Aller au contenu principal

Je ne pouvais rêver mieux pour m’installer

Hors cadre, Alexis Diers débute son parcours à l’installation. Salarié agricole, il s’apprête à reprendre progressivement l’exploitation de son employeur qui a bien préparé sa transmission.

Alexis Diers
Alexis Diers, 21 ans, futur chef exploitant associé en polyculture élevage laitier.
© A. D.

Au début des années 2000, quand Christian voit débouler Alexis Diers sur ses terres, l’exploitant agricole ne se doute pas un instant qu’il a devant lui l’un de ses futurs salariés et certainement son futur repreneur. Le garçonnet a alors un peu plus de 3 ans et habite à 100 m de l’une des parcelles de sa ferme située non loin de la pointe du Havre. Ses parents ne sont pas du milieu agricole, son père est ingénieur dans un bureau d’études et sa mère secrétaire. Mais Alexis se prend rapidement de passion pour ce lieu de polyculture élevage (93 ha et 100 vaches laitières de race Prim’Holstein en conventionnel). « Nourrir les vaches, les traire, travailler le sol, voir pousser les cultures puis récolter betteraves, blé, maïs et lin fibre, tout cela me passionnait. J’y pensais tout le temps et je passais le plus clair de mon temps libre d’écolier là-bas, se souvient-il. À sept ans, j’accompagnais Christian dans son tracteur ». Le garçon s’intéresse alors très vite aux machines agricoles et aux terres à perte de vue de l’agriculteur qui, très vite, lui deviennent familières. L’histoire est belle mais loin d’être terminée...

UNE SOLIDE FORMATION

Aujourd’hui Alexis a 21 ans. Sa passion pour l’agriculture n’a fait que grandir. Après avoir préparé un Bac Stav au lycée agricole d’Yvetot puis un BTS Acse au lycée Le Paraclet près d’Amiens (80), il s’apprête à devenir chef d’exploitation. « J’aime être en contact avec la nature et la terre me ressource et m’apaise, raconte-t-il. Puis l’envie de devenir mon propre patron s’est toujours fait sentir ».

Le dossier complet à lire aussi : Sur le chemin de la transmission en Normandie

UNE REPRISE BIEN ANTICIPEE

De son côté, la cinquantaine passée, Christian s’est préparé à transmettre, ses enfants n’ayant pas choisi un métier agricole. Il a opté pour une SCEA en ce sens et accompagnera progressivement Alexis jusqu’à sa retraite.
« Christian est plutôt passionné par les bêtes et moi par la plaine », explique le jeune homme, très content de la complémentarité entre eux deux mais aussi et surtout du soutien et des conseils que lui prodigue Christian au quotidien. « Il s’est beaucoup investi pour transmettre une exploitation aux normes et en équipements qui réduisent la pénibilité de certaines tâches. Il me facilite ainsi de futurs projets d’aménagement et de diversification. Et par ailleurs il m’a donné pas mal de responsabilités : j’encadre une stagiaire, il me confie l’enregistrement des données de l’exploitation dans MesParcelles, mais aussi la préparation des sols, les semis et les traitements. Nous nous répartissons aussi les tâches aux animaux comme la traite. J’ai encore énormément à apprendre en élevage et aussitôt que je rencontre une difficulté, il m’explique et me montre ce qu’il faut faire pour que je sois rapidement autonome. »
Pour l’heure Alexis est salarié. « Je suis passé par le Point accueil installation (PAI) de la chambre d’agriculture où j’ai exposé ma motivation et je viens de déposer mon dossier de dotation jeune agriculteur (DJA. Dans quelques mois je serai chef exploitant associé », conclut le jeune homme, très enthousiaste.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

JA 61
Le nouveau bureau des Jeunes agriculteurs est en place
Le nouveau bureau des Jeunes agriculteurs de l’Orne est en place depuis mardi 19 avril 2022, pour la mandature 2022-2024. L’…
De 50 t à 0 t de tourteau de colza
Il fut un temps où Damien Odienne achetait 50 tonnes de tourteau de colza par an pour compléter la ration de ses laitières et…
fromage AOP Normandie - Livarot
Fromage AOP de Normandie : il faut sauver le colonel
Depuis quelques années, le livarot peine à séduire les consommateurs. La production du fromage aux cinq laîches ne cesse de…
Région politique agricole
La Région Normandie dévoile sa politique agricole 2023-2027
Les élus prévoient un programme co-construit avec la profession, simplifié, d’un montant de 60 millions d’euros par an. Les…
Agrial, ferme grandeur nature
Agrial lance sa Ferme grandeur nature en juin
La coopérative agricole Agrial a décidé d’ouvrir les portes de deux fermes adhérentes lors d’un nouvel événement intitulé : Ferme…
FDSEA 50, conférence de presse
La souveraineté alimentaire prend du plomb dans l’aile
La FDSEA de la Manche ne veut pas jouer les oiseaux de mauvais augure mais prévient déjà que, pour certains produits comme la…
Publicité