peut-être plus vite. »

Adhésion à l’OS

Le couple travaille aussi la génétique du troupeau, afin de réduire le nombre de vaches à traire tout en produisant la même quantité de lait. « On vise aussi l’amélioration des taux. On a adhéré à l’OS récemment car on a fait pointer notre troupeau pour connaître sa valeur génétique », décrit Cécile Lengliné. Elle ajoute : « nous produisons du lait de qualité pour l’AOP, pour lequel nous devons être réactifs rapidement. C’est une vraie plus-value ».
L’atelier lait est le seul de l’exploitation. Les Lengliné emploient un salarié à mi-temps, chacun se dégage un Smic. « Nous avons une grosse partie de notre matériel en Cuma ou en copropriété avec un voisin. » Le dernier investissement en date est le complexe de traite. D’une machine en 2x5, le couple passe en 2x12 en TPA. Le temps de traite est réduit l’hiver de trois à une heure. Les vaches ont désormais des logettes paillées. « On se relayait pour assurer les traites. C’était très chronophage et on a trois jeunes enfants. »

 

Mardi 15 septembre
Assemblée générale de Normande 61, au Gaec de Magny, à Durcet.
Programme de la journée :
- de 10h à 12h30, assemblée générale ; repas (offert aux adhérents de l’OS) ;
- 14h30-17 h, visite du Gaec.
Inscription avant mercredi 9 septembre,
tél. : 02 33 31 49 25 ;
valerie.vernhes@normandie.chambagri.fr
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité