Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Jean-Philippe Mournaud (responsable de la section Agriculture Biologique de la FDSEA du Calvados) : «sortir de l'usine à gaz MAEC»

Agriculteur bio dans les marais de la Dives sur 75 ha d'herbe, Jean-Philippe Mournaud est, à l'instar de tous ceux qui ont contractualisé une MAEC (Mesure AgroEnvironnementale Climatique), victime d'une véritable usine à gaz. Les sommes dues au titre de l'exercice 2015 n'ont toujours pas été versées, les règles du jeu bougent au fil du temps, l'administration ne sait quoi répondre aux multiples questions qui lui sont posées.

© TG

>> Les MAEC, une bonne idée au départ ?
On peut dire ça comme ça. Même si c'est un non-dit, ce système a été mis en place pour remplacer la PHAE. Le dispositif était simple au départ.

>> Et il a connu un succès ?
Complètement. Au titre de l'année 2015, dans le Calvados, 547 dossiers ont été instruits couvrant une surface de 24 646 ha. Le Pays d'Auge est en première ligne avec 325 dossiers et 13 400 ha.

>> Quel est le problème aujourd'hui ?
Ils sont de différentes natures.
Tout d'abord, les contractants de la première heure n'ont toujours pas touché les sommes dues. Ils sont donc victimes d'une double peine. La conjoncture, toutes productions confondues, est dévaforable mais en plus ils ont fait le choix d'une désintensification. Des prix en baisse, moins de volumes et l'Etat qui ne respecte pas sa parole. A titre d'exemple, je suis en attente de paiement de 16 000 EUR, ce qui pénalise fortement ma trésorerie.
Parallèlement, le système s'est fortement complexifié au fil du temps. Les plafonds d'aides ont été revus à la baisse : 300 EUR/ha dans la limite de 20 000 EUR, puis 10 000 EUR, puis 6 000 EUR.
On peut également citer la disparition de 6 mesures systèmes sans oublier certains agriculteurs qui ne se sont pas engagés dans les bonnes mesures et qui pourraient ne rien percevoir du tout.
En résumé, nous déplorons un total manque de lisibilité du dispositif.

>> Le système MAEC est mort?
On ne peut pas dire ça. A la veille de Noël, nous avons tous envie de redonner espoir à ceux qui y ont cru. La FDSEA du Calvados n'a pas la prétention de régler le problème mais nous allons très prochainement inviter tous les acteurs du dispositif, DDTM en tête, à venir constater sur le terrain le désarroi des MAECistes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
Publicité