Aller au contenu principal
Font Size

Dégâts de sangliers
Je vais être obligé de vendre des animaux

Ils sont trois éleveurs, du côté de St-Sever (14), à subir quasi quotidiennement les dégâts de hardes de sangliers. Lundi dernier, la FDSEA est venue apporter son soutien à l’un d’eux. Objectif : échanger avec le propriétaire d’un massif forestier de plusieurs centaines d’hectares non chassés. Enfin presque.

« Peut-être qu’on va être obligé de vendre une partie des animaux », déplorent Jean-Luc et Christine Bazin en pointant du doigt leurs herbages labourés par les groins de sangliers. « Nous nous interrogeons aussi sur l’intérêt de semer du maïs au printemps », ajoutent nos producteurs de lait. La commune de Le Gast, au sud de St-Sever, borde un massif forestier dont un propriétaire a clos son territoire. Y vit en toute quiétude une population de sangliers dont personne ne connait exactement le nombre mais qui s’est de toute évidence multipliée ces dernières années. « J’ai vu un jour une laie avec 12 petits », confirme Jean-Luc Bazin. Gros problème, la clôture est loin d’être hermétique. Les sangliers dorment d’un côté et se nourrissent de l’autre.

Réguler la population
Ce territoire n’est pas chassé, enfin presque. Suite à la pression exercée par la FDSEA, le Préfet a ordonné une battue administrative. Le propriétaire en a accepté le principe mais « sans chien ». Au bilan : 17 animaux tués. Du côté de la FDSEA, ce n’est qu’un début et il faut profiter au propre comme au figuré de la fenêtre de tir accordée par arrêté préfectoral jusqu’au 31 mars (lire ci-contre). 
« Nous sommes à 20 000 e de dégâts sur le secteur dont 10 000 e pour cette seule exploitation. Ce n’est pas tenable pour les agriculteurs », se fâche Geffroy de Lesquen, élu FDSEA et Chambre d’agriculture et par ailleurs vice-président de la Fédération des Chasseurs. « Il y a d’autres endroits dans le département ou ça se passe très bien ».

Maintenir la pression
La trentaine d’agriculteurs présents ne s’est pas contentée d’un barbecue convivial de soutien aux agriculteurs. Sous bonne escorte de gendarmerie, elle s’est rendue chez le propriétaire pour évoquer posément la problématique. Mais ce dernier était absent et c’est avec l’employé que les responsables de la FDSEA ont échangé. « Il ne faut pas attendre la prochaine saison. C’est maintenant qu’il faut agir. Si vous avez besoin d’une dizaine de chasseurs, nous allons vous les trouver », ont insisté Christophe Macé et Xavier Hay (président et secrétaire général de la FDSEA). Un numéro de portable a été griffonné sur un bout de papier. La balle est dans le camp du propriétaire. Du côté du syndicalisme agricole, on attend le coup de fil.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fermer les abattoirs, c’est tuer les éleveurs
Dimanche 7 juin 2020, le préfet de la Manche a pris la décision de fermer le dernier abattoir de la Manche, à Saint-Hilaire-du-…
MOISSON ORGE
Les orges ouvrent le bal des batteuses
Dès le milieu de la semaine dernière, les batteuses ont ouvert le bal de la moisson. Les orges, comme à leur habitude, sont les…
JA NORMANDIE
JA Normandie renouvelle son bureau
Après les élections départementales, JA Normandie a élu son nouveau bureau mardi 23 juin. Questions à Alexis Graindorge qui…
Le soja normand prend de l’ampleur
En 2019, la Région lance un appel à projets pour son plan protéines végétales. Le Soja made in Normandie (SMN), alliant, entre…
SAFER - JA NORMANDIE
Safer et JA de Normandie luttent contre l’accaparement des terres
En attendant une loi foncière, Safer et JA de Normandie s’organisent pour lutter contre le transfert opaque des terres. En 2019,…
Maltot exauce le vœu de la ruralité
Maltot, pour ceux qui ne connaissent pas, c’est son château, sa MFR et son Bœuf en fête. La commune compte 1 095 habitants, se…
Publicité