Aller au contenu principal

Interview du président de la section légumes à la FDSEA de la Manche
Jean-Luc Leblond : " l’indemnité carotte est tardive et les critères ont changé "

Deux ans après l’arrêt du 1-3 dichloropropène, les producteurs de carottes de la côte ouest ont eu confirmation du versement d’une indemnité. Au total, une enveloppe de 1 million d’euros leur est dévolue. Dans les faits, cette indemnité est plafonnée à 20 000 euros par Gaec et l’exploitation doit justifier d’une perte d’au moins 30% sur le chiffre d’affaires (et non sur le volume). Jean-Luc Leblond réagit à cette mesure qui arrive pour certains trop tardivement.

Jean-Luc Leblond - Président de la section légumes à la FDSEA de la Manche
© DR

>> L’indemnité a été votée, est-ce une bonne chose ?
Oui, c’est toujours bon à prendre, mais le problème est qu’elle arrive très tardivement, plus de deux ans après l’arrêt du 1-3 D. Au départ, il était question d’indemniser les parcelles non emblavées, ce n’est finalement pas le mode d’indemnisation retenu.

>> Est-ce que tous les producteurs vont pouvoir la toucher ?
Un certain nombre de producteurs ne va pas avoir l’aide. Certains se sont tournés vers la carotte non lavée et récoltée à la main. Ils n’atteindront pas les 30% de perte du chiffre d’affaires. Or, ils ont quand même subi une perte. De l’autre côté, certains producteurs n’ont pas pu attendre deux ans et ont dû cesser leur activité. Ceux-là non plus ne seront pas indemnisés. J’estime que seulement la moitié de producteurs le seront en réalité. On connaîtra le nombre exact après le traitement des dossiers.

>> Les producteurs sont mécontents, pourquoi ?
Parce qu’on continue à avoir des carottes étrangères issues de sols désinfectés avec des produits non autorisés sur le marché français. L’article 44 des EGA est en contradiction avec le droit européen de circulation des biens. Je rappelle aussi qu’à ce jour, aucun pays n’a trouvé d’alternative au nématode. On est face à un mur.

>> Les producteurs de carottes sont engagés dans un plan quinquennal de mutation. De quoi s’agit-il ?
Après analyse du sol, les parcelles contenant des nématodes pourront entrer dans un plan sur cinq ans. L’obligation est de planter au moins 40% de la surface en plantes nématicides, type sorgho, pendant deux ans, et de s’engager à ne faire qu’une seule année de carottes. Après cinq ans, les producteurs garderont un minimum de rotation. Le montant de l’indemnisation de ce plan n’a pas encore été dévoilée. Au vu de ce qui se passe aujourd’hui, les producteurs s’inquiètent de ce qui les attend. On espère que ça ne durera pas deux et demi…

>> Que dites-vous aux producteurs de carottes ?
L’Etat a mis deux ans à voter l’indemnité mais ne nous laisse que trois semaines pour déposer le dossier… J’invite tout de même les producteurs à le faire au plus vite et à consulter leur centre comptable pour les aider.

Pratique
Les aides peuvent être déposées jusqu’au vendredi 30 octobre à midi (décicion INTV-GECRI-2020-48 du 6 octobre 2020)
Pour en savoir plus :
https://www.franceagrimer.fr/filiere-fruit-et-legumes/Accompagner/Dispositifs-par-filiere/Aides-de-crise/Dispositif-d-indemnisation-des-pertes-de-productions-des-producteurs-de-carottes-sur-la-campagne-2018-20192
Document d'aide détaillé sur : https://www.franceagrimer.fr/content/download/65226/document/Guide%20utlisateur%20D%C3%A9pot%20Dossier%20Carotte.docx
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
ANNE MARIE DENIS PRESIDENTE FRSEA
" Forger un syndicat régional moteur d’une agriculture multiple "
Rencontre avec l’Ornaise Anne-Marie Denis, présidente de la Fdsea 61 et désormais de la Frsea Normandie. Une femme de caractère,…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
COOPERATIVE CREULLY ESSAI CULTURE POMMES DE TERRE
La Coop de Creully plante le cadre des pommes de terre industrielles
La Coopérative de Creully teste avec une vingtaine d’agriculteurs la production de pommes de terre industrielles. Près de 150 ha…
Jennifer Morin, agricultrice
Jennifer Morin, « mieux vaut avoir le caractère bien trempé »
À Larchamp, commune nouvelle de Tinchebray-Bocage (61), Jennifer Morin est installée avec son mari en lait. Non issue du milieu…
Publicité