Aller au contenu principal

Contrat McDo : « Je connais le prix, quelle que soit la date de sortie »

Romaric, Bernard et Françoise Anquetil élèvent des Prim’Holstein à Saint-Jean-des-Champs (50). Depuis 2007, les jeunes bovins mâles sont engraissés pour McDonald’s. En sortie de pandémie, le contrat est un plus.

MC DO CONTRAT
Romaric Anquetil engage 30 JB pour McDo par an, qui ne prend que des Prim’Holstein purs.
© DR

« Juste avant le confinement, des animaux étaient programmés pour partir. Ils sont restés six semaines de plus et sont partis quand les restaurants ont rouvert, avec + 60 kg de carcasse. Ils ont bien mangé », sourit Romaric Anquetil.
L’éleveur est installé avec ses parents au sein des Gaec des Marais, à Saint-Jean-des-Champs (120 Prim’Holstein, 60 taurillons). Il souligne : « tous les kilos ont été payés au prix du contrat ». Le contrat en question concerne les JB McDo.

3,28 €/kg

Depuis 2007 - soit quatre ans avant que Romaric ne s’installe avec ses parents - la moitié des mâles Prim’Holstein est sous contrat McDonald’s. « La coopérative nous a proposé de commercialiser trente mâles pour McDo. Les prix sont fixés à l’année, la valorisation est moins aléatoire. On engage chaque veau Prim’Holstein pur nominativement, pour une période de sortie », décrit Romaric Anquetil. Si la viande « n’est pas plus rentable » qu’en circuit classique, le contrat assure une « sécurité, une garantie de débouchés. On connaît le prix quelle que soit la date de sortie ». Même en cas de pandémie. Chez les Anquetil, 3,28 €/kg de poids vif.  « Tous nos restaurants ont fermé le 16 mars et sont restés sans activité pendant deux mois. Idem pour l’usine de steaks hachés, décrit Rémi Rocca, directeur des approvisionnements McDo France. Nous avons vu l’impact de notre arrêt sur la filière. » Des animaux ont été enlevés en décalage, une partie des muscles a été réorientée vers les GMS. « Nous nous sommes organisés avec les coopératives et les abattoirs pour congeler la viande afin d’être prêts quand les magasins rouvriraient. Nous avons fait en sorte d’assurer nos contrats. » Yvan Burel, éleveur dans l’Orne, aussi en contrat McDo, apprécie : « tout a été décalé dans les lots car les restaurants étaient fermés. Les animaux ont beaucoup mangé, là ce n’est pas une bonne opération. Mais les contrats ont été respectés ».

Deux diagnostics

« Depuis 2009, nous avons mis en place une stratégie agroécologie, enchaîne Rémi Rocca. Dans la filière bovine, les émissions de gaz à effet de serre et le bien-être animal sont étudiés grâce aux diagnostics Boviwell et CMap2ER. » Les diagnostics sont réalisés par les techniciens de coopératives. En Normandie, la firme travaille avec quatre abattoirs : Gacé, Le Neubourg, Coutances et Villers-Bocage. « On prend 50 % de l’animal mais le deal porte pour la bête entière. Cela concerne plus de 100 000 animaux, pour 3 800 t de bœuf, soit 14 % du volume national », estime Rémi Rocca. La viande part ensuite à Orléans pour être transformée dans l’unique usine française de steaks hachés du fournisseur français du groupe. Avant d’être dispatchée à l’échelle nationale. « Les éleveurs du Grand Ouest fournissent une grande partie des approvisionnements », décrit Rémi Rocca. Il est donc possible, mais pas certain, de tomber sur du steak haché issu de bœufs nés et élevés en Normandie dans un McDo de la région.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité